“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Elle accouche de son troisième enfant sur le parking de l'hôpital à Monaco

Mis à jour le 03/10/2019 à 21:45 Publié le 04/10/2019 à 07:15
Le couple se souviendra longtemps de la naissance, atypique, de leur troisième enfant.

Le couple se souviendra longtemps de la naissance, atypique, de leur troisième enfant. DR

Elle accouche de son troisième enfant sur le parking de l'hôpital à Monaco

Lundi dernier, Aurelia a donné naissance à Alyson, 3 kg et 48 centimètres, avant même d'arriver en salle d'accouchement. Une situation atypique qu'elle n'oubliera sans doute jamais

Dans son petit et douillet tricot rose, elle esquisse déjà des sourires charmeurs. Alyson, c’est 48 centimètres de bonheur et un poil plus de 3 kg à la balance. Le fruit de l’amour d’Aurelia et Samuele, résidents à Monaco.

Heure et jour de naissance ? Lundi 30 septembre à 15 h 30. Lieu de l’accouchement ? Sur… le parking de la maternité du CHPG de Monaco ! Entre une ambulance et sa voiture. Atypique.

"Après mes deux premiers accouchements, très longs, je voulais que celui-ci soit le plus naturel possible pour le vivre pleinement.Sans interventions médicales, sans péridurale. Mais peut-être pas autant", se marre Aurelia, comblée, déjà maman de deux garçons de 2 et 4 ans.

"elle lui
a suggéré de rentrer à la maison"


L’histoire est cocasse. Il faut remonter au matin même, quelques heures plus tôt donc, pour comprendre cet heureux dénouement. Au moment précis où une suspicion de perte des eaux se fait pressentir.

"La patiente a alors été vue par la sage-femme. Elle n’avait pas de contractions régulières et douloureuses. Le travail n’avait pas encore démarré. Elle lui a suggéré de rentrer à la maison et de revenir si les contractions devenaient plus fortes", retrace Bruno Carbonne, chef du service de la maternité au CHPG.

"J'allais bien
et je voulais rentrer chez moi"

Aurelia confirme : "J’allais bien et je voulais rentrer chez moi. L’idée, pour nous, était de faire la plus grande partie du travail chez moi et de ne pas être bloquée de longues heures dans la salle d’accouchement."

Les deux tourtereaux quittent l’hôpital, en profitent même pour décrasser la voiture et se balader. De retour à la maison, les contractions, jamais vraiment régulières, n’alertent guère plus que cela la jeune femme de 32 ans.

"Je ne me suis jamais vraiment alarmée. J’ai un peu traîné, jusqu’à 15 heures, sans savoir que ça n’allait pas tarder", raconte-t-elle.

"Sur le point d’accoucher dans
la voiture"

C’est toute la persuasion et le stress légitime de Samuele qui convainquent Aurelia de grimper dans la voiture, direction la maternité du CHPG. À grand renfort de klaxons pour se frayer rapidement un chemin dans le trafic.

"L’hôpital n’était pas très loin. Mais j’étais clairement sur le point d’accoucher dans la voiture. Je ne le disais pas forcément, pour ne pas l’inquiéter", rigole, après coup, la maman.

debout entre deux véhicules


Devant la maternité du CHPG, il est déjà trop tard pour accéder à la salle d’accouchement. La petite Alyson pointe déjà le bout de son nez.Pas de personnel soignant, que des civils, un brin médusés forcément, autour du couple. Une minute à peine après la sortie du véhicule, l’accouchement est déjà terminé.

Debout, entre deux véhicules. Le nouveau-né dans les bras. "Les sages-femmes sont arrivées dans la foulée et ont coupé le cordon ombilical. Puis, on m’a mis sur un brancard pour nous monter aux étages pour les examens. Alyson allait très bien. L’équipe de la maternité a été très bien" , remercie-t-elle.

Sortie mercredi de l’hôpital, Alyson a déjà retrouvé ses deux grands frères et un papa aux anges. "Je suis fier de mon mari et il est fier de moi. C’est une expérience qui fait désormais partie de notre histoire".


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.