“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Damnation de Faust": encore un concert ce mardi soir

Mis à jour le 16/12/2019 à 10:48 Publié le 16/12/2019 à 10:47
Le Chœur de l’opéra et l’orchestre Philharmonique avec, au premier rang, la soprano Sophie Koch, le ténor Jean-François Borras et, à droite, le baryton Erwin Schrott.

Le Chœur de l’opéra et l’orchestre Philharmonique avec, au premier rang, la soprano Sophie Koch, le ténor Jean-François Borras et, à droite, le baryton Erwin Schrott. Photo Alain Hanel-Opéra de Monte-Carlo

"Damnation de Faust": encore un concert ce mardi soir

L’opéra de Berliozaété donné hier en version de concert avec l’un des meilleurs Méphisto du monde, l’Uruguyen Erwin Schrott.

Soudain, le diable arriva. Et le concert s’emballa. Vira au fantastique. Et fantastique est un terme qui convient à une œuvre de Berlioz (auteur de la «Symphonie Fantastique») ! Ah, on s’en souviendra, de sa « Damnation de Faust » donnée hier en l’Auditorium Rainier III !

Le diable, c’était le baryton uruguayen Erwin Schrott. Il est l’un des meilleurs interprètes actuels de Méphisto au monde. Dès son arrivée, au milieu du premier acte de l’œuvre, il mit le public et la musique en transes. La salle trembla. Ses éclats de voix nous donnèrent le frisson.

Du fond de la scène, le magnifique chœur de l’Opéra faisait entendre sa clameur. Parfois, Erwin Schrott se tournait vers lui, pour l’exhorter. D’un bout à l’autre de la scène, un dialogue de géant s’instaurait entre le chœur et le diable.

C’est la fin de l’«année Berlioz»

Entre les deux–le chœur et le diable-l’Orchestre Philharmonique se déchaînait en crescendos dantesques, en roulements de percussions, en coups de cymbales, en fanfares flamboyantes, en traits d’archets sataniques.

Le chef Kazuki Yamada avait l’œil à tout, maîtrisant à merveille les changements de tempo, ménageant des accalmies au milieu de l’orage. Le diable avait beau être à ses côtés, c’était quand même lui, le maître du temps !

En dehors de Méphisto, il y a, bien sûr, deux autres solistes principaux dans la «Damnation de Faust» : Marguerite et... Faust. La première était interprétée par l’une de nos meilleures sopranos françaises, Sophie Koch. Cette ardente femme chanta admirablement l’air de l’«Ardente flamme».

Faust était interprété par le ténor Jean-François Borras. Contrairement à ses partenaires, il chantait son rôle pour la première fois. Cet enfant de Monaco, qui a grandi et étudié en Principauté avant d’être propulsé sur les plus grandes scènes du monde, nous a émus.

Ce ténor au beau timbre a lancé toutes ses forces dans ce rôle qu’il a encore à rôder et auquel il doit donner de l’ampleur. Il a tout pour convaincre. Il était au cœur d’un concert qu’on n’oubliera pas de sitôt et qui marquait, à Monaco, la fin de l’«année Berlioz» (célébration du cent-cinquantenaire de la mort du compositeur). Un concert du diable !

Savoir +
Prochain concert : demain mardi,
20 heures. Tarifs : de 35 à 105 euros.
Renseignements au 98.06.28.28.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.