Le saviez-vous? Monaco détient les empreintes de pieds de Pelé... pour l'éternité

Le "Roi" Pelé a souvent foulé la terre des Princes et, chaque fois, laissé l’empreinte d’un grand seigneur. Il a laissé ses empreintes sur la Promenade des Champions aux côtés de celles de Maradona, Eusébio, Zidane, Cristiano Ronaldo... Flashback.

Article réservé aux abonnés
Thomas MICHEL Publié le 31/12/2022 à 10:29, mis à jour le 31/12/2022 à 12:56
photos
En 2012, le Roi Pelé avait reçu son Golden Foot Award des mains de la princesse Stéphanie, et remis le sien à Zlatan Ibrahimovic. Cyril Dodergny

Sacré Roi du football au soir du 21 juin 1970, en soulevant dans le monumental stade Aztèque de Mexico sa troisième Coupe du monde, Pelé s’est mué en apôtre du ballon rond le reste de sa vie jusqu’à rejoindre Maradona, Cruyff, Best et autres Avengers du football, ce jeudi 29 décembre 2022, au FC Paradis.

Telle une rock star, il aura parcouru le monde et jeté l’ancre à plusieurs reprises en Principauté de Monaco. Si le monde s’accorde à dire que son empreinte est indélébile, peu de pays peuvent se targuer de posséder ad vitam aeternam le moulage des dix orteils les plus prolifiques de l’histoire du football. C’est le cas de Monaco, où les empreintes de pieds d’Edson Arantes do Nascimento reposent à jamais sur la Promenade des Champions, au pied des Terrasses du Casino de Monte-Carlo.

Généreux aux Golden Foot Awards

C’était en 2012. À l’occasion des Golden Foot Awards, son fondateur, Antonio Caliendo, avait convié un casting 4-étoiles en Principauté pour garnir son Hollywood Boulevard des empreintes de Pelé, Lothar Matthäus, Franco Baresi et Eric Cantona. Pour l’anecdote, ce dernier n’avait d’ailleurs pas apprécié de devoir monter sur scène en dernier et avait envoyé son frère récupérer son Prix. Avant de revenir tout sourire trinquer avec les autres lauréats dans les salons du Blue Gin.

Pelé, lui, avait reçu son trophée des mains de la princesse Stéphanie après avoir régalé enfants et journalistes toute la journée en multipliant photos et dédicaces aux abords du Grimaldi Forum. En marge de la cérémonie des Golden Foot, une vente aux enchères de ses objets personnels avait permis de lever des fonds pour Fight Aids Monaco et sa présidente, la princesse Stéphanie.

Antonio Caliendo, qui l’aura rencontré à maintes reprises, le classe bien évidemment au panthéon du football avec Maradona. L’ange et le démon. "Pelé est l’incarnation du football. Il représente ses plus belles valeurs. C’était un professionnel humble et incroyablement honnête." Et généreux. "Il avait offert un repas à tous les membres du Golden Foot sur le yacht de sa société amarré à Monaco", confie avec délectation celui qui, comme le Roi, tient déjà son successeur. "Mbappé, c’est le futur Pelé."

Une prophétie qui, si elle venait à se réaliser, ferait d’autant plus de Monaco un lieu de pèlerinage des amoureux du football.

Investi aux Sportel Awards

Matthäus, Pelé, Baresi, Caliendo et Cantona. Casting 4-étoiles en 2012 à Monaco. Cyril Dodergny.

Bien avant 2012, Pelé avait foulé le sol monégasque à plusieurs reprises. Notamment au tout début des années 90, aux balbutiements des Sportel Awards pensés par Georges Bertellotti et voulus par le prince héréditaire Albert.

Vice-président du jury du "Podium d'or", Pelé avait élu le "meilleur ralenti" - mettant en avant l’émotion d’un moment sportif - dans un jury présidé par le metteur en scène John Frankenheimer (Le Prisonnier d’Alcatraz).

À l’époque, Pelé flirte avec le politique et nourrit des ambitions qu’il masque aussi habilement que ses feintes et dribbles.

Sous contrat avec la Warner Bros et le Cosmos de New-York, il a depuis sa retraite sportive tourné des films pour la "Major" comme à Nous la Victoire, où il partage la vedette avec Stallone en 1981. Quant au club new-yorkais, il lui a confié la création et l'animation de centres de formation. Pelé est également sous contrat avec la FIFA pour un programme de promotion du fair-play auprès des fédérations nationales, et ambassadeur de l’ONU pour la défense de l’environnement. Il possède enfin une radio à Sao Paulo qu’il a baptisée du nom de son club de cœur : Santos.

Encensé par Nelson Mandela aux Laureus Awards

Pelé signant ses empreintes de pieds qui trônent aujourd'hui sous les Terrasses du Casino de Monte-Carlo. Golden Foot.

Un temps évoqué, sa candidature à la présidence du Brésil ne viendra pas, mais il saisit la main tendue par le social-démocrate de droite Fernando Henrique Cardoso. Et, en 1995, endosse sans étiquette le costume de ministre des Sports pour quatre ans.

En l’an 2000, il ne peut assister aux Laureus Awards à Monaco. A la tribune, Nelson Mandela l’encense sous les yeux du prince Albert II. "Pelé a donné aux athlètes du monde entier l’exemple des plus hautes vertus du sport : l’honneur, le courage, la joie et la persévérance."

Il reviendra l’année suivante, en 2001, pour assister à la cinquième et dernière victoire de Michael Schumacher au Grand Prix de Monaco, non sans avoir été salué dans les stands Alain Prost et son compatriote, le pilote Luciano Burti.

Respect éternel.

Robuste et élégant, Pelé a érigé le football en art par sa créativité. DR.
Un coup de griffe pour l’éternité, en 2012 à Monaco. Cyril Dodergny.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.