“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Patrick Spica : "Monaco fait rêver le monde"

Mis à jour le 03/09/2020 à 14:33 Publié le 03/09/2020 à 14:30
En une décennie, il a déjà posé ses caméras dans tous les recoins de la Principauté, même les plus secrets. Patrick Spica, avec sa société de production éponyme, est à l’origine d’une kyrielle de documentaires pour la télévision consacrés à Monaco.

En une décennie, il a déjà posé ses caméras dans tous les recoins de la Principauté, même les plus secrets. Patrick Spica, avec sa société de production éponyme, est à l’origine d’une kyrielle de documentaires pour la télévision consacrés à Monaco. DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Patrick Spica : "Monaco fait rêver le monde"

Son documentaire consacré à Grace Kelly sera diffusé ce soir sur France 3. Un épisode de plus dans la série de films qu’il produit et consacre depuis une décennie à la vie de la Principauté

En une décennie, il a déjà posé ses caméras dans tous les recoins de la Principauté, même les plus secrets. Patrick Spica, avec sa société de production éponyme, est à l’origine d’une kyrielle de documentaires pour la télévision consacrés à Monaco.
Notamment Intimité et pouvoir, pour lequel, en 2013, il a suivi pendant une année le prince Albert II, dans son quotidien de chef d’État, à travers le monde.
Son dernier projet, baptisé Elle s’appelait Grace Kelly, est un portrait de la princesse Grace qui sera diffusé ce soir à 21 h 05 sur France 3. Un long format de 120 minutes, particulièrement réussi, qui contient une série d’images inédites et intimes sorties des archives de la famille Grimaldi (lire Monaco-Matin du 30 août). Il détaille ici les raisons qui l’ont conduit à pouvoir produire ce nouveau documentaire.

Ce documentaire consacré à Grace Kelly arrive après une décennie de projets audiovisuels que vous avez produits pour la Principauté. Il a fallu ce chemin pour arriver à ce que le prince Albert II accepte de vous confier des documents inédits ?
Sûrement. Le prince a dû apprécier notre professionnalisme et la dizaine de documentaires en dix ans. Au fil de ces projets, un lien de confiance s’est tissé. Le premier film, c’était un 52 minutes pour France 3 sur les coulisses des cuisines du Palais princier, dans le cadre d’une série sur les chefs des chefs d’État. Dans la foulée, nous avons pu faire Intimité et pouvoir. Et tout s’est enchaîné.

Pour ce film, le souverain vous a notamment donné accès à des images de famille…
Il y a quelques années, quelqu’un m’avait dit qu’il existait des images hors du commun du prince Rainier et de la princesse Grace se filmant mutuellement et filmant leur famille. En les découvrant, j’ai vu des documents extraordinaires. On découvre la famille princière de l’époque, au naturel, en toute simplicité. Ce sont des facettes complémentaires, qui les humanisent encore plus que les images officielles. Et c’est ce qui me passionne dans ce métier, explorer les êtres.

Les témoignages intimes de la famille et des amis de la princesse Grace sont l’autre ingrédient de ce documentaire…
C’est la prouesse du film. Avec le réalisateur, Serge de Sampigny, nous tenions à n’avoir que des témoignages de personnes qui ont connu directement la princesse Grace, de gens qui ont passé du temps avec elle pour être au plus près de la vérité. C’est la valeur ajoutée de ce portrait. Et je dois dire que tous ont été heureux de pouvoir parler de cette femme qu’ils avaient connue. C’est une personne qui touchait profondément les gens. Elle portait bien son prénom, elle avait la grâce.

Ce documentaire sera-t-il présenté dans d’autres pays après la diffusion de ce soir ?
C’est un documentaire qui va faire le tour du monde. Une version internationale existe, déjà prévendue dans une quinzaine de pays. Ce que je constate, quand je parle de Grace Kelly, je vois que son nom et son image font toujours rêver. Elle a vraiment incarné la princesse de contes de fées et a fait rêver des millions de personnes dans le monde.

Vous avez réalisé de nombreux documentaires à Monaco depuis une décennie. Votre vision du pays a changé ?
Ce qu’on ne voit pas forcément de Monaco, c’est qu’il s’agit d’un État avec toutes ses facettes. La réalité ne se réduit pas une image de luxe et de glamour. Même si elle est nécessaire, car elle contribue au développement du tourisme. D’ailleurs, on prépare actuellement un long documentaire sur la vie quotidienne à Monaco, celle des Monégasques. Des gens qui travaillent, dans l’industrie, le commerce, les transports en commun…

Et pas d’autres projets avec le Palais ?
Si. Nous venons de finir le tournage pour l'émission Megastructures de RMC Découverte, un formidable documentaire sur la construction du Palais princier depuis le XIIe siècle. Il sera cette saison à l’antenne.

Monaco est toujours bankable quand on veut vendre un documentaire à une chaîne de télévision ?
Bien sûr, Monaco fait rêver le monde entier, attise les curiosités et reste légendaire. C’est fantastique, un si petit pays qui a une telle attractivité, c’est unique dans l’histoire. Il y a aussi le Vatican, mais pour d’autres raisons…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.