“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Born in 90": Larusso, Ménélik, Zouk Machine... reprennent le micro à Nice!

Mis à jour le 07/11/2019 à 15:08 Publié le 15/11/2019 à 09:30
Les Worlds Apart et Larusso feront partie de la tournée.

Les Worlds Apart et Larusso feront partie de la tournée. Photos DR

"Born in 90": Larusso, Ménélik, Zouk Machine... reprennent le micro à Nice!

Après les idoles des années yé-yé et disco, puis les vedettes des années quatre-vingt, les célébrités qui brillaient au hit-parade à l’époque des Tamagotchi ou de la première victoire des Bleus en Coupe du monde reprennent du service. Boys bands, chanteuses R’n’B et rois du groove seront à Marseille, le 15 novembre, et à Nice, le 16 novembre, pour la première édition de la tournée "Born in 90".

Sur Internet, à la radio ou à la télé, on ne cesse d’entendre que "c’était mieux avant". Peu importe si le temps estompe un peu les souvenirs et arrondit sacrément les angles.

Proust avait sa madeleine. Ceux qui ont connu les plus belles heures de leur jeunesse sous la boule à facettes du Macumba ont Émile et Images, Début de soirée ou Julie Pietri.

En écoutant leurs tubes, aussi kitsch soient-ils, la tête et les jambes se font moins lourdes, le quotidien devient plus léger. Avec RFM Party 80, puis Stars 80, on a pu mesurer l’ampleur du phénomène.

Concert après concert, ces artistes considérés comme has been ont connu un invraisemblable retour en grâce, jusqu’à remplir le Stade de France. Avant les piliers du Top 50, les chanteurs des périodes yé-yé et disco avaient ouvert la voie avec Âge tendre, la tournée des idoles.

Séverine Ferrer à l’animation

Et maintenant? On déroule la frise chronologique jusqu’à la fin du XXe siècle, à une époque où les ados de l’Hexagone engloutissaient avec entrain Hit Machine et Fan de, deux émissions de M6 dans lesquelles on croisait toutes les stars du moment (ou étoiles filantes, selon votre degré de cynisme).

Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, donc. Où les boys bands enchaînaient les chorégraphies les plus folles, où les CD deux titres s’écoulaient comme des petits pains et où le Français moyen pensait encore que toutes les phrases des rappeurs commençaient par "Yo".

Un peu comme si une faille spatio-temporelle venait de s’ouvrir, les amoureux de cette époque vont pouvoir s’y replonger avec la tournée Born in 90. Après une première étape à Rouen, le 31 octobre, le rythme va s’emballer avec une vingtaine de concerts dans les Zéniths et un ultime round à l’AccorHotels Arena, le 21 décembre.

Durant cette séquence revival, on retrouvera Séverine Ferrer, ancienne présentatrice de Fan de, à l’animation. Sur scène, Ménélik, Zouk Machine, Princess Erika, Lââm, Doc Gynéco, les Worlds Apart ou encore plusieurs membres issus des 2 Be 3 et de G-Squad assureront le show, pendant près de trois heures.

Interprète de Tu m’oublieras, immense succès de l’année 1998 avec 1,2 million de singles vendus en France et douze semaines en tête du Top 50, Larusso sera également de la partie. Alors âgée de dix-neuf ans, Laetitia Serero avait percé contre toute attente grâce à ce morceau, auparavant chanté par Régine.

"Mon Dieu, j’ai vraiment détesté au départ. Je ne voulais pas l’enregistrer. Finalement, je me suis dit que ça n’allait pas me tuer d’aller en studio pour essayer. Après, la chanson a reçu un très mauvais accueil des gens du métier. Et puis, quelqu’un a quand même décidé de la passer et ça a marché très fort. C’est toujours le public qui décide", appuie la chanteuse.

 

"On était bien dans ces années-là"

Après une longue période hors des radars, celle qui vient de fêter ses quarante ans est impatiente de démarrer l’aventure Born in 90.

"Je ne connais pas forcément tout le monde. Mais le simple fait de se retrouver avec ces artistes va me ramener à de bons souvenirs. Il y a des musiciens, des danseurs et une scène sublime. On veut proposer un vrai spectacle. On fera des medleys, des duos, des trios, on sera aussi tous ensemble sur certains titres. Les gens en auront pour leur argent", promet Larusso, qui vient de sortir un nouveau single intitulé Monopoly.

"Totalement fan" de Moïse, qui formait le groupe Tribal Jam avec son frère, Joseph, "très copine" avec Christiane, de Zouk Machine et Catherine, de Black Box, Larusso se laisse volontiers bercer par la nostalgie.

"On ne pouvait pas savoir à quelle sauce on serait mangés plus tard, mais on a été chanceux. On était bien dans ces années-là, c’était vraiment sympa, un peu moins difficile qu’aujourd’hui."

De belles tranches de vie, donc. Même si une partie de sa jeunesse a filé à vitesse grand V. "J’avais besoin de voir mes amis, de sortir, d’assister à des anniversaires. Mais tout ça, je n’ai pas pu le faire. Aujourd’hui, je trouve ça moins grave de passer à côté de ces choses, mais à dix-neuf ans, c’était hyper important pour moi. En contrepartie, j’ai connu un truc magnifique. J’ai pu remplir un Olympia, j’ai fait des tournées incroyables, j’ai chanté à l’étranger… Le sacrifice valait la peine."

Reprises, à prendre ou à laisser

Un peu comme sur ces compils d’époque à la pochette criarde, on trouve de tout sur Back dans les bacs. Plus exactement treize reprises de tubes 90’s, principalement rap ou R’n’B, arrangés à la sauce du moment.

Ça marche très bien avec Mathieu Boogaerts sur Angela, du Saïan Supa Crew. C’est pas mal pour Corine qui se frotte à Je danse le mia, d’IAM, et Cœur de Pirate, lancée dans un piano-voix sur Femme like U, de K. Maro.

C’est bien plus compliqué pour Lily Poe, confrontée à Pose ton gun, de NTM.
Et surtout pour le trio Arielle Dombasle-Mareva Galanter-Inna Modja, mollassonnes en simili Spice Girls sur Wannabe.

Back dans les bacs. 13 titres. (E.47 Records)


Tournée Born in 90.
Vendredi 15 novembre, à 20h. Le Dôme, à Marseille.
Tarifs: de 39 à 59€.  www.dome.marseille.fr
w Samedi 16 novembre, à 20h. Palais Nikaïa, à Nice.
Tarifs: de 39 à 59€.  www.nikaia.fr


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.