“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Un des meilleurs moments de ma vie"... Cette ado varoise partage l'affiche de Ducobu 3 avec Elie Semoun

Mis à jour le 05/02/2020 à 17:21 Publié le 05/02/2020 à 17:20
Leeloo Eyme joue la première de la classe amoureuse du cancre, un certain Ducobu.Leonie Eyme actrice dans Bucodu 3 Eleve collège Henri Matisse Saint MaximinPhoto GRRedacteur Alexandre Raynaud (MaxPPP TagID: maxmatinarch509813.jpg) [Photo via MaxPPP]

Leeloo Eyme joue la première de la classe amoureuse du cancre, un certain Ducobu.Leonie Eyme actrice dans Bucodu 3 Eleve collège Henri Matisse Saint MaximinPhoto GRRedacteur Alexandre Raynaud (MaxPPP TagID: maxmatinarch509813.jpg) [Photo via MaxPPP] Photo Gilbert Rinaudo

"Un des meilleurs moments de ma vie"... Cette ado varoise partage l'affiche de Ducobu 3 avec Elie Semoun

Élève du conservatoire à Saint-Maximin, la collégienne Leeloo Eyme est à l’affiche de Ducobu 3, réalisé par Élie Semoun, en salle ce mercredi. Une concrétisation pour celle qui rêve de scène et cinéma

Avant son cours de danse classique dans le complexe de la Croisée des Arts, Leeloo Eyme profite de ses derniers instants d’anonymat. La Maximinoise va êtreàl’affiche du film Ducobu 3. Malgré son emploi du temps chargé, l’adolescente – qui partage son temps libre entre théâtre et danse classique au conservatoire, et chant au collège – est toujours scolarisée à Henri-Matisse. Une artiste en devenir qui fait ses premiers pas dans le monde du cinéma. Rencontre.

Comment as-tu commencé le théâtre ?

J’ai toujours voulu faire du théâtre. J’en fais depuis l’âge de 4 ans et de la danse depuis que je suis toute petite. J’adore être dans un personnage, être dans un autre rôle, ne plus être moi.

Le tiens-tu de ta famille ?

Non, c’est un univers nouveau pour mes proches. Mes parents m’encouragent à 100%. C’est un rêve pour moi. Depuis mes 4 ans je veux passer dans un film.

Comment se sont déroulées les sélections ?

Fred (Onnis, le professeur de théâtre au conservatoire) m’a proposé le casting. J’ai envoyé des photos et j’ai été rappelé. On a plusieurs textes à apprendre qui sont dans le film et on a dû les jouer. Avoir fait le casting, c’était déjà super bien, mais avoir tourné, c’est vraiment génial.

Avant cette expérience, Ducobu c’était quoi pour toi ?

Un film. C’est qu’après les sélections que je me suis intéressé à la BD. J’ai trouvé ça drôle.

Un tournage, ça se passe comment ?

On a tourné pendant des vacances, l’été dernier. Une autre partie s’est déroulée en période scolaire. On a eu des cours par visioconférence en alternant entre tournage et école.

Tu as eu l’occasion de rencontrer des stars…

Oui, Elie Semoun qui a réalisé le film. Frédérique Bel, Loïc Legendre, Gérard Jugnot… Ils sont tous top !

Avec eux, comment ça se passait ?

Entre les prises, on rigolait beaucoup. On passait de super bons moments. Tout le monde nous mettait à l’aise. Même quand on était stressé, ils nous aidaient. Pendant les scènes, c’était bien. C’était sérieux mais cool !

Peux-tu nous parler de ton rôle ?

Je joue Léonie Gratin. C’est la première de la classe qui a tout le temps des / à l’école. Dans le film, elle tombe amoureuse d’un cancre qui est Ducobu.

Et à l’école, tu es aussi Léonie ?

Oui. Enfin… Je suis sage. J’ai des bonnes notes. Mais j’ai pas des 20/20. (rires) C’est un collège super donc j’aime bien y aller. Après je ne suis pas Léonie. Je ne vais pas jusqu’à dire : « Youpi ! C’est plus les vacances ! »

C’est compliqué de jouer quelqu’un que l’on n’est pas vraiment ?

Mon premier jour de tournage était très stressant. J’avais peur d’oublier mon texte. Vu que tout le monde était top, j’ai réussi à être à l’aise. Au final, ce n’était pas dur à jouer vu qu’il n’yapas de points communs avec moi. C’était un jeu de faire ça.

Pour lui ressembler, il a fallu te déguiser, non ?

Oui, on m’a fait rousse, avec la frange.

Que tu as toujours d’ailleurs !

Ce n’était pas obligé mais j’ai voulu la garder. On m’a changé un peu, maquillé, fait des taches de rousseur, mis une robe qui n’est pas du tout mon genre. Tout pour avoirle style du personnage. C’est agréable d’être dans un autre rôle.

Pour le film, la Maximinoise a notamment dùu changer de style vestimentaire et se faire la frange.
Pour le film, la Maximinoise a notamment dùu changer de style vestimentaire et se faire la frange. Gilbert Rinaudo

Tu n’as pas peur d’être reconnue dans la rue ?

Je ne fais pas ça pour être connue mais pourle théâtre, pour les rôles, tourner. Maintenant que je l’ai fait j’adore encore plus ça. Si les gens me reconnaissent c’est plutôt cool. Sinon peu importe.

Mais tu vas être une star au collège !

Non, je ne suis pas une star. Je reste la même personne. Que j’ai fait le film ou pas, je reste la même.

As-tu eu un programme particulier avant la sortie du film ?

Oui, onafait des promos à la télévision comme sur Touche pas à mon poste.

Y a-t-il quelque chose qui t’a particulièrement marqué pendant cette aventure ?

Ce qui était très marrant, c’est que pendant les vacances nous devions retourner à l’école. On était en classe plutôt que de profiter des vacances. C’était les meilleures vacances.

Si tu devais retenir une anecdote ?

Un jour, on est tous partis (les quatre enfants acteurs principaux) avec Élie Semoun dans un parc d’attractions. C’était un week-end. C’est vraiment plus qu’un tournage. J’ai passé un des meilleurs moments de ma vie. 

"La même voix que Vanessa Paradis plus jeune"

À la Croisée des arts, Leeloo travaille avec Frédéric Onnis qui la conseille sur théâtre mais aussi sur la gestion de son parcours.

Cédric Eyme, papa de Leeloo :

« À 3 ans déjà, elle nous refaisait des répliques de Disney devant la télévision. C’est inné… Elle passe son temps à faire des sketchs sur TikTok. Nous sommes néophytes dans le milieu. Quand on a vu le contrat, on s’est posé des questions… La production nous a invité une semaine. Puis, on montait la voir tous les 15 jours. Même pendant l’école, ils avaient une maison entre enfants et étaient surveillés par une tutrice... On est tombé sur la bonne équipe. D’ailleurs, ils sont toujours tous en contact. Elle est épanouie. On la pousse tant qu’on peut mais on veut qu’elle trouve un vrai métier. Nous l’éduquons pour qu’elle n’oublie pas d’où elle vienne et qu’elle s’en rappelle toute sa vie. »

Frédéric Onnis, comédien et professeur de théâtre au conservatoire :

« Nous avons commencé à travailler ensemble au début de l’année dernière. Elle m’a dit qu’elle faisait des photos pour des magazines pour enfants. Des directeurs de castings m’appellent souvent et j’en parle à ceux qui sont intéressés. C’est la première fois que j’ai un élève qui décroche un rôle principal. Les castings, c’est le loto, il faut correspondre à ce que veut le réalisateur, à son idée. Ensuite, je l’ai aidé comme j’ai pu. Sur les textes, comment apprendre vite, construire un personnage. On a travaillé sur la sincérité. Quand elle a été prise, je lui ai dit de lire les BD pour se mettre dans la peau du personnage.

La motivation et l’envie y sont pour beaucoup. On sent qu’elle a du talent. Elle a la chance d’avoir un peu la voix cassée, un timbre de voix, comme Vanessa Paradis plus jeune. Et ça naturellement c’est quelque chose de rare. Depuis le début de l’aventure je l’accompagne sur comment gérer l’après tournage, les déceptions… »

Maurice Le Cain, directeur du conservatoire :

« Le conservatoire de Provence verte dispense des cours de danse, théâtre et musique. Nous n’avons pas l’ambition de faire des sélections pour obtenir des résultats. On veut que nos élèves s’épanouissent avec leurs moyens. Qu’ils aillent là où ils veulent aller, construisent leur personnalité et s’enrichissent personnellement. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.