“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Jean-Baptiste Cellario, un Monégasque à Buenos Aires

A 12 ans, cette jeune Monégasque se mesure aux meilleurs pianistes du monde

VIDEO. Cet Azuréen a un plan pour sauver les légumes du terroir en voie de dispa...

Céline Molière, la chef d'entreprise atypique d'Emilie & the cool kids qui trans...

En arrivant ce dimanche à Monaco, Rémi Camus a bouclé son incroyable tour de Fra...

Rome-Monaco à la rame pour la bonne cause

Mis à jour le 21/08/2016 à 18:38 Publié le 22/08/2016 à 06:31
Neuf rameurs pour six places, trois heures de rame, une heure et demie de pause pour se ravitailler et dormir... Jusqu'à l'arrivée dimanche.

Neuf rameurs pour six places, trois heures de rame, une heure et demie de pause pour se ravitailler et dormir... Jusqu'à l'arrivée dimanche. Photo Jean-François Ottonello

Rome-Monaco à la rame pour la bonne cause

Ils ont parcouru 476 kilomètres à la rame traditionnelle avec une objectif caritatif : financer les actions du Rocher du Cœur, une association qui fait sortir des enfants malades des hôpitaux.

C'est la fin d'un long périple. Dimanche après-midi, neuf rameurs ont rallié Monaco depuis Rome à la rame traditionnelle. Ils sont partis ce mardi de la capitale italienne. Ils sont arrivés ce dimanche au club d'aviron, après avoir souqué pendant 476 kilomètres de mer.

Pour la bonne cause: ce Défi des Barj's 2 doit permettre de récolter des fonds au bénéfice de l'association Le Rocher du Cœur. Fondée par deux carabiniers du prince en 2013, la structure permet à des enfants malades de sortir des hôpitaux, histoire de s'évader un peu.

Bernard Boucher, le président, embrasse la scène du regard. Il est «plus que content» que tout le monde soit bien arrivé. Surtout qu'au début, ce n'était pas évident. Le bateau qui suivait a subi quelques avaries... et le départ a été retardé de 24 heures.

«La première journée a été très difficile, rembobine Eric Farineau, l'un des rameurs. Il y avait beaucoup de vent. De la houle de face. Mais dame nature était avec nous. Le vent est tombé».

Et puis pendant le reste de la semaine, il a fallu se relayer. Neuf rameurs pour six places, trois heures de rame, une heure et demie de pause pour se ravitailler et dormir... Jusqu'à l'arrivée dimanche.


La suite du direct