“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"On the rocks", le nouveau film de Sofia Coppola, un cocktail dans l’air du temps qui sort ce vendredi

Mis à jour le 22/10/2020 à 14:55 Publié le 22/10/2020 à 14:55
Sofia Coppola, lors du Cannes Film Festival en 2017.

Sofia Coppola, lors du Cannes Film Festival en 2017. Photo Patrice Lapoirie

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"On the rocks", le nouveau film de Sofia Coppola, un cocktail dans l’air du temps qui sort ce vendredi

Porté par Bill Murray et Rashida Jones, le nouveau film de Sofia Coppola "On the rocks" arrive sur Apple + ce vendredi.

Sofia Coppola aime alterner les films d’époque comme "Marie Antoinette" et "Les Proies" avec des propositions contemporaines.

"On the rocks" s’inscrit dans cette seconde catégorie en étant plus proche de l’atmosphère urbaine de "Lost in translation". Tokyo laisse toutefois place à New York et la question d’une possible romance à celle de la filiation.

Un des points communs est la présence de Bill Murray, qui collabore (si l’on excepte un petit projet musical) avec la cinéaste seize ans plus tard…

Des retrouvailles au sommet pour une comédie qui malgré sa légèreté aborde des problèmes plus délicats, résolument dans l’air du temps.

En premier lieu, il s’agit pour Sofia Coppola de "tuer le père" ou tout du moins de s’en affranchir.

De là à faire un parallèle avec son cinéma qui se détache de plus en plus de celui de Francis Ford – quoique des ressemblances existent toujours – il n’y a qu’un pas… Mieux elle semble s’amuser de la situation.

La relation entretenue entre Félix (Bill Murray, donc) et Laura, campée par une pétillante Rashida Jones est également l’occasion d’évoquer la différence entre les générations tout en insistant sur la nécessité de l’évolution de la société envers l’égalité des sexes.

Avec sa tendresse habituelle, son franc parler et son air de playboy, l’acteur fétiche de Jim Jarmusch apporte un véritable capital sympathie à un personnage "vielle école" qui ne voit les femmes que par leur physique et pense que tous les hommes sont - comme lui - infidèles. Cette vision du monde il l’a forcément transmise à sa fille…

Pourtant, malgré l’écart entre les personnalités, la complicité est là, mais il n’est pas difficile de voir qu’elle est encore sous son influence.

Le fil conducteur : une enquête qu’ils mènent en duo pour surprendre le mari de Laura, un important homme d’affaire, en délit d’adultère avec son assistante est l’occasion de montrer à quel point un gouffre s’est creusé entre eux.

Reste à savoir quand la trentenaire osera prendre les choses en main et couper, une fois pour toutes, le cordon.

Être une femme et non plus une fille, ni même une simple mère, rôles qu’elle endosse au quotidien, quitte à ne plus à trouver le temps pour s’occuper d’elle-même et d’écrire son prochain roman : l’enjeu est à la fois simple, universel mais véritablement complexe et Sofia Coppola le fait ressentir avec le tact qu’on lui connaît.

Enrobé de la délicieuse atmosphère de la Grosse Pomme, proche de celle qu’affectionne Woody Allen – on retrouve le monde de l’art, les clubs cosy, la vie nocturne-, - de situations très drôles - mention spéciale à une course poursuite saugrenue en décapotable -, et de quiproquos inattendus – le passage au Mexique est un modèle du genre - ce brillant On the rocks est un cocktail intelligent, dans l’air du temps et qui se savoure avec bonheur.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.