Rubriques




Se connecter à

Avec ses 600 maillots portés par des joueurs de l'AS Monaco, il rêve d’un musée en Principauté

La deuxième partie de saison va débuter pour l’AS Monaco qui se déplace à Nantes. Avant ce match, rencontre avec Julien Bouron, un collectionneur pas comme les autres.

Kevin Sanchez Publié le 09/01/2022 à 12:59, mis à jour le 12/01/2022 à 14:05
Julien avec le maillot de Lillian Martin qui disputait son premier match sous ses nouvelles couleurs. Une pièce unique qui n’a été utilisée qu’une seule fois en 1996. Photo DR

Collectionneur averti malgré son jeune âge (27 ans), Julien Bouron porte les couleurs de l’ASM dans son cœur mais aussi dans sa penderie. Le jeune homme originaire de Bourgogne dispose, chez lui, d’une collection de plus de 600 maillots portés par des joueurs. Il a récemment décidé de les exposer dans un magazine, destiné au club et aux officiels de la Principauté.

Pourquoi avez-vous décidé de créer votre magazine ?
Je souhaite démontrer que Monaco est un grand club et qu’il mérite d’avoir son musée, vu son histoire. Mais surtout en proposant du contenu à ce fameux musée, je pense apporter un point de départ en proposant d’y exposer mes maillots.

Il vous a fallu combien de temps pour le réaliser ?
Chaque soir après le travail j’y ai passé de longues heures, parfois jusqu’à 3 heures du matin.

 

À combien estimez-vous votre collection ?
C’est très aléatoire. Certaines pièces valent 100 euros et d’autres jusqu’à 2.000 euros. Le marché est très élevé. Par exemple, je viens de récupérer un maillot d’Alfred Vitales [défenseur français qui a joué à Monaco entre 1971 et 1974 puis 1977 et 1983, N.D.L.R.] qui vaut dans les 2.000 à 3.000 euros. Si je me réfère par rapport aux enchères du moment, ma collection est estimée entre 200.000 et 300.000 euros.

Vous l’avez sécurisée ?
Oui parfaitement. Mais très honnêtement je pense qu’elle n’a rien à faire chez moi.

Pourquoi ?
J’habite en Bourgogne, j‘ai des vrais maillots de collection des années 70-80-90 et de finales, authentifiés et j’estime qu’ils auraient plus leur place dans un musée ou exposés à Monaco pour en faire profiter les amoureux du club ou les fans de football de manière générale. En fait, ça aurait été dans n’importe quelle ville de France, j’aurais loué un local et je me serais lancé. Mais à Monaco c’est un peu plus compliqué…

Ça vous prend beaucoup de temps de recherche ?
Vous n’imaginez pas. C’est un travail à temps complet. C’est au moins 5 heures par jour, mais pas forcément de manière constante. Globalement, il y a un long travail d’étude lorsque je découvre un maillot. Il faut regarder les nouveautés sur les sites d’enchères en France ou à l’étranger… C’est une recherche constante et permanente de la pièce que l’on n’a pas.

Depuis ces années vous avez dû développer une qualité d’expert en la matière. Des personnes ont déjà pris contact avec vous pour expertiser une tunique ?
Oui. Par exemple, j’ai reçu un message il y a une demi-heure d‘un collectionneur qui me demande mon avis sur un maillot de l’ASM.

Vous envisageriez d’en faire une reconversion professionnelle ?
Dis comme ça, c’est peut-être un peu exagéré. Mais je me pose vraiment la question. C’est mon but. Quand on est petit, on rêve de devenir footballeur professionnel. Moi rapidement ça s’est tourné vers l’histoire du club. Mais oui, clairement, j’aimerais en faire mon métier.

 

Est-ce que vous avez un souvenir particulier d’un match face à Nantes ?
Le premier match auquel j’ai assisté au stade Louis II c’était entre Monaco et Nantes en 2004. Didier Deschamps [l’entraîneur cette saison, N.D.L.R.] avait fait tourner l’effectif pendant l’épopée de Ligue des Champions et on perd 1-0 sur un but de Marama Vahirua.

Parmi les plus de 600 maillots de votre collection, vous devez avoir des anecdotes à raconter ?
Oui, en lien avec la rencontre de ce week-end, j’ai réussi à récupérer un maillot qui n’a été utilisé qu’une seule fois en match officiel pour l’ouverture de la saison 1996-1997, l’année du titre. Et c’était face à Nantes.

Un pronostic pour la rencontre ?
Je nous vois bien gagner 3-1 comme en 1996 pour la première journée avec ce fameux maillot. On reste sur deux bonnes performances en coupe de France. Et puis les joueurs auront envie de montrer à leur nouveau coach qu’ils sont motivés.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.