Un acteur de la série "Dix pour cent" investit dans l'ancien cinéma de Digne-les-Bains pour en faire un "tiers lieu culturel"

Les autorités de l'Etat ont donné leur feu vert: l'acteur Grégory Montel vu notamment dans la série "Dix pour cent" pourra faire de l'ancien cinéma du centre-ville de Digne-les-Bains, un tiers-lieu.

La rédaction Publié le 21/01/2023 à 17:13, mis à jour le 21/01/2023 à 17:10
L'acteur Grégory Montel a obtenu le feu vert des autorités. Photo: NICE MATIN

Initié par l'acteur Grégory Montel ("Dix Pour cent"), un projet de transformation du "Top", ex-cinéma du centre-ville de Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), en tiers-lieu culturel, est officiellement sur les rails, avec le soutien de l'Etat et de toutes les collectivités locales, a annoncé la préfecture.

Etat, région, département et municipalité ont confirmé vendredi apporter leur soutien financier à ce projet de réhabilitation estimé au total à plus de 2,5 millions d'euros, un pari ambitieux visant à transformer "le Top" en un "tiers-lieu culturel autour des esthétiques de la musique et du spectacle vivant", détaille la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence dans un communiqué.

De multiples aides conséquentes 

Initié par l'association "Potes of the Top", fondée par Grégory Montel --connu pour son rôle de l'agent d'acteurs Gabriel Sarda dans la série à succès "Dix pour cent"--, ce projet a également reçu l'appui du groupe associatif SOS.

L'Etat abondera à hauteur de 629.000 euros, tandis que le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) s'est engagé à investir 550.000 euros, a détaillé la préfecture à l'issue d'une réunion des financeurs publics vendredi. "Le Conseil départemental et la ville de Digne-les-Bains ont également voté chacun une aide financière de 250.000 euros", ajoute le communiqué.

"Le projet va voir le jour, les planètes se sont alignées", a réagi auprès de l'AFP la maire divers-gauche de Digne-les-Bains, Patricia Granet-Brunello.

Mais la viabilité du site ne semble pas encore garantie: "Une fois ouvert, le Top nécessitera un budget de fonctionnement estimé à plus de 600.000 euros, que les seules subventions publiques ne pourront pas couvrir et que les recettes de billetterie ne viendront pas non plus compenser de façon importante", a tempéré la région Paca auprès de l'AFP, qualifiant le projet d'"ambitieux mais fragile".

"On nous a demandé aujourd'hui en frais de fonctionnement 30.000 euros annuels, ce qui me paraît raisonné et raisonnable", a précisé la maire de Digne, attendant encore de voir "la structuration juridico-administrative et les garanties" du projet.

Une chance pour la ville d'avoir un lieu pareil, ultra central

"Il me semble qu'il faudrait un engagement peut-être un peu plus important de la commune, pour être certain de valider un budget de fonctionnement à la hauteur de la qualité du lieu", a jugé pour sa part Grégory Montel, originaire de Digne, qui a imaginé le projet dès 2015 et dont l'association est propriétaire des murs.

"C'est une chance pour la ville d'avoir un lieu pareil, ultra central", dans un bâtiment qui, moyennant une vingtaine de mois de travaux, sera "ultra moderne", a-t-il complété, déplorant que la municipalité ne finance le projet qu'"a minima".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.