Rubriques




Se connecter à

L’AS Monaco va transformer ses buts en ruches

Le club lance son programme "Les Ruches Rouges & Blanches". Tous les 10 buts inscrits en Ligue 1 Ubert Eats, une ruche sera financée au sein de l’une des fermes urbaines de Terrae.

Marie Cardona Publié le 05/08/2022 à 15:43, mis à jour le 05/08/2022 à 15:48
Les nouvelles ruches viendront rejoindre celles déjà installées dans la ferme urbaine de la Tour Odeon. Illustration Jean-François Ottonello

L’AS Monaco s’engage pour l’environnement. Le club vient d’annoncer le lancement de son programme "les Ruches Rouges & Blanches". L’objectif: "Sensibiliser et agir en faveur de la biodiversité", souligne l’ASM.

En quoi consiste l’opération? À partir de cette saison, tous les 10 buts marqués par Wissam Ben Yedder et ses coéquipiers, l’AS Monaco financera la création d’une ruche de 40.000 abeilles au sein de l’une des fermes urbaines de la société Terrae.

Acteur local engagé

"Elles viendront s’ajouter aux 10 ruches déjà installées dans la ferme urbaine installée à la tour Odéon, au milieu de nos 60 poules et de notre potager", explique Jessica Sbaraglia, fondatrice de cette société qui promeut l’agriculture urbaine (lire ci-dessous).

Des nouvelles venues qui seront choyées toute l’année avant de procéder à la récolte du miel en novembre. "Une partie du miel récolté (6 à 8 kilos produits par ruche) sera offert aux délégations adverses dans le cadre des traditionnels échanges protocolaires afin de faire rayonner le miel Rouge & Blanc dans toute l’Europe, détaille l’AS Monaco. Différents projets sont à l’étude pour le reste de la récolte. Et des actions pédagogiques seront menées auprès de la jeunesse locale."

 

Un bel engagement pour le club qui, dans le cadre de sa politique RSE, entend œuvrer à son niveau "humblement mais concrètement" pour la biodiversité.

"La saison passée, avec plus de 60 buts inscrits par les Monégasques, 6 ruches auraient été installées en Principauté, soit environ 200.000 abeilles qui y auraient pris leurs quartiers et pollinisé la végétation locale", rappelle le club.

Gageons qu’ils feront aussi bien, voire mieux, cette année. Car six, c’est le nombre de ruches qui peuvent encore être installées au sein de la ferme urbaine de la Tour Odéon. "Il faut veiller à ne pas mettre trop de ruches au même endroit pour que les abeilles ne perturbent pas l’écosystème local qui s’est déjà développé", précise Jessica Sbaraglia.

Si plus de ruches venaient à être financées, elles seraient donc réparties sur les autres sites implantés en Principauté par Terrae.

Refuges de biodiversité

Lancée en 2016 à Monaco, Terrae est une société qui a pour but de produire de l’agriculture urbaine, en particulier des potagers, dans les valeurs du bio et de la permaculture, parfois en plein sol et/ou sur les toits des immeubles en ville.

En plus des 5 potagers de production (1.600 m²) répartis dans la Principauté, l’écosystème de Terrae est complété par 60 poules (8.652 œufs pondus par an) et 10 ruches (plus de 80 kg de miel produit chaque année).

Quelque 13.000 m² de ferme urbaine sont en cours de construction à Monaco, Cap-d’Ail, Nice ou encore en Belgique.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.