À Toulon, Leee John revient sur le succès du groupe mythique Imagination

Le membre fondateur du mythique groupe funk britannique Imagination a enflammé la scène de Jazz à Toulon vendredi. Il sera le 18 juillet à Cavalaire.

Article réservé aux abonnés
Florian Simeoni Publié le 17/07/2022 à 22:30, mis à jour le 17/07/2022 à 16:51
interview
Leee John déborde d’Imagination à Toulon. Photo Valérie Le Parc

La voulait-il clinquante comme les toges antiques ou les tenues pirates qu’il arborait dans les années quatre-vingt? Ou plus sobre pour boucler la boucle de quarante ans de carrière?

Toujours est-il qu’après avoir cherché une ceinture appropriée pour son concert à Jazz à Toulon vendredi soir, Leee John, fondateur du groupe Imagination, cool et enjoué, a répondu à nos questions.

Retour, avec lui, sur le succès de ce groupe mythique qui cumule plus de trente millions d’albums vendus grâce à des tubes planétaires et intergénérationnels comme Just An Illusion, Music And Lights ou Body Talk.

Heureux d’être d’ici?

 

Oui. Nous faisons pas mal de dates dans la région. C’est la meilleure des choses qui soit, surtout après ces deux années particulières...

Vous venez souvent dans la région, qu’aimez-vous y faire?

Je vais pas mal nager. Je fais aussi de la marche rapide dans les environs mais pas trop pour garder de l’énergie pour les concerts (rires).

Cette année, on célèbre les quarante ans de votre groupe Imagination... Quel bilan?

Je retiens le travail acharné ainsi que les costumes (rires). Internet n'existait pas, nous devions nous-même assurer la promo de manière physique. Ce fut ensuite un apprentissage permanent, notamment avec l’arrivée de nouvelles technologies dans la production.

 

Avez-vous gardé quelques costumes à sequins?

Par petites touches, oui (rires). Ils ont été retravaillés depuis le temps! Même si la mode est dans un revival des années 1970 et 1980. Mais cet esprit funk, ça fait partie des choses qui participent à faire voyager le public.

Vous avez un souvenir de concert particulier?

Le concert anniversaire à l’Olympia en mai dernier était extraordinaire. J’ai un lien particulier avec le public francophone. Difficile de donner un souvenir en particulier. Je ne suis pas quelqu’un qui vit dans le passé, je préfère rester dans l’instant présent.

Qu’est-ce que ça fait de voir les gens danser et chanter sur vos chansons encore aujourd’hui?

J’en suis très heureux. Certaines choses y contribuent, comme la nouvelle série Netflix Man VS Bee avec Rowan Atkinson [Mr Bean, ndlr], où il chante Just An Illusion dans une scène très drôle sous la douche. Ça participe à ce qu’une nouvelle génération nous connaisse.

Il y a aussi le duo avec Gorillaz, The Lost Chord...

 

C’était super et le clip est incroyable. Ça me permet de rencontrer une nouvelle audience. La musique d’Imagination est aussi remise au goût du jour grâce aux remix faits par de nombreux DJ. Ils arrivent d’ailleurs à recréer de superbes sons.

Le duo Don’t Stop The World From Turning avec Plastic Bertrand est plus… surprenant!

Ça s’est fait très simplement, je le connais depuis des années. L’idée de cette chanson est venue quand nous donnions un show sur un bateau, il y a quelque temps. J’aime écrire des choses différentes. C’est un morceau positif qui encourage à avancer. Il est plus actuel que jamais.

Quels sont vos projets?

Je vais sortir un coffret en novembre qui regroupera les albums d’Imagination et mes albums solos de jazz, de funk. Il contiendra également des morceaux inédits, des lives et des réorchestrations de certains tubes.

Leee John en concert. Lundi 18 juillet, à 21h30. Esplanade Sainte Estelle, à Cavalaire. Gratuit. Rens. 04.94.01.92.10.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.