Rubriques




Se connecter à

"Écrire sur la vie normale": les confidences de Ben Mazué, de retour chez lui sur la Côte d'Azur

Après avoir écumé les Zéniths, l’artiste originaire de Biot récompensé aux Victoires 2022 était à Puget-sur-Argens vendredi et se produit à Nice ce soir au théâtre de Verdure.

Laurence LUCCHESI (llucchesi@nicematin.fr) Publié le 06/08/2022 à 12:17, mis à jour le 06/08/2022 à 11:50
Ben Mazué au Mas des Escaravatiers, qui fête ses 20 ans. (Photos Franz Chavaroche)

À le voir arriver, les cheveux encore humides, longue silhouette d’1m83 vêtue d’un simple short et d’un tee-shirt noir, on se demande si Ben Mazué rentre de l’un de ses joggings matinaux, à la fraîche… et s’il sera d’humeur à passer sur le gril!

Mais l’auteur-compositeur et interprète originaire de Biot, apaisé par l’ombre de l’olivier géant sous lequel nous prenons place au Mas des Escaravatiers, à Puget-sur-Argens, dissipe nos craintes: "Je suis très content de revenir ici, car c’est en ce lieu qu’on a créé le spectacle Paradis, c’est une boucle qui se boucle! J’ai joué pour la première fois au Mas en 2010, en première partie d’un artiste qui s’appelle Benoît Dorémus", rembobine-t-il, ses yeux d’opale accrochés aux nôtres.

Et d’enchaîner: "J’ai découvert le lieu de cette façon-là, je l’ai trouvé super beau. J’ai eu l’occasion d’y revenir avec Grand Corps Malade pour une création unique [en juin 2018, ndlr]. C’était épique parce qu’il a plu des cordes, le système électronique a explosé, c’était compliqué, mais du coup inoubliable!"

Traversée des émotions

Inoubliable, tout comme le demeurera l’épopée de ce spectacle autour de son album Paradis, en réédition augmentée de trois titres, L’envie, Passager, et Des nouvelles: "Faire un album, c’est penser à raconter une nouvelle histoire, c’est se représenter au monde. Là, je n’avais pas envie de raconter une autre histoire, mais d’écrire de nouvelles chansons en cohérence avec cet opus. De faire la suite de Vivant, un des titres de l’album 33 ans qui est une lettre à ma mère disparue, avec Des nouvelles. La chanson Passager est liée au fait que j’ai un tempérament qui me fait parfois sortir de mes gonds, un des défauts pour lequel on a le moins d’indulgence, car on demande aux gens d’être constants. Je voulais dire à tous ceux qui ont ce travers-là que c’était passager."

Une traversée des émotions assortie de tout un périple physique: "On a commencé par jouer dans les théâtres, puis dans les Zéniths, et maintenant on fait les festivals. Il a fallu à chaque fois adapter le spectacle car les attentes du public n’étaient pas les mêmes, jongler avec les différents atouts et contraintes que peuvent représenter ces différents endroits."

Inoubliable, enfin, ce festival de 2013 au cours duquel Grand Corps Malade et lui se sont croisés et plus jamais quittés. Deux êtres épris d’art et de poésie devenus des potes inséparables, comme le confirment leurs imminents projets communs (lire ci-dessous). Parmi les titres toujours très attendus par les admirateurs de Ben Mazué, qui seront encore au rendez-vous en nombre ce soir au Théâtre de verdure à Nice, Gaffe aux autres.

Une chanson coécrite avec son autre complice de toujours Jérémy Frérot: "Elle a été d’abord écrite pour son album, avec lui, puis j’ai voulu la mettre sur le mien. Et à présent, elle a été reprise par l’influenceuse Style Tonic. Parfois les chansons nous échappent…"

A la croisée des chemins entre slam, rap et chanson, avec en outre une formation classique, puisqu’il a étudié le piano au Conservatoire de Nice, Ben Mazué est un artiste épris de textes ciselés, de belles orchestrations et de pépites en tous genres: "Je suis très sensible à la beauté de certaines œuvres, qu’elles soient littéraires, cinématographiques ou autres. En ce moment je lis Le printemps des monstres de Philippe Jaenada, et je viens de voir Le meilleur des mondes de Spielberg. Je suis un bon public pour la culture. Peut-être un peu par transmission, mes parents ayant été très réceptifs à tout cela."

Ce qui le botte, c’est "d’écrire non pas sur le quotidien mais sur les grands virages de la vie normale, les naissances, les deuils, les ruptures." Comme celle avec la mère de ses enfants, à la suite de laquelle Paradis, titre oxymore s’il en est, a vu le jour.

 

Images de l’enfance et odeur des figuiers

De deuil, il est question dans le titre Des nouvelles, dédié à sa mère, dont il a fait une interprétation toute en délicatesse lors des Victoires de la musique, en février dernier (il a d’ailleurs remporté celle de la catégorie spectacle musical, tournée ou concert). Une maman qui repose à Biot, où il se rendra, "dans ce cimetière écrasé de soleil, chauffé à blanc", murmure-t-il.

Paradis, c’est aussi, pour ce grand nomade dans l’âme, une référence à l’île de la Réunion. "C’était une promesse que je m’étais faite, car c’est là-bas que s’est écrite l’histoire de cet album. Et qu’elle s’y est terminée."

Son autre paradis serait-il la Côte d’Azur? "C’est là où je suis né, où j’ai grandi. Quand j’y suis, j’ai toujours des images de l’enfance derrière les paupières. L’odeur des figuiers, associée pour mes deux sœurs et moi à la rentrée des classes, et celle des genêts, au printemps."


Ben Mazué au Théâtre de Verdure à Nice, ce samedi 6 août à 21h.
Tarif: 35 euros. Première partie: Otta.
Rens. Nicemusiclive.fr

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.