Rubriques




Se connecter à

Début des concerts du festival de musique ce jeudi au palais de l’Europe à Menton

La violoniste Geneviève Laurenceau et le pianiste niçois David Kadouch se produiront dans la "Sonate à Kreutzer" pour ouvrir cette série de concerts dans le cadre du Festival de musique.

André PEYREGNE Publié le 04/08/2022 à 14:16, mis à jour le 04/08/2022 à 13:54
La violoniste strasbourgeoise Geneviève Laurenceau. Photo DR

Comme les années précédentes, le Festival de musique propose des concerts à 18 heures au palais de l’Europe. Le premier aura lieu aujourd’hui avec la violoniste Geneviève Laurenceau et le pianiste David Kadouch ; le deuxième vendredi avec le pianiste Kim Bernard ; le troisième lundi prochain avec la Nuit du piano, et le dernier le mercredi 10 avec la percussionniste Vassilena Serafimova.

"Artiste de l’année" en 2011

La violoniste d’aujourd’hui, Geneviève Laurenceau, est née à Strasbourg. Elle a été élève du célèbre violoniste cannois Jean-Jacques Kantorow - père du pianiste Alexandre Kantorow qu’on entendra samedi prochain - et du grand maître Zakhar Bron qui, il y a quelques années, a donné des master classes à Menton. S’étant produite en soliste, à l’âge de 9 ans, avec l’orchestre de chambre du Philharmonique de Strasbourg, elle remporta un premier prix au Concours International de Novossibirsk en Russie, puis au concours du "Violon de l’Adami". L’Adami? Organisme français de gestion des droits des artistes qui met en jeu chaque année le prêt d’un violon de grande valeur.

Geneviève Laurenceau s’est déjà produite sous la direction de grands chefs comme Michel Plasson, Tugan Sokhiev, Christian Arming dans des salles prestigieuses telles que le Châtelet, la Philharmonie de Paris, la Salle Gaveau à Paris, la Halle aux Grains à Toulouse. En 2011, le magazine ResMusica l’a nommée « artiste de l’année ».

 

La violoniste strasbourgeoise a également à son actif quelques enregistrements dont un comportant des œuvres d’Albéric Magnard pour lequel elle a obtenu un Diapason d’or. Il est ainsi utile que nos jeunes solistes s’emploient à nous faire redécouvrir les grands compositeurs oubliés.

Pas de Magnard au programme d’aujourd’hui mais du Mozart, du Brahms et du Beethoven : sonate en mi mineur du premier, sonate en sol majeur du second, « Sonate à Keutzer » du troisième.

Un programme plein de finesse, de virtuosité et de romantisme!

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.