“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

VIDÉO. Qu'est-ce qu'on regarde à la télé ce soir? "Les Femmes du 6e étage" sur M6

Mis à jour le 25/05/2020 à 19:48 Publié le 26/05/2020 à 15:00
"Les Femmes du 
6e étage" avec  Fabrice Luchini.

"Les Femmes du 6e étage" avec Fabrice Luchini. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDÉO. Qu'est-ce qu'on regarde à la télé ce soir? "Les Femmes du 6e étage" sur M6

En attendant de pouvoir à nouveau admirer Fabrice Luchini sur les planches, là où il est sans nul doute le plus merveilleux, on le retrouve sur M6 ce soir, à 21h05, entouré des "Femmes du 6e étage".

Elles? Ce sont des employées de maison espagnoles du 16e arrondissement. Elles résident tout en haut d’un immeuble conçu comme un millefeuille de bonne pâtisserie.

Au rez-de-chaussée, la loge de la concierge. Plus haut, les familles bourgeoises, pas peu fières de prendre un peu de hauteur. Et sous les toits, se nichent les chambres de bonne, avec toilettes collectives sur le palier. Monde d’inconfort matériel mais d’une richesse conviviale incommensurable. Monsieur Joubert, agent de change rigoureux et petit bourgeois cul serré, (Fabrice Luchini, donc), va découvrir cet univers chamarré.

La "jota", Dalida et la sangria

Lui qui n’a d’autre passion dans sa vie que la cuisson à la seconde près de l’œuf coque qu’il prend au petit-déjeuner. Lui qui n’a d’autre horizon que la provinciale collet monté qu’il a épousée, (Sandrine Kiberlain qui habite le rôle dans les grandes largeurs), obsédée par ses bridges et à ses rendez-vous chez le coiffeur.

Lorsqu’il se hasarde à monter au sixième étage, Monsieur Joubert s’émeut de la rusticité des locaux des femmes de chambre, règle leurs problèmes domestiques et devient la coqueluche de la diplomate Concepcion (Carmen Maura, tellement touchante actrice fétiche de Pedro Almodóvar), Teresa, Carmen, la rescapée de la guerre d’Espagne, la très belle Maria, Dolores et Pilar...

Il y a le folklore, l’exubérance, la sangria, la "jota" (ce son guttural propre à l’espagnol qui demande un peu de boulot pour les Français souhaitant le reproduire), le flamenco, le ménage en chantant Dalida (Itsi bitsi petit bikini)... Autant de petits riens qui font tout le charme de cette comédie de Philippe Le Guay (Le Coût de la vie, Alceste à bicyclette, Normandie nue).


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.