“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Et vous, que faisiez-vous le 21 juillet 1969 quand Armstrong a posé son pied sur la Lune?

Mis à jour le 21/07/2019 à 15:31 Publié le 21/07/2019 à 18:00
3h56 heure française le 21 juillet 1969, un petit pas pour l'homme...

3h56 heure française le 21 juillet 1969, un petit pas pour l'homme... Photo Nasa

Et vous, que faisiez-vous le 21 juillet 1969 quand Armstrong a posé son pied sur la Lune?

En direct ou en différé, les images de Buzz Aldrin et de Neil Armstrong posant son pied gauche sur le sol lunaire restent gravées à jamais dans la mémoire de ceux qui les ont vues. On vous a demandé ce que vous faisiez à ce moment-là. voici vos réponses...

Jean-claude: "On a tous hurlé"

"Au moment où Neil Armstrong pose le pied sur la Lune, on a tous hurlé et levé les bras en l’air, c’était absolument fou, on était fascinés par cet exploit ».

yannick: "mon père avait acheté la télé pour ça"

"J’étais un petit garçon de 5 ans. Mon père avait acheté notre première télévision, noir et blanc bien sûr, pour cet événement, juste à temps. On n’était pas riches, on était onze enfants, mais il voulait surtout que son père à lui, donc mon grand-père, déjà malade, puisse encore voir l’homme atterrir et marcher sur la lune ».

Alain: "elle s'appelait dominique"

"J’étais en colonie de vacances à la montagne et on regardait la Lune à l’œil nu. J’avais 15 ans et j’allais flirter pour la première fois. Elle s’appelait Dominique, tout ça c’était formidable et j’étais impressionné par l’exploit des cosmonautes".

Buzz Aldrin est le deuxième homme à poser le pied sur la Lune ! Il est, ici, photographié par Neil Armstrong.
Buzz Aldrin est le deuxième homme à poser le pied sur la Lune ! Il est, ici, photographié par Neil Armstrong. Photo Nasa

Catherine: "pas déçue de ne pas l'avoir vu"

"21 juillet 1969... J’avais 5 ans et d’autres pensées en tête que la Lune. Et pourtant, cette date m’a marquée puisque je sais exactement où j’étais ce soir-là... moi qui n’ait guère de souvenirs. Cet été-là, je gardais les trois enfants d’une famille amie de mes parents. Ils avaient loué une maison derrière le moulin de Jacques Demy, à Noirmoutier. Il n’y avait pas de poste de télévision. Les parents étaient partis chez des amis dotés d’un écran. J’ai bouquiné tranquillement jusqu’à l’aube. Je n’ai absolument pas été déçue de ne pas voir en direct ces premiers pas sur la Lune. je me suis rattrapée en piquant à mes frères le Tintin d’Hergé, lui qui avait tellement anticipé cette aventure de l’homme".

Jean-Laurent: "Seul, sur une caisse en fer"

"Cette nuit-là, j’étais à Tarascon dans une caserne à l’occasion des trois jours obligatoires préparant le service national de l’époque. Alors que mes collègues étaient allés se coucher, je suis resté seul devant un petit poste de télévision en noir et blanc, installé sur une chaise en fer, à moins de 50 centimètres de l’écran. Il n’y avait pas de son et l’image était très mauvaise, parfois brouillée et tressautante. C’est dans un silence absolu que j’ai assisté au premier pas de l’homme sur notre satellite. Cinquante ans plus tard, je revois avec précision le décor quelque peu lugubre du lieu, mais le sentiment d’avoir assisté à un événement exceptionnel perdure encore aujourd’hui".

Jean-Michel, au large du golfe du Morbihan

"J’étais âgé de 10 ans et me trouvai au large du golfe du Morbihan, au mouillage dans l’anse de l’île de Méaban. Sous un soleil de plomb (et oui cela arrive en Bretagne !) je remportais non sans satisfaction et joie profondes une victoire; je venais en cette fin de matinée de faire mes premières brasses sans assistance "pneumatique" au grand plaisir de mon oncle qui avait une sainte horreur de ces fameuses bouées. Une journée plus que joyeuse pour moi qui s’est terminée en apothéose devant le petit écran en pleine nuit par « ce petit pas pour l’homme et un grand pas pour l’Humanité » là-haut sur la Mer de la Tranquillité".

Claudine: "j'étais enceinte de 9 mois"

"J’étais enceinte de 9 mois. J’attendais la naissance de mon premier enfant. Mon mari était à Pornichet, près de la Baule, pour aider un ami garagiste. Mais ayant peur d’accoucher toute seule dans notre villa de Valrose, àNice, je suis remontée chez mes parents près de Château-Thierry. J’ai demandé à ma mère de me réveiller pour que je puisse regarder en direct, et j’ai vu. J’ai suivi la retransmission dans un fauteuil une bonne partie de la nuit et mon fils Patrice est né le 27 juillet. Souvenir merveilleux, premier pas sur la lune et mon premier bébé chéri, tout cela en une semaine".

