“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"J’ai toujours aimé le cinéma et les voitures": Claude Lelouch raconte la genèse de son court-métrage à Monaco avec Charles Leclerc

Mis à jour le 24/05/2020 à 19:40 Publié le 25/05/2020 à 07:00
MONACO, le 24/05/2020, tournage d'un court métrage réalisé par Claude LELOUCH avec Charles LECLERC dans le rôle principal, conduisant une ferrari dans les rues de Monaco. papier Cédric VERANI ICI : Claude LELOUCH parlant au prince Albert II de Monaco et Charles Leclerc

MONACO, le 24/05/2020, tournage d'un court métrage réalisé par Claude LELOUCH avec Charles LECLERC dans le rôle principal, conduisant une ferrari dans les rues de Monaco. papier Cédric VERANI ICI : Claude LELOUCH parlant au prince Albert II de Monaco et Charles Leclerc Photo Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"J’ai toujours aimé le cinéma et les voitures": Claude Lelouch raconte la genèse de son court-métrage à Monaco avec Charles Leclerc

Le réalisateur Claude Lelouch était en tournage dans les rues de la Principauté ce dimanche matin, jour où aurait dû débuter Grand Prix de Monaco.

Comment vous êtes-vous retrouvé à filmer Charles Leclerc au volant d’un bolide dans une Principauté désertée?
Le hasard a toujours du talent et c’est toujours lui qui m’emmène là où je n’aurais pas l’idée d’aller. On m’a dit: "Le Grand Prix est annulé mais on aimerait quand même qu’il ait lieu avec une seule voiture et un immense coureur, Charles. Est-ce que cela vous amuserait de le filmer et de refaire votre traversée de Paris, mais à Monte-Carlo?"
J’ai trouvé l’idée formidable, j’ai toujours aimé le cinéma et les voitures, donc j’ai fait joujou (rires).
À chaque fois que je peux jouer avec le cinéma, je le fais.

>> LIRE AUSSI. Claude Lelouch et Charles Leclerc en tournage dans les rues de Monaco, le Prince Albert en guest star

Le film est-il un successeur direct de votre court-métrage culte de 1976, où vous traversiez Paris à vive allure, sans aucune autorisation?
En effet, ce film de 1976 a fait le tour du monde et il est peut-être encore plus connu qu’Un homme et une femme paradoxalement. C’est le film le plus fou que j’ai fait où je montre tout ce qu’il ne faut pas faire au volant d’une voiture. Je n’avais aucune autorisation, je n’avais pas le droit de bloquer Paris. Les feux rouges étaient des vrais feux rouges, les stops des vrais stops. C’est un film de pirate – je plaide coupable – dont je suis le plus fier et dont j’ai le plus honte. Aujourd’hui, tous les grands films américains de cascade s’en inspirent mais en trichant avec des plans courts et des montages. Alors que cette traversée de Paris reste encore aujourd’hui la cascade de cinéma la plus incroyable en plan séquence sans trucage, sans accéléré.

En combien de temps s’est montée cette version monégasque?
Ça a été très rapide. Entre le moment où on m’a téléphoné avec cette proposition et le tournage, il s’est écoulé une semaine. Et on a tourné l’essentiel du film en deux heures, car c’était le temps que nous avions avec les routes de la Principauté fermées. C’était une grosse préparation... et ça a été un grand moment de cinéma pour moi. Au final, le film devrait durer 4 ou 5 minutes et ce sera un joli tour de manège pour le public, qui pourra voir sur le circuit de Monte-Carlo, des endroits que même les pilotes ne voient pas, car nous avons placé les caméras dans des axes inédits.

Vous tenez principalement sur le tournage un téléphone pour capturer des images? La technique paraissait légère…
Nous avions énormément de caméras, des iPhone oui, mais aussi des GoPro sur la voiture, des drones dans le ciel et une caméra Sony ultra-performante.

Et le scénario, que raconte-t-il?
Je l’ai écrit en tournant (rires). L’idée principale est que Charles Leclerc fait quelques tours de piste, et après, il fait faire quelques tours au souverain pour bien marquer que le Grand Prix a quand même eu lieu cette année 2020. Je trouvais amusant que le prince accepte de tourner et de jouer son rôle. Nous avons essayé de faire un film qui montre que la vie continue, que la contrainte sollicite l’imagination et que le pire n’est jamais décevant.

Charles comme le souverain et les autres participants ont gardé leur masque face à la caméra. C’est une contrainte sanitaire que vous vouliez montrer à l’écran?
C’était d’abord la condition principale pour que le film puisse se tourner en sécurité. Je me suis servi de ces masques et j’ai joué avec ça.

Quel regard portez-vous sur Charles Leclerc, le jeune pilote de 22 ans dont vous faites votre héros?
Il a une modestie fantastique, c’est la plus belle des qualités. C’est un garçon très simple, charmant qui ne frime pas. Il est très très jeune, mais il a l’expérience d’un vieux routier. C’est ça qui est extraordinaire. Sa jeunesse est physique, son mental est colossal. C’est essentiel dans un sport comme la Formule 1 qui est une synthèse extraordinaire entre le physique du pilote et la technologie. Ça symbolise le monde dans lequel on vit où l’humain continue à jouer un rôle important, mais où la technique est aussi importante.
Le mélange des deux est intéressant. Quand on monte dans une F1 aujourd’hui, pour deux heures de course, on n’a pas le droit à une seconde de distraction.
Ce sont des paramètres qui m’ont toujours fasciné, et que Charles possède. J’aimerais bien, moi aussi aujourd’hui être un cinéaste de 22 ans avec toute mon expérience depuis 60 ans.

Cette expérience vous aide à comprendre la période étrange que nous traversons?
Toute ma vie, je me suis accroché au positif, j’ai envie de penser que cette période cruelle que nous traversons va nous amener dans un monde meilleur. Je le crois intimement. J’ai d’ailleurs un film qui sort la semaine prochaine (sur Canal + N.D.L.R.) qui s’appelle La vertu des impondérables, le titre était prémonitoire. Il raconte que le pire permet de faire des progrès. Les plus grands drames du monde l’ont fait progresser. J’ai envie de penser que cette période va nous faire aimer à nouveau des choses que l’on n’appréciait plus. On était devenus des enfants gâtés. On ne se rendait plus compte comme c’était bien de boire un verre avec un copain, aller au resto, aller au cinéma, même pour voir un navet!

La période vous a-t-elle inspiré pour un projet artistique?
Je prépare un film sur cette année 2020, que je voulais faire avant ces événements. Je savais que cette année 20 serait folle, comme toutes les années 20 des siècles précédents. À chaque fois qu’un siècle a 20 ans, il fait des folies, comme les mômes de 20 ans. J’avais décidé de filmer une histoire que j’ai intitulée L’amour c’est mieux que la vie pendant cette année folle. J’ai réactualisé le scénario.
Je vais essayer d’en faire une comédie, un peu comme j’avais fait L’aventure c’est l’aventure en réponse à mai 68. À l’âge que j’ai, je ne pensais pas connaître une période aussi déstabilisante. J’étais enfant pendant la Deuxième Guerre mondiale, j’ai connu la guerre d’Algérie, celle du Vietnam.
La situation actuelle est moins grave qu’une guerre. Une guerre, on souffre de tous les côtés, les maisons s’écroulent, les gens qu’on aime ne reviennent pas. Mais c’est un avertissement, moins cher qu’un conflit, dont j’aimerais qu’on tienne compte.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.