Pour fêter ses 120 ans, la Sûreté publique de Monaco se dévoile... dans une BD

Pour célébrer ses 120 ans d’existence, la police monégasque travaille sur un projet de bande dessinée, dans laquelle toutes les facettes de la profession sont abordées. Sortie en novembre.

Thibaut Parat tparat@nicematin.fr Publié le 13/08/2022 à 11:20, mis à jour le 13/08/2022 à 11:06
Les braqueurs au moment d’échafauder le plan de braquage en Principauté.

En un coup d’œil, la couverture de la bande dessinée plante le décor. Au centre, en contrebas du Palais princier, des policiers de la Sûreté publique se dévoilent en posture d’intervention. À pied, aussi bien en tenue légère que lourdement équipés, mais aussi à vélo, à la manœuvre d’un drone ou à bord de la flambante vedette Princesse Gabriella. Un aperçu, non exhaustif, du travail de terrain de la police monégasque.

Pour en lire davantage sur les trépidantes coulisses de cette institution, fondée en 1902 par le prince Albert Ier, il faudra patienter d’ici la Fête nationale, moment où la bande dessinée sera publiée à 4.000 exemplaires aux Éditions du Précurseur, déjà à l’œuvre pour la BD La Tempête Alex, chronique d’une catastrophe.

Un projet, parmi d’autres*, pensé par la Direction de la Sûreté publique pour fêter ses 120 années d’existence. "La bande dessinée n’aura pas vocation à être commercialisée mais servira d’objet de représentation, de promotion, explique le capitaine Frédéric Aznar, membre du secrétariat de direction et porteur du projet. L’idée, c’est de faire connaître la Sûreté publique et de faire plaisir à nos personnels, dont certains pourront se reconnaître physiquement dedans."

Pour l’heure, seuls cent privilégiés, à l’instar du prince Albert II et de Charlotte Casiraghi, ont pu goûter au scénario ficelé au travers de quinze planches noircies ou colorées par le coup de crayon affûté du dessinateur Cédric Fernandez.

Le scénario basé sur un fait divers réel

L’intrigue démarre en plein Grand Prix de Monaco, le jour où les Formule 1 ne tournent pas sur le circuit urbain. Alors que le couple princier, escorté par des agents de la Division de protection de la famille princière, s’offre une visite dans les stands, que les personnels de la Sûreté publique patrouillent et assurent la sécurité du pays, des malfaiteurs projettent un braquage en Principauté. Avant de mettre leur plan à exécution.

 

Une affaire, inspirée d’un vol à main armée perpétré en 2017 à Monaco, qui servira de fil rouge tout au long de la soixantaine de pages. "Si la base du fait divers est réelle, tout le reste est modifié, romancé et amplifié, explique Frédéric Aznar qui a imaginé la trame du récit, en lien avec Yvon Bertorello. Au fil des pages et de l’enquête, on retrouve tous les métiers de la Sûreté publique: l’investigation, la cybercriminalité, la police technique et scientifique, la police maritime, le groupe d’intervention, l’administratif, le secrétariat etc... Chaque Division est mise en avant."

Pour interpeller les braqueurs, les grands moyens sont employés. De l’unité drone au système de vidéosurveillance, en passant par le maillage territorial et les investigations les plus poussées. "Pour être le plus fidèle possible, le dessinateur a fait le tour des services et des personnels, a pris des photos", poursuit-il.

Les partenaires de la police monégasque, comme Interpol, et l’intégralité de la chaîne pénale figurent dans la bande dessinée. Même le futur bâtiment de la Sûreté publique, actuellement rénové et surélevé dans la rue Suffren-Reymond, est illustré. "Si demain un jeune lit la BD, on veut pouvoir lui donner envie de faire ce métier", conclut Frédéric Aznar.

* Carte de vœux, tableau numérique d’Albert Ier, un timbre et un livre des 120 ans, une médaille commémorative, une prière et un hymne de la Sûreté publique, une montre Tudor, un tableau naïf de Claude Gauthier.

 
Les personnels de la Sûreté publique en train de patrouiller avant que l’alerte ne soit donnée.

17.000

C’est le nombre d’exemplaires vendus par les Éditions du Précurseur de la bande dessinée Tempête Alex, chronique d’une catastrophe. Une partie des ventes a été reversée aux sinistrés des Alpes-Maritimes. La maison d’édition, en sommeil il y a peu encore, travaille sur d’autres projets. Outre la BD sur la Sûreté publique, des ouvrages similaires sont en cours avec les Carabiniers du Prince, le Carnaval de Nice, la suite de la Tempête Alex axée sur la reconstruction ou encore les palaces.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.