“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

En détention, elle peint les murs de la prison à Monaco

Mis à jour le 25/01/2016 à 05:12 Publié le 25/01/2016 à 05:12
La jeune femme a entrepris des fresques dans la salle d’attente visiteurs et dans le gymnase de la maison d’arrêt

La jeune femme a entrepris des fresques dans la salle d’attente visiteurs et dans le gymnase de la maison d’arrêt Photo JFO

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

En détention, elle peint les murs de la prison à Monaco

C'est une première à la maison d'arrêt de Monaco, une détenue en attente de jugement a été autorisée à décorer des espaces réservés aux prisonniers ou à leur famille

C'est une première à la maison d'arrêt de Monaco, une détenue en attente de jugement a été autorisée à décorer des espaces réservés aux prisonniers ou à leur famille

Elle a vingt ans. C'est une jolie brune aux yeux clairs qu'on imaginerait davantage rencontrer sur les bancs de la fac. Ou sur le dancefloor des clubs de la Côte. Mais non. Depuis un peu plus de six mois, Natalia (1) dort en prison.

La jeune femme, originaire d'Azerbaïdjan, doit passer d'ici peu devant le juge. Elle se serait retrouvée impliquée dans une entourloupe aux faux sacs de luxe. Mais de ça, elle ne veut pas en parler. En détention, elle s'est découvert une passion. Et la direction lui a fait confiance.

« En liberté, je n'avais pas le temps »

« Après un ou deux mois ici, j'ai eu envie de peindre. J'ai demandé et j'ai eu la permission d'avoir du matériel. J'aime l'art, mais c'est la première fois que je m'y mets. J'ai toujours voulu peindre mais je n'en ai jamais eu l'occasion », dit-elle. Entre français et anglais.

« En liberté, je n'avais pas le temps. »

Natalia s'exerce d'abord dans sa cellule. Puis dans une autre, libre. Des silhouettes en couleurs, des corps de femme. Des toiles roulées qu'elle garde. « Je voudrais faire une exposition quand je vais sortir. J'aimerais la faire ici à Monaco. Et si ce n'est pas possible ? Sur la Côte d'Azur, c'est bien aussi », glisse-t-elle. Comme une évidence. « Je veux rester ici. » Pourquoi ? « Parce qu'ici la vie est belle. Parce que les gens réussissent. »

Cette ancienne étudiante, qui a suivi une formation en business administration en Autriche, a manifestement un sacré tempérament. Et ce n'est pas les barreaux qui semblent faire de l'ombre à ses ambitions. Le plus dur en détention ? « Le réveil à 7 h 30, trop tôt. Et la séparation d'avec les hommes, très difficile… »

En prison, elle a en tout cas convaincu la direction de la maison d'arrêt monégasque de lui confier ses murs.

« On lui a proposé de décorer deux espaces, une salle d'attente pour les familles et le gymnase réservé aux détenus », explique le directeur Jean-Yves Gambarini.

« Pour nous et pour elle »

« L'art fait partie des activités auxquelles ont accès les prisonniers. Une fresque avait déjà été réalisée dans la cour par une artiste professionnelle qui intervenait avec les détenus. Mais de cette façon, c'est la première fois. ça restera, c'est une manière d'égayer nos locaux. Il y a là-dedans un double objectif, pour nous et pour elle », poursuit le directeur de la maison d'arrêt.

Dans cette prison, 35 détenus occupent actuellement les 80 places. Et de l'avis d'un surveillant, cette initiative les fait réagir. « Ils en parlent. Dans le gymnase, certains font semblant de jouer avec les personnages dessinés. Ça rend l'espace plus agréable. »

Des sportifs sur les murs du gymnase, des familles dans la salle d'attente. « Là, je me dessine moi, poursuit la jeune femme. Je me peins comme je m'imagine plus tard. » Une chevelure flamboyante, au bras d'un brun ténébreux. Elle sourit quand on lui fait remarquer.

« Je veux me servir de cette expérience. Pour dire la vérité, je me suis trouvée. Je réalise que je peux faire quelque chose de mieux que ce que j'ai fait avant. C'était stupide. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.