“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un aristocrate de Monaco aide à la survie d’un club équestre

Mis à jour le 18/02/2019 à 09:05 Publié le 18/02/2019 à 11:30
C’est après avoir pris connaissance, dans nos colonnes, des différentes péripéties ayant contribué depuis 2015 à la survie du centre équestre "Les écuries de Betty", que le baron Michel de Brawney s’est récemment rapproché du club contois en tant que précieux bienfaiteur.

C’est après avoir pris connaissance, dans nos colonnes, des différentes péripéties ayant contribué depuis 2015 à la survie du centre équestre "Les écuries de Betty", que le baron Michel de Brawney s’est récemment rapproché du club contois en tant que précieux bienfaiteur. Photo O.F.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un aristocrate de Monaco aide à la survie d’un club équestre

Une course hippique aux accents nobles a été créée au club équestre de Sclos à Contes, «Les écuries de Betty », grâce au baron Michel de Brawney

C’est une belle histoire… Bien qu’empreinte de gravité.

Il y a moins de dix ans naissait un site équestre au cœur de Sclos-de-Contes où trônent pins et oliviers à flanc de coteau. Un havre de paix pour chevaux et cavaliers, mais aussi pour la ferme qui se constitue peu à peu tout autour.

Le site se nomme "Les écuries de Betty" du nom de la maîtresse des lieux, qui a donné vie à toute cette magie. Seulement voilà, Betty tombe malade, puis s’en va…


Elle se bat jusqu’à son dernier souffle pour sauvegarder son petit bout de terre qui accueille les rires des enfants. Des associations caritatives, la mairie et même l’emblématique Jeanne Augier, propriétaire du Negresco, participent à l’opération survie du centre en 2015. Jusqu’à ce triste jour du 10 septembre 2017, où Betty disparaît.

Lola poursuit l’œuvre de sa fille, Betty


On pense l’histoire finie, mais c’est sans compter la volonté de Lola Jorge Do Marco, la maman de Betty, soucieuse, avec le reste de la famille, de perpétuer le lieu et son activité. De nouvelles pages s’écrivent alors. La dernière en date est pour le moins inattendue.


"En fait, l’histoire a commencé aux Jeux américains de Levens auxquels nous participions en fin d’année", souligne Lola. "Pendant la compétition, un monsieur distingué est venu me voir, m’avouant qu’il avait été touché par notre histoire et ses différents chapitres relayés régulièrement par Nice-Matin. Il essayait de nous contacter depuis de longs mois pour nous apporter son aide."

"C'est aussi perpétuer la mémoire de Betty"


L’homme en question n’est autre que le baron Michel de Brawney (lire ci-dessous). L’aristocrate azuréen aux origines irlandaises devient alors un soutien indéfectible des "Écuries", à tel point qu’un grand prix équestre y est créé…


Comment ? "Il nous est venu l’idée de créer cet hiver un concours hippique à la suite de l’annonce du baron de vouloir nous offrir une coupe collector. On s’est débrouillé pour rendre possible ce premier challenge "De Brawney", ici à Contes. C’est aussi perpétuer la mémoire de Betty".


La course d’obstacles est remportée par Clara, 8 ans. Un événement bien parti pour connaître d’autres éditions.

Qui est le baron Michel de Brawney?

Il fait partie de la soixantaine d’héritiers nobiliaires qui vivent sur la Côte d’Azur, plus de la moitié de ces aristocrates azuréens résidant à Monaco.

Le baron Michel de Brawney en est, et ce noble né en Savoie, d’ancêtres irlandais, est réputé en principauté pour une triple activité chronophage : la littérature, l’équitation et l’aide aux plus démunis.

Le baron est devenu Académicien de Provence et lauréat, la même année que le Général De Gaulle, du Grand Prix de Littérature en 2002 pour son roman Les Enclavés. Le monde équestre ?

"Depuis l’enfance, je suis fasciné par la beauté et la noblesse des chevaux. Ma sœur Joyce m’emmenait monter près de chez elle à Bellegarde !" rit-il, aux côtés de son cheval Pompadour.

Bénévole pour Monaco Soupe de Nuit

Lui qui est surtout touché par "la solidarité entre cavaliers. Quand j’ai pris connaissance de l’histoire de Betty, c’est tout naturellement que j’ai voulu aider modestement ce joli havre de paix, à Sclos".

Mais cet esprit solidaire ne s’arrête pas au microcosme des équidés. Bénévole depuis 48 ans, celui que l’on surnomme "le chevalier des temps modernes", est depuis 1998 aide volontaire pour Monaco Soupe de nuit, une association caritative qui vient en aide aux SDF, directement dans les rues de Nice et de Menton.

"Nous sommes sur le terrain avec l’association MIR. La misère est rebaptisée, à l’ère du politiquement correct, précarité, mais la réalité n’est pas belle à voir. En quinze ans on est passé de 70-80 personnes aidées à Nice à près de 500…"

Betty Schlagenwarth, fondatrice du centre équestre sclossien, disparue le 10 décembre 2017.
Betty Schlagenwarth, fondatrice du centre équestre sclossien, disparue le 10 décembre 2017. DR

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.