“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Neuf Monégasques à l'épreuve du ring ce vendredi lors du 13e Monaco Boxing Challenge

Mis à jour le 30/01/2019 à 13:19 Publié le 30/01/2019 à 16:36
Florian Montels remet en jeu sa ceinture de champion de France des super-plumes face à Rachid Sali.

Florian Montels remet en jeu sa ceinture de champion de France des super-plumes face à Rachid Sali. Photo DR

Neuf Monégasques à l'épreuve du ring ce vendredi lors du 13e Monaco Boxing Challenge

Ce vendredi soir, cinq boxeurs de l’AS Monaco monteront sur le ring, ainsi que quatre de la Team Monaco (TMB) Boxe créée en septembre dernier, à l'occasion du 13e Monaco Boxing Challenge à l’Espace Léo-Ferré

Ce n’est un secret pour personne, vivre entièrement ou même partiellement de la boxe est un combat permanent. Mais pas de ceux perdus d’avance, surtout lorsqu’on trouve le soutien nécessaire pour boxer dans de bonnes conditions.

"Un sport difficile et ingrat"

En septembre dernier, quatre boxeurs rejoignaient la Team Monaco Boxe (TMB). Florian Montels, Khalil El Hadri, Diego Natchoo Junior, Matthieu Bernardet portent haut les couleurs de la Principauté partout où ils vont combattre.

"La boxe, à la différence des années quatre-vingt-dix, n’a plus le soutien de la télévision. C’est un sport difficile et ingrat. Alors, à la fédération, il nous a paru évident de créer une team, afin de pouvoir faire bénéficier à des boxeurs triés sur le volet, d’un soutien aux multiples facettes", précise Laurent Puons, fondateur et directeur général de TMB, mais aussi président de la fédération monégasque de boxe.

Un soutien financier

L’argent. C’est le nerf de la guerre. Grâce à la team, ces quatre boxeurs sont rémunérés mensuellement. Mais ce n’est pas pour autant que certains d’entre eux ne travaillent pas à côté.

"Les boxeurs sont rémunérés grâce à des capitaux privés. Nous avons des sponsors dont Mister G Mediagroup (communication et production de plateau TV) qui est notre sponsor officiel et qui permet d’une part de rémunérer les boxeurs, mais aussi de pouvoir organiser un ou plusieurs galas par an, comme ce 13e Monaco Boxing Challenge", explique Cécile Enrici, directrice de la communication de TMB.

"Même si les garçons ont leur emploi en plus de ce salaire, on ne veut pas qu’ils aient de soucis à se faire à la fin du mois. Par exemple, nous avons Florian Montels, champion de France des poids super-plumes ; tous les matins il se lève à 4 h et travaille six jours sur sept. Et pourtant, il arrive à pratiquer son sport avec passion et envie, car il trouve le temps de s’entraîner deux fois par jour", ajoute le directeur général. D’ailleurs, Florian Montels, remettra en jeu sa ceinture de champion de France des super-plumes face à Rachid Sali. Les deux protagonistes s’étaient quittés sur un no contest le 9 octobre 2018 à Cahors.

Diego Natchoo Junior (TMB), détenteur d'un titre IBO Continental.
Diego Natchoo Junior (TMB), détenteur d'un titre IBO Continental. Photo DR

Un soutien humain

"Laurent (NDLR Puons) m’appelle souvent et ça, ça m’aide à avoir confiance en moi. Je sais qu’il est là quoi qu’il arrive. Et je sais que si je n’avais pas intégré la team, je n’aurais peut-être pas eu les mêmes opportunités", témoigne Khalil El Hadri. Un boxeur dans lequel le fondateur de la team a énormément d’espoir et plus encore, de certitudes.

"Pour moi, Khalil est un des grands espoirs de la boxe. Il sera le prochain champion de France des poids légers. Malgré sa courte carrière, c’est un gamin qui peut battre n’importe qui. Je veux en faire un futur champion européen."

Un crack donc, qui s’entraîne quotidiennement au Boxing Olympique Agathois avec Diego Natchoo Junior, un autre nom de la TMB. Et qui, le 1er février, remettra lui aussi en jeu son titre de champion de France.

"C’est le premier boxeur que j’ai repéré. C’est un gamin qui a tout une histoire derrière lui. Et pour moi c’est un exemple, car il a réussi à se sortir des quartiers Nord de Marseille. Il est primordial pour moi de les aider à bénéficier d’un soutien. Ils peuvent m’appeler n’importe quand, je suis là."

Diego Natchoo Junior détient également un titre IBO Continental. L’année prochaine, Laurent Puons espère qu’il pourra glaner un titre européen et, pourquoi pas, par la suite, un titre WBC World Boxing Council.

Khalil El Hadri (TMC) à qui Laurent Puons prédit un avenir de champion d'Europe.
Khalil El Hadri (TMC) à qui Laurent Puons prédit un avenir de champion d'Europe. Photo DR

Un plan
de carrière

Et tout ça ne serait pas possible, ni même imaginable sans un bon plan de carrière. Cette partie, c’est Jacques Patrac le matchmaker qui s’en charge. D’une seule voix, beaucoup le considèrent comme un de ceux qui connaissent le mieux le monde de la boxe française. Il connaît les boxeurs et sait qui doit rencontrer qui pour faire un beau combat et progresser.

"Nous avons Mathieu Bernardet, qui vient de la boxe pieds-poings. Il a débuté il y a peu la boxe anglaise et doit faire ses gammes. Comme pour les autres, il lui faut un bon plan de carrière, pour qu’il devienne, lui aussi, champion de France. C’est notre objectif", affirme Laurent Puons.

Les limites de la Team Monaco Boxe

Pour l’heure, faute de moyens financiers suffisants et de sponsors pour pouvoir en intégrer d’autres, il n’y a que quatre boxeurs à la TMB. Mais Laurent Puons espère que d’autres sponsors se manifesteront pour pouvoir faire rentrer d’autres boxeurs, tel que l’Asémiste Frédéric Berichon. Lui aussi promis a une belle carrière, comme beaucoup d’autres licenciés de l’AS Monaco, à l’image du jeune Hugo Micallef.

La Principauté est une terre de boxe, c’est indéniable. Bon nombre de grands noms de la discipline ont foulé un ring en Principauté. Et d’autres suivront.


le programme

Début des combats, le vendredi 1er février, à 19 heures.
Tarif : 10 euros

Combats amateurs
Poids super-légers 3x2
Jody Llewellyn (ASM) vs Adam Iberraken (Cannet)
Saran Shakakaboudin (AS Monaco) vs Reyan Valanger (Cannet)

Poids mi-moyens 3x2
Alexy Titton (ASM) vs Calvin Plancon (Cannet)

Entracte

Combats professionnels
Poids Super mi-moyens 4x3
Ruslan Kupchick (ASM) vs Ahmed Issa (Seine-Saint-Denis)

Poids moyens 4x3
Frédéric Bérichon (ASM) vs Jonathan Okito (Seine-Saint-Denis)

Poids mi-lourds (4x3)
Matthieu Bernardet (TMB) vs Sylvain Laval (Tulle)

Poids super-légers 6x3
Khalil El Hadri (TMB) vs Quentin Lanaud (Aix-en-Provence)

Championnat de France poids super-plumes 10x3
Florian Montels (TMB) vs Rachid Sali (Lille)

Championnat de France poids moyens 10x3
Diego Natchoo (TMB) vs Patrick Mokamba Momene (Seine-Saint-Denis)

Matthieu Bernardet (TMB) défiera Sylvain Laval (Tulle) chez les poids mi-lourds.
Matthieu Bernardet (TMB) défiera Sylvain Laval (Tulle) chez les poids mi-lourds. Photo DR

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct