Rubriques




Se connecter à

"Jazz à Juan, c'est un peu la famille": Melody Gardot a dédié son concert à Jean-René Palacio

Melody Gardot a donné hier soir un concert spectaculaire et intime à la fois, avec l’Orchestre philarmonique de Monte-Carlo. Rencontre avec une artiste aussi rigoureuse que généreuse.

Ludovic Mercier Publié le 11/07/2021 à 12:50, mis à jour le 11/07/2021 à 12:54
Melody Gardot est "un peu en famille" à Juan-les-Pins. Photo Cyril Dodergny

Le première chose qui frappe quand on rencontre Melody Gardot, c’est son élégance. De celle que l’on ne doit pas à des robes de créateurs ou des accessoires ultra-tendance. Une posture, une démarche, des gestes. Elle s’excuse pour le retard et s’assure que tout le monde va bien, que tout le monde va pouvoir travailler dans de bonnes conditions.

Une classe brute et éblouissante à l’image de sa voix, qui, depuis 2009 et l’album My One And Only Thrill, qui l’a véritablement révélée au public, nous enlace pour nous emmener dans une univers velouté, au chic presque suranné. C’est cette chaleur qui a permis, ce samedi soir, l’exploit de nous donner l’impression d’un concert intimiste, alors que le Philharmonique de Monte-Carlo l’accompagnait sur la scène de la Pinède.

C’est avec une voix étreinte d’émotion qu’elle évoque ce concert. Un projet qu’elle a rêvé avec Jean-René Palacio, le directeur artistique de ce festival et de la Société des Bains de Mer de Monaco, disparu il y a quelques semaines à peine. "Nous étions ici à Juan-les-Pins, un jour, à discuter. A l’époque, je jouais avec un quartet. Je lui avais confié mon envie personnelle de ramener un orchestre quelque part et de faire un concert de dingue. Il a dit qu’on le ferait ensemble ici. Donc ce soir, c’est grâce à lui que nous sommes là. Tout aurait dû être joué l’année dernière. C’était mon rêve, et il l’a changé en réalité."

Elle évoque sa mémoire, et sa volonté de le serrer dans ses bras. A défaut de pouvoir le faire, elle lui a dédié cette soirée.

 

En famille à Juan

Car Juan-les-Pins, pour Melody Gardot, c’est un peu particulier. "Je connais l’équipe depuis des années, ils restent les mêmes. Malgré la perte de Jean-René cette année, il y a plein d’amour avec tous les gens qui sont là. Quand j’arrive ici, je dis bonjour à tout le monde. C’est important. C’est un peu la famille. C’est ça qui compte."

Apres trois jours de travail intense à Monte-Carlo avec l’orchestre, elle a terminé la veille au soir très tard. Melody à la plage? Ce n’est pas pour cette fois... "A Monaco, on a passé trois jours face à la mer, derrière des fenêtres. La mer était juste là, mais on n’a pas pu y tremper nos doigts. On travaille tellement, que les seuls moments pour profiter, c’est avec l’équipe. Mais, même si je n’ai pas le plaisir d’aller plonger dans la mer, j’adore être ici. Je suis juste légèrement jalouse des femmes en bikini sur la plage."

Toujours l’amour

On peine à la croire, parce que le travail, c’est sa douce torture, à Melody Gardot. Elle écrit, elle compose, elle interprète. Elle fait également des photos, qu’on retrouve dans certains de ces albums. Elle y met une rigueur et une énergie folles.

 

L’après-midi, sous le regard des estivants, bouées sous le bras et serviette sur les épaules, elle procédait aux derniers ajustement avec l’équipe et l’orchestre. "Je ne veux pas être pénible, mais ce ne serait pas mieux si tu te mettais là?", glisse-t-elle à un musicien. Avec douceur et fermeté. Et elle reprend. Encore et encore.

Une énergie qu’elle a insufflé à son dernier album, Sunset In The Blue. "A mi-chemin de finir cet album, la Covid nous a freinés, car on ne pouvait plus se retrouver ensemble. On a été obligé de créer une grande chimie magique pour y arriver. On a lancé un projet, From Paris With Love, où tous les musiciens ont joué chacun leur partition chez eux, un par un. On a créé de belles choses. Si l’album avait été créé comme c’était prévu à l’origine, il aurait été moins intéressant. Moins beau, avec moins d’amour dedans."

L’amour dans l’album, dans la musique, dans les chansons. Mais aussi à la radio, où chaque semaine elle offre aux auditeurs de TSF Jazz une playlist qu’elle a concocté, dans Chateau Gardot. "J’adore inviter des amis à dîner. Je cuisine et on parle musique, on s’échange des conseils, des suggestions. Dans Chateau Gardot, c’est un peu pareil. Et, en plus, j’ai carte blanche."

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.