“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Festival de Cannes se féminise (trop) doucement

Mis à jour le 16/05/2019 à 17:34 Publié le 16/05/2019 à 17:34
Le tapis rouge installé sur les marches du palais des festivals à Cannes, ce mardi.

Le tapis rouge installé sur les marches du palais des festivals à Cannes, ce mardi. Photo Sébastien Botella

Le Festival de Cannes se féminise (trop) doucement

La parité au Festival? Elle progresse, même si derrière la caméra, c’est le plus souvent un homme. De l’organisation à la création cinématographique, le point sur un secteur qui se féminise... trop doucement à notre goût.

Si l’équipe parisienne du Festival, à l’année, est composée de 109 personnes, dont 66 femmes, le staff atteint à Cannes 974 personnes, dont 48% de femmes.

Le comité de sélection des films s’est voulu parfaitement équilibré avec quatre femmes - Virginie Apiou, Stéphanie Lamome, Guillemette Odicino, Marie Sauvion - et quatre hommes.

Quant aux quatre jurys, les présidences ont été désignées de façon paritaire, indique le Festival. 

Avec Alejandro González Iñárritu pour la compétition, Nadine Labaki pour Un Certain Regard, Rithy Panh pour la Caméra d’or et Claire Denis pour les Courts métrages et Cinéfondation.

Leur composition aussi mise sur la mixité.

Quatre réalisatrices sur 20 films en compétition

Pour la sélection des films, le Festival a procédé pour la première fois à un comptage systématique des réalisatrices soumettant un film. Constat: seulement 26% des longs métrages candidats ont été réalisés par une femme (32% pour les courts métrages, 44% pour les films d’écoles).

Les femmes cinéastes restent encore largement minoritaires. Sur 20 films en compétition, seulement 4 réalisatrices: la Française Mati Diop, 37 ans pour Atlantique, l’Autrichienne Jessica Hausner pour Little Joe, 47 ans, la Française Céline Sciamma, 41 ans, pour Portrait de la jeune fille en feu et Justine Triet, 41 ans, pour Sibyl.

Toutefois, sur toutes les sélections, on note cette année une progression avec 20 réalisatrices qui montreront leurs œuvres. Elles n’étaient que 11 en 2018, 12 en 2017, 9 en 2016, 6 en 2015.

Au total, 19 des 69 films (courts ou longs) de ce cru 2019 sont réalisés par des femmes soit...seulement 27,5%.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct