Des gilets qui permettent aux spectateurs sourds et malentendants de profiter des concerts du Nice Jazz Festival

Le Nice Jazz Festival propose à des spectateurs sourds et malentendants d’assister aux concerts équipés d’un dispositif traduisant la musique en vibrations. L’expérience est concluante.

Axelle Truquet Publié le 18/07/2022 à 17:25, mis à jour le 18/07/2022 à 17:22
Coralie et ses parents Philippe et Odile ont testé le gilet lors du Nice Jazz Festival et ont beaucoup aimé l’expérience. Photo Dylan Meiffret

Si l’essentiel est invisible pour les yeux, a-t-on absolument besoin d’oreilles pour apprécier la musique? Pas vraiment. Et de moins en moins pourrait-on nuancer. Car les personnes sourdes et malentendantes ont leur place à part entière parmi les spectateurs des concerts et apprécient avec d’autres sens le spectacle. Certaines d’entre elles ont été conviées par les organisateurs du Nice Jazz Festival à venir tester un dispositif destiné à leur permettre de percevoir le son grâce à leurs sensations.

Traduire la musique en vibrations

Comment? C’est assez simple. "Un appareil capte la sonorisation du spectacle et traduit la musique en vibrations. La personne va ressentir tout cela grâce à un gilet qu’elle porte un peu comme une chasuble, résume Jérôme Ricard-Battaglia, de la société Timmpi (qui fait l’interface entre les fabricants de ce type de dispositif et les usagers). Pour l’instant, nous sommes encore limités sur les hautes fréquences mais on parvient tout de même à de bons résultats."

L’idée de départ est toute simple et part d’un constat: les sourds et malentendants sont sensibles au toucher. "Beaucoup d’entre eux aiment la musique et la ressentent grâce aux vibrations en posant la main sur les structures métalliques par exemple. Avec ce gilet, c’est beaucoup plus simple et cela leur permet de capter avec plus de précision la sonorisation, constate Jérôme Ricard-Battaglia. Finalement, c’est un peu comme quand vous êtes dans la fosse et que vous vibrez avec la foule."

"J’ai senti mon corps vibrer"

Coralie, Niçoise de 20 ans, a testé le gilet lors de la première journée du Nice Jazz Festival avec ses parents, Philippe et Odile. Elle est sourde de naissance, n’est pas appareillée et ne perçoit pas le moindre de son. Et pourtant "j’ai beaucoup aimé le concert! J’avais déjà testé un dispositif de ce type au Festival Clin d’Œil de Reims, un festival des arts en langue des signes, très connu parmi les personnes souffrant de surdité. Je suis très contente, j’ai senti mon corps vibrer avec la musique. Ce serait formidable si on pouvait trouver des gilets de ce type dans plus d’événements."

 

Pour tous types de spectacles

Son vœu pourrait être entendu. En effet, Jacques Dejeandile, adjoint au maire de Nice délégué au Handicap et à l’accessibilité se dit ravi "de pouvoir permettre aux personnes sourdes et malentendantes de profiter des spectacles. C’est la société Timmpi qui nous a proposé de tester le gilet et si l’essai est concluant, nous envisageons d’acheter une mallette avec 5 gilets que nous pourrons déployer sur les manifestations culturelles. Nous avons collaboré avec l’association Armils [un service d’interprète français-langue des signes française basé à Nice] qui a proposé des places de spectacles à ses adhérents. Ces derniers pourront nous faire des retours très concrets."

Selon les premiers utilisateurs, l’expérience est très concluante. Prochainement, les "testeurs" pourront confronter le dispositif au Cirque du soleil et ses chorégraphies aériennes.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.