“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

A Monaco, des bolides roulent pour la bonne cause

Mis à jour le 30/04/2016 à 14:13 Publié le 30/04/2016 à 14:12
Le tour est facturé 50 euros sur le siège passager, 70 euros à la place du pilote.

Le tour est facturé 50 euros sur le siège passager, 70 euros à la place du pilote. Photo Michael Alesi

A Monaco, des bolides roulent pour la bonne cause

Piloter ou se faire promener dans une vieille et belle voiture, c'est possible samedi à Monaco. Le Rallye du Coeur est organisée au bénéfice d'une association caritative, Monaco Disease Power.

De chauds ronronnements s'élèvent sur la place du Casino, à Monaco. C'est le bruit des moteurs de quinze voitures qui arrivent ou partent de l'endroit, samedi.

Il n'y a que des modèles des années 50, 60 ou du début des années 70. Toutes les voitures sont belles, toutes les carrosseries brillent sous le soleil de printemps, toutes attirent les yeux et les curieux. C'est le but.

Samedi, des amateurs pilotent les bolides ou se font promener sur le siège passager de ces véhicules. Cette animation, le Rallye du Cœur, est organisée au bénéfice de Monaco Disease Power, une association qui finance notamment des structures d'accueil pour enfants en situation de handicap.

Et un peu avant midi, une foule compacte se presse devant les voitures. Beaucoup sont des amateurs d'automobile...mais pas uniquement.

"Les gens qui étaient là à 9h30 sont des passionnés, explique Fabrice Le Roy, le président de l'entreprise Rent A Classic Car, qui met les voitures à disposition. Les autres, ce sont des gens qui passent la journée à Monaco, voient les voitures et les essayent".

Cela se ressent d'ailleurs sur les véhicules les plus demandés. Deux véhicules se détachent. D'un côté, une Fiat 500 "de plage", toute petite et toute ouverte sur l'extérieur, qui crie "Dolce Vita". De l'autre, une AC Cobra, une voiture de sport aux formes douces, notamment appréciée par Steve McQueen.

Ce modèle, Marilyn l'a choisi. Cette Australienne en visite à Monaco sort justement du bolide bleu gris, un grand sourire en travers du visage. La descente se fait côté passager: elle n'a pas voulu conduire. "Je ne voulais pas conduire pour apprécier davantage la beauté de la voiture", dit cette amatrice de vieilles voitures.

Un peu plus loin, Bernard, lui, a voulu piloter. "Au début, j'étais hyper-concentré, restitue celui qui vient de descendre d'une Jaguar de 1952. J'avais un peu peur sur les distances de freinage. Mais après, on se détend".

A la mi-journée, une quarantaine de "tours" dans les voitures avaient été vendus.


La suite du direct