"C’est un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité".
"C’est un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité". Photo Nasa

Gérard: "j’ai passé la nuit à observer les étoiles"

"Il faisait très beau et j’ai passé la nuit à observer les étoiles avec un astrolabe pour mesurer la qualité du ciel sur le plateau de Caussols. Pour moi aussi, c’était les premiers pas seul sur ce vaste plateau désertique, lunaire même avec ses nombreux cratères (dolines) site qu’on testait avant d’y créer un observatoire. Cette nuit-là, tout en travaillant je suivais la mission Apollo 11 avec mon transistor et à 3 h 30 je suis redescendu à St-Vallier pour voir, sur ma petite télé en noir et blanc, Armstrong poser son pied sur la Lune : un exploit technique et scientifique, un grand moment vécu en direct. Il est cinq heures, le jour se lève, je vais me coucher heureux de cette nuit astronomique".

MArtine: " Quel moment extraordinaire"

"J’avais 18 ans! J’étais avec une bande de copains. On fixait le ciel comme si on s’attendait à voir quelque chose! Toujours est-il qu’on savait ce qui se passait et que c’était magique, surréaliste! Quel moment extraordinaire!"

Josette: "Nous n’arrivions pas à quitter la Lune des yeux"

"J’avais 14 ans et malgré l’heure très avancée, je suis arrivée à décider ma grand-mère, née au XIXe siècle, d’attendre ce moment avec moi devant le petit écran. Et quand nous vîmes Armstrong poser le pied sur la Lune, nous sommes sorties toutes les deux sur la terrasse et nous avons regardé la Lune en nous disant qu’au même moment, pour la première fois, deux hommes étaient là-haut à fouler un sol inconnu à des centaines de milliers de kilomètres de la terre. Nous n’arrivions pas à quitter la Lune des yeux, comme si nous cherchions à deviner deux petites silhouettes entrain de se promener. Ma mémé n’est plus de ce monde mais le premier pas d’un homme sur la Lune reste pour moi une émotion partagée avec elle".

Buzz Aldrin, photographié par Neil Armstrong, porte deux appareils en vue de réaliser des expériences scientifiques sur la Lune.
Buzz Aldrin, photographié par Neil Armstrong, porte deux appareils en vue de réaliser des expériences scientifiques sur la Lune. Photo Nasa

Danièle: "c'était l'anniversaire de mon fils"

"C’était l’anniversaire de mon fils revenaient pas David, il avait 2 ans. Lorsque les hommes ont marché sur la Lune, lui n’a rien trouvé de mieux que d’appuyer sur la queue de la casserole où le lait de son biberon avait bouilli (pas de chauffe-biberon) et bien sûr, il s’est brûlé la poitrine! J’ai failli rater l’événement qui passait à la télé en direct!"

Chantal: "et s'ils ne revenaient pas?"

"Ce soir-là, j’ai mis mon réveil à 3 heures du matin, pour ne rien rater... j’avais 22 ans, mon fils Arnaud avait 4 mois. Il dormait paisiblement dans son couffin à nos côtés. Bien sûr, c’était en noir et blanc, les téléviseurs n’étaient pas aussi perfectionnés qu’à l’heure actuelle. On ne pouvait pas enregistrer, mais que d’émotions... Surtout quand on a entendu la célèbre phrase : ‘‘C’est un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité’’... Ce fut une nuit blanche, angoissante. Et s’ils ne revenaient pas ? Mais elle restera gravée dans ma mémoire toute ma vie".

dominique: "nous scrutions le ciel étoilé"

"J’avais 15 ans et comme sous-chef de patrouille des Eclaireurs de France d’une école de Vitry-sur-Seine, j’avais la responsabilité de huit gamins de 12 ans. Nous étions à Levie en Corse, partis en exploration à 15 km de notre camp, complètement indépendants malgré notre âge. Cette nuit-là nous avons dormi à la belle étoile dans un champ, et à côté d’une église désaffectée. Nous n’étions pas très fiers car sur la route en contrebas, des jeunes du village menaçaient de venir en découdre. Alors nous scrutions le ciel étoilé, persuadés d’apercevoir Neil Armstrong marcher sur la Lune. Je me souviens de cette nuit comme si c’était hier..."

Edwin « Buzz » Aldrin, photographié par Neil Armstrong.
Edwin « Buzz » Aldrin, photographié par Neil Armstrong. Photo Nasa

Dominique: "nous avions une télé en couleur"

"Ma maman était infirmière de bloc opératoire. Comme nous avions une télé en couleur, elle avait invité toute l’équipe médicale de sa clinique pour suivre l’alunissage en direct. Ce qui est drôle car finalement les images n’étaient pas vraiment en couleur! Au petit matin, elle a fait une soupe à l’oignon car nous avions veillé toute la nuit. Elle avait une saveur particulière car à jamais elle avait le goût de l’exploit".

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct