“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Voici le programme complet des projections de l’Institut audiovisuel de Monaco pour la saison 2019-2020

Mis à jour le 03/10/2019 à 10:18 Publié le 03/10/2019 à 09:00
Natalie Wood, la prisonnière du désert de John Ford et la jeune Audrey Hepburn dans Nous irons à Monte-Carlo.	(DR)
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Voici le programme complet des projections de l’Institut audiovisuel de Monaco pour la saison 2019-2020

La saison de l’Institut audiovisuel fait la part belle à un casting de réalisateurs importants du monde cinématographique... avec quelques pépites pour attirer les cinéphiles.

"La maison et le monde". Ou comment concilier l’infiniment grand et l’infiniment petit. C’est le défi, cette thématique, de la saison 2019-2020 de l’Institut audiovisuel de Monaco, qui prend son rythme de croisière dans sa nouvelle dimension et ses nouveaux locaux.

"La maison et le monde" donc, où l’essai de programmer à la fois des œuvres qui parlent du monde, alignant notamment un casting de réalisateurs de divers horizons. Mais aussi évoquer le cœur et le patrimoine du pays.

Pour le premier rendez-vous, le 8 octobre, en pleine semaine de remise des prix de la Fondation Prince Pierre, c’est au récipiendaire du prix littéraire de 1984, Patrick Modiano, qu’il sera fait honneur. Les mots de l’écrivain français, prix Nobel en 2014, ont été en effet mis en image en 2006 par Mikhaël Hers, qui a adapté De si braves garçons. Ce moyen-métrage lancera la saison.

Revoir le Monaco des années 50

Puis, le 22 octobre avec le film Voyage à Cythère de Théo Angelopolous, les Mardis du cinéma reprendront leur cycle. Avec quinze séances jusqu’au printemps. Au programme ? « Des cinéastes que l’on aime remontrer et d’autres dont nous n’avions jamais programmé de films comme Théo Angelopoulos justement, Lubitsch ou John Ford », confie Vincent Vatrican.

Pour John Ford, le retard sera « bien » rattrapé en présentant La prisonnière du désert, l’un de ses chefs-d’œuvre, virtuose du western avec un John Wayne iconique et Natalie Wood sous son meilleur jour.

Au chapitre des curiosités, le film restauré programmé cette année est Nous irons à Monte-Carlo réalisé par Jean Boyer en 1951. "Ce n’est pas pour la qualité du film, qui est un divertissement, une fantaisie musicale, loin d’être un sommet du 7e art. Mais les caméras de cette production se sont installées dans différents lieux, notamment Monaco-ville", continue le directeur Vincent Vatrican. L’occasion de voir sur grand écran une Principauté d’il y a un demi-siècle, à la fois familière et profondément modifiée. On y remarquera également la jeune Audrey Hepburn dans un de ses premiers rôles. Restauré par les fonds de TF1 Studio en 4K, le film aura donc une avant-première monégasque.

Autre pépite de la saison, Le bal, d’Ettore Scola. Ce n’est pas son film le plus célèbre mais il intéresse car il raconte les grandes étapes de l’histoire du XXe siècle en Europe, du Front populaire aux sixties, en passant par l’Occupation, évoquées dans une salle de bal, sous le prisme de la danse. Un opus présenté avec la complicité des Ballets de Monte-Carlo.

Plus "grand public", la toujours efficace Panthère Rose, version 1962, avec Peter Sellers en inspecteur Clouseau ou La ruée vers l’or de Charlie Chaplin sont à voir ou revoir pour parfaire sa cinémathèque personnelle.

Enfin, pour les amateurs de patrimoine et de belles images, la traditionnelle ciné-conférence s’appuiera, cette année, sur les liens entre Monaco et l’automobile. Une manière d’amorcer l’exposition estivale du Grimaldi Forum, sur le même thème.

Charlie Chaplin dans La ruée vers l’or.	(DR)

Le programme complet des projections

Charell de Mikhaël Hers, le 8 octobre
Voyage à Cythère de Théo Angelopoulos, le 22 octobre
Les  Nibelungen de Fritz Lang le 3 novembre en ciné-concert à l'opéra
Nous irons à Monte-Carlo de Jean Boyer le 12 novembre
Stalker d'Andreï Tarkovski le 26 novembre
Transit de Christian Petzold le 3 décembre
Le Bal d'Ettore Scola le 15 décembre
La parenthèse rose de Blake Edwards le 17 décembre
Notre pain quotidien de King Vidor le 7 janvier
The world de Jia Zhangke le 21 janvier
To be or not to be d'Ernst Lubitsch, le 4 février
Réminiscences d'un voyage en Lituanie de Jonas Mekas, le 11 février
La ruée vers l'or de Charlie Chaplin, le 25 février
Maine océan de Jacques Rozier, le 3 mars
Halfaouine, l'enfant des terrasses de Férid Boughedir, le 13 mars
Touki Bouki de Djibril Diop Mambéty le 24 mars
Sunstone de Felipa César et Louis Henderson, le 31 mars
Le prisonnière du désert de John Ford, le 7 avril
Les joeurs d'échecs de Satyajit Ray, le 14 avril
Mafioso d'Aberto Lattuada, le 28 avril
Le carrosse d'or de Jean Renoir, le 12 mai
Ciné conférence Monaco et l'automobile, le 28 mai
L'émigré de Youssef Chahine, le 2 juin
Le Havre d'Aki Kaurismaki, le 9 juin

Pour chaque film, les bandes annonces sont visibles sur www.toutlartducinema.mc

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.