“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS - On a participé au "Voyage surprise" du Printemps des arts

Mis à jour le 03/04/2018 à 08:53 Publié le 03/04/2018 à 05:14
Trois heures de concert dans un lieu atypique, le hangar de stockage de la fabrique de parfums Azur Fragrances.

Trois heures de concert dans un lieu atypique, le hangar de stockage de la fabrique de parfums Azur Fragrances. A.P.

PHOTOS - On a participé au "Voyage surprise" du Printemps des arts

Sept cars ont amené hier les mélomanes vers « Azur Fragrances » à Mouans-Sartoux pour entendre musique moderne et ragas hindous

Vous réserveriez des places, vous, pour un concert dont vous ne connaîtriez ni le lieu, ni le nom des artistes, ni le contenu du programme? Eh bien les festivaliers du Printemps des arts de Monaco oui.

Ils se ruent sur ce qui s'appelle le "Voyage surprise", lequel, année après année, est devenu l'un des musts du festival.

Voilà le principe: les mélomanes sont appelés en deux endroits de rassemblement, un à Monaco, un à Nice, d'où ils sont ensuite conduits en un ou plusieurs lieux de concerts tenus secrets à l'avance.

Ambiance colo
dans les cars

Un jeu. Une aventure. Pas sérieux, les festivaliers du Printemps des arts? Que nenni! Voilà des gens qui, depuis deux semaines, ont passé des soirées à découvrir des sonates ou symphonies quasi inconnues du compositeur américain du XXe siècle Charles Ives - dont la musique sert de fil rouge, cette année, au festival. C'est eux encore, qui, vendredi soir, ont assisté au "concert de cinq heures" - cinq heures était la durée du concert et non son heure de début!

Et donc, derrière ce public sérieux, averti voire intello, se cache un public joueur, facétieux, qui, au lieu, d'aller à la chasse aux œufs, en ce week-end de Pâques, est allé hier à la recherche des musiques surprises.

Sept cars sont partis du stade Louis-II.
Sept cars sont partis du stade Louis-II. Photo Jean-François Ottonello

Vu la demande, quatre bus sont partis de Monaco et trois de Nice. En route pour l'aventure!

De grands enfants dans les bus. L'ambiance colo retrouvée! Alors qu'on se dirige vers l'autoroute, chacun y va de son pari sur la suite du trajet. Direction Est, direction Ouest? Gagné, j'avais parié pour l'Ouest !

Passent les péages de Saint-Isidore, Antibes. Bientôt, on se retrouve dans un secteur boisé au milieu de… la zone industrielle de Mouans-Sartoux.

Lieu de concert surréaliste

Que va-t-on faire en ce lundi de Pâques dans la zone industrielle de Mouans-Sartoux ? C'est pourtant là qu'on s'arrête. Terminus, tout le monde descend. Les portes d'un vaste hangar s'ouvrent. Nous pénétrons dans le lieu de stockage de la fabrique de parfums Azur Fragrances. C'est ici, en effet, au milieu de centaines de bidons, fûts et containers rangés sur des passerelles métalliques, que vont se dérouler les trois concerts de l'après-midi.

Dans ce lieu de concert surréaliste, assez éloigné en décor et en esprit de la Salle Garnier, en présence du maire de Mouans-Sartoux, Pierre Aschieri, on est accueilli par le baron Freytag von Loringhoven, président de la maison de parfums. Il révèle qu'il est natif de Salzurg, la « ville de Mozart ». Cela nous met en confiance.

Un raga de fin d'après-midi interprété par trois musiciens hindous.
Un raga de fin d'après-midi interprété par trois musiciens hindous. Photo A.P.

Soudain, surgit au haut d'une passerelle, entre deux rangées de tonneaux métallique, la valeureuse saxophoniste Carmen Lefrançois. Dans l'immensité du hangar s'élèvent les notes cuivrées d'une "Sequenza" du compositeur italien contemporain Berio.

Vient ensuite l'excellente chanteuse Isabelle Druet. Elle enchaîne une guirlande de mélodies au balancement romantique, dont l'une interroge: "Who dares to say the spring is dead?" - "Qui oserait dire que le printemps est mort?" Mais personne, Mademoiselle, personne. Puis, se lâchant en ce lieu où l'on pouvait s'attendre à tout, la chanteuse conclut par un récital d'onomatopées, cris et éternuements. À vos souhaits!

Trois musiciens hindous, dont le chanteur Chriranjib Chakraborty, improvisèrent ensuite un "raga de l'après-midi". Soudain, fermant les yeux, la vision des fûts et containers a disparu. Le Gange coule à leurs pieds… Magie de la musique et du voyage surprise !


La suite du direct