Rubriques




Se connecter à

Concert, nouvel album, une émission à la radio... De passage à Sanary, Joyce Jonathan se confie

La chanteuse, qui va rejoindre Les Grosses Têtes sur RTL à la rentrée, était à Sanary. L’occasion de discuter de sa nouvelle vie de famille et de son prochain album.

Florian Simeoni Publié le 26/07/2021 à 14:30, mis à jour le 26/07/2021 à 14:09
Joyce Jonathan sort un single: Les p’tites jolies choses. (Photo F. S.)

La chanteuse, autrice-compositrice et toute jeune maman multiplie les projets. On a rencontré la protégée de Louis Bertignac récemment, avant son passage sur la scène de l’Esplanade lors du festival Sanary sous les étoiles…

Ça fait quoi de retrouver le public?

C’est génial et bizarre à la fois. J’ai l’impression que pour beaucoup de personnes, ce fut comme une ellipse. On ne sait pas si c’est fini mais cela reste réjouissant de remonter sur scène. J’ai la chance de pouvoir jouer avec l’orchestre de Richard Gardet, qui joue beaucoup dans le Sud. Nous nous sommes rencontrés récemment.

C’est une équipe géniale. Je suis ravie de pouvoir chanter un petit peu de mes quatre albums ainsi qu'une nouvelle chanson: Les p’tites jolies choses, qui fera partie de mon nouvel album [du même nom, qui sortira en janvier 2022, NDLR]. Nous avons aussi sélectionné quelques reprises pour les concerts. C’est l’été et c’est agréable de faire des chansons que tout le monde connaît.

 

Ce nouveau titre est à l’image du prochain album?

Ce single représente vraiment bien le reste de l’album, qui se divise en deux parties. Je fais une collaboration avec Ibrahim Maalouf sur six chansons plus jazz, plus organiques, avec la contrebasse, le piano, les cuivres et, bien sûr, la trompette avec Ibrahim. Ce sera très différent de mes anciens albums. La seconde partie contient aussi des collaborations mais je suis restée plus proche de mon univers habituel avec des chansons qui me ressemblent.

Vous êtes devenue maman cet automne, cela a joué sur l’album?

Je pense que c’est une douce et lente évolution depuis quelques années, qui me donne envie d’être dans la réalité. Bien sûr je suis comme tout le monde, beaucoup sur les réseaux sociaux, sur Instagram à regarder des stories des uns et des autres mais, on s’y perd vachement. C’est chronophage et ça nous éloigne un peu de la réalité, de qui nous sommes et ce que nous voulons être.

On se compare trop. Beaucoup de chansons du denier album parlent de cela, d’être dans le réel et de qui l’on est vraiment, et pas ce que l’on veut paraître. Ces thèmes me tiennent à cœur. Le fait d’être maman me pousse encore plus vers ces émotions car les moments que je partage avec ma fille sont des moments privilégiés et privés que je chéris plus que tout. Je n’ai pas besoin de les partager, plutôt qu’ils me restent intimes.

 

Vous ferez partie des Grosses Têtes sur RTL à la rentrée?

C’était un rêve, je suis ultra-fan! Je ne sais pas trop comment cela va se passer. En juin dernier, j’étais l’invitée mystère des Grosses Têtes de la version radio et un peu sur le ton de la blague, Laurent Ruquier m’a dit: ‘‘Vous aimeriez participer?’’ Pour moi, c’était oui évidemment, malgré mon image ‘‘sage’’. Je n’en ai pas l’air mais les jeux de mots sont ma passion dans la vie!

Je crée souvent des expressions, parfois un peu trop, ça fatigue mon entourage… (rire) C’est merveilleux d’avoir une émission où c’est la fête du jeu de mots. C’est toujours très rigolo, avec à la fois de la repartie et de la bienveillance. Laurent Ruquier choisi ses invités, ce ne sont jamais des punching-balls, c’est très sympa.

Sanary sous les étoiles continue avec The Beatles Factory mardi 27 juillet, Natasha St-Pie le 29… à 21h30, site de l’Esplanade.

Concert gratuit.

Rens. www.sanary-tourisme.com

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.