“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Après deux soirées exceptionnelles à Juan-les-Pins, le festival Lunallena veut remettre ça

Mis à jour le 02/08/2018 à 10:46 Publié le 02/08/2018 à 07:35
8.000 spectateurs pour deux soirées dont celle avec NTM, Lunallena s'installe dans le paysage culturelle azuréen.

8.000 spectateurs pour deux soirées dont celle avec NTM, Lunallena s'installe dans le paysage culturelle azuréen. Photo P.L.

Après deux soirées exceptionnelles à Juan-les-Pins, le festival Lunallena veut remettre ça

Deux soirées de feu dans la pinède de Juan, 8.000 spectateurs, le choc NTM : après le succès de cette première édition dans la pinède de Juan, le festival songe à y revenir dès l'été prochain.

"Vous venez d'installer votre festival !" Réactions de professionnels du spectacle, sitôt bouclée la 2e édition du festival Lunallena. Minuit, vendredi 27 juillet. Les arbres de la pinède de Juan-les-Pins sont ébouriffés, les 5.000 spectateurs de ce vendredi soir-là, décoiffés par l'énorme performance du Suprême NTM. On le voit, on le sent : il s'est "passé un truc". Ce jeune mais ambitieux festival vient de gagner ses lettres de noblesse et, peut-être, de s'ancrer dans la durée. Avec de furieuses envies de revenez-y.

Lancer sur la Côte d'Azur un petit frère des Vieilles Charrues ou des Eurockéennes de Belfort, avec des stars électro-pop-rap-reggae à l'affiche : le pari du groupe Nice-Matin était osé. Mais le rêve prend corps. Cette deuxième édition (première dans les Alpes-Maritimes), coorganisée avec Gérard Drouot Productions et Monaco Live Productions, en appelle d'autres. Dès l'été 2019. Peut-être à nouveau à Juan. Et pourquoi pas avec une soirée de plus. Débrief et perspectives.

La fièvre et le feu

La pleine lune était au rendez-vous les 26 et 27 juillet. Une habitude pour le Lunallena ("pleine lune" en espagnol), inspiré du prestigieux Primavera Sound Festival de Barcelone, et salué en prime par l'éclipse du siècle. Fortiche.

Mais à Juan, le spectacle était sur scène. Avec deux "exclus" inédites. D'abord les Chemical Brothers, "un groupe emblématique de l'électro, un vrai événement", dixit Jean-François Roubaud, directeur du service événementiel de Nice-Matin et chef d'orchestre des festivités. "Ensuite, NTM a fait ce qu'on espérait : le plein et... le feu ! Je pense que la pinède n'avait jamais connu un truc pareil : un match de boxe entre Joey Starr, Kool Shen et le public. De vraies bêtes de scène".

Sur les réseaux sociaux, hormis les critiques sur le niveau sonore surpuissant, les spectateurs couvrent de louanges le festival. Signe qui ne trompe pas : les artistes étaient ravis. à l'image des Chemical, qui avaient pourtant "dû faire des efforts pour faire tenir leur show extravagant dans la pinède", selon Jean-François Roubaud. Que dire de Joey Starr et Kool Shen, légendes du rap français, gratifiés d'une haie d'honneur en coulisses pour le premier concert azuréen de leur histoire? Pas peu fier (à juste titre) de sa performance animale, Joey Starr a publié sur Instagram, le lendemain, la une de Nice-Matin.

ON A PINER LA PINÈDE...LIVE SOLDIERZ!!! #suprementm #livesoldierz @caroline_nathhorst 😘 #rockthepinède

Une publication partagée par Joeystarr (@joeystar_r_dah_punkfunkhero) le

Affluence en hausse

Festival Lunallena à Juan-les-Pins, Chemical Brothers.
Festival Lunallena à Juan-les-Pins, Chemical Brothers. Photo S.B.

Près de 3.000 spectateurs pour la soirée Chemical, plus de 5.000 pour NTM. Soit 8 000 spectateurs, contre 6 500 l'an dernier, à Bandol, pour la première édition. Lunallena grandit. Avec un défi : s'imposer comme un vrai festival, "et non comme un concert avec des faire-valoir avant la tête d'affiche, insiste Jean-François Roubaud. Aux Vieilles Charrues, les gens vont aussi découvrir d'autres musiques, d'autres émotions." à Juan, le public a pris son temps pour arriver le premier soir (Lune Apache, Bagarre, Her, Chemical Bros), laissant les premiers groupes essuyer les plâtres, au risque de louper le brillant Her. Le second soir (Kaotik 747, Lucky Chops, Soja, Suprême NTM), "le public est arrivé massivement tout de suite ». Tant mieux pour la folie de Lucky Chops qui, pour Jean-François Roubaud, était « la claque du festival. Simple mais magique !"

Des prix ajustables

Cinquante-neuf euros la soirée avec quatre groupes, 99 pour le festival complet: les prix ont fait tiquer certains mélomanes, astreints à des choix face au menu pléthorique de juillet sur la Côte. Rien d'indécent, pourtant. Soixante euros, c'est plus cher qu'un Nice Jazz Festival subventionné, mais moins que certains concerts à Jazz à Juan ou sur la terrasse du Palais des festivals cannois. "Cela s'explique par le cachet des artistes. Aujourd'hui, leur prix est élevé parce que c'est leur seul revenu - les CD ne se vendent plus et le streaming rapporte peu, explique Jean-François Roubaud. Peut-être que l'an prochain, nous adapterons les prix pour en proposer un qui soit plus accessible à tous. Sans pour autant revoir l'ambition culturelle à la baisse."

Côté buvette et restauration, les festivaliers ont trouvé de la qualité et de la fluidité à Juan. Oublié, les files d'attente de Bandol 2017 : "On a tiré les leçons du passé. On a pris des pros pour tenir la buvette. Preuve que le festival grandit !"

Susciter une attente

Alors, on remet ça ? Chiche ! Face au succès public et d'estime, Lunallena entend passer la troisième en 2019. Et se poser un peu. "Je pense qu'on va rester dans les Alpes-Maritimes, et même à Juan. C'est un endroit fou de charme, qui a vécu un truc à part, justifie Jean-François Roubaud. Mais on n 'abandonne pas le Var, puisque les Aoûtiennes continuent à Bandol" (du 9 au 11 août).

>> LIRE AUSSI. Pop rock, électro, rap... Le programme (résolument éclectique) de la 2e édition du festival Les Aoûtiennes

Reste à s'imposer et cohabiter avec une riche, mais saine concurrence. "L'objectif : boucler la programmation dès l'automne. Et passer à trois soirées." Pour que le public azuréen guette le menu du prochain Lunallena avec gourmandise.

à partir de 1 €


La suite du direct