“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Villeurbanne prend la main

Mis à jour le 23/05/2016 à 09:09 Publié le 23/05/2016 à 09:03
Ouattara face à Watkins : ça ne passe pas !

Ouattara face à Watkins : ça ne passe pas ! Photo NM

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Villeurbanne prend la main

Très solide et adroite, l’ASVEL a barré la route de l’AS Monaco qui se retrouve menée 1-0 dans cette demi-finale. La Roca Team devra prendre sa revanche demain soir pour continuer à y croire

Ce fut un gros combat, et celui-ci, Monaco l’a perdu. La série de 14 victoires d’affilée de la Roca Team a pris fin hier soir contre l’ASVEL, au mauvais moment, puisque Vllleurbanne prend l’avantage 1-0 dans cette demi-finale au meilleur des 5 manches.

« L’ASVEL est une grosse équipe qui a mérité sa victoire. lls ont défendu très dur et rentré des shoots énormes à trois points qui ont fait la différence sur la fin », a commenté Zvezdan Mitrovic, le coach de la Roca Team. Devenue très adroite dans ces playoffs, l’ASVEL a fait très mal à trois points (10-18). Et Monaco, parfois englué dans la défense acharnée de l’ASVEL, n’a pas trouvé le rythme ni le jeu de passe qui fait sa force.

La Roca Team, à l’énergie, n’a jamais lâché et s’est battue jusqu’au bout. Mais, à 52-53 dans le dernier quart-temps, quand Casper Ware a balancé deux missiles de loin, assassins, quand Kahudi l’a imité quelques secondes plus tard, l’affaire est devenue quasi-injouable pour l’ASM. Le dernier rush, instauré par Shuler et Gladyr, a rallumé une petite flamme, mais c’était trop tard.

Aaron Cel touché au genou

Demain soir, pour la revanche à Gaston-Médecin, que Monaco ne peut plus perdre sous peine de compromettre quasiment toutes ses chances de passer en finale, la Roca Team pourrait être privée d’Aaaron Cel. Touché au genou, l’international polonais a dû quitter ses partenaires en première période. Une épine de plus dans le pied de l’ASM, qui va devoir puiser dans ses ressources pour rebondir.

« On n’aime pas perdre », a commenté Yakuba Ouattatra. « C’était un combat de tous les instants, plus qu’un match de basket, et mardi soir, ce sera encore un combat. Et celui-là, on va tout faire pour le gagner ». Une lutte de position, physique, acharnée… C’est ce à quoi, en effet, a ressemblé ce match 1. Et dans le camp de Monaco, on s’est senti lésé par les 4 fautes offensives d’affilée sifflées par les arbitres dans le QT3, qui ont à chaque fois rendu la balle à l’ASVEL. Face au manque de vitesse d’exécution qui a pénalisé l’ASM, reste à savoir si Mitrovic choisira de placer encore Fesenko dans le roster à la place du feu-follet Darrel Mitchell. Hier, le géant ukrainien, après une entrée en matière délicate, s’est bien repris dans le QT3 (un contre et un dunk dans la foulée). De plus, la blessure d’Aaron Cel vient fragiliser le secteur intérieur de l’ASM. Un choix difficile.

Amara Sy, Adrian Uter, Jamal Shuler, Sergii Gladyr et à un degré moindre D.J. Cooper ont joué leur rôle de cadre dans cette première manche. Monaco, au rebond, a même dominé l’ASVEL. ça n’a pas suffi car Villeurbanne a tout simplement mieux joué au basket dans le money-time, à l’image de Jean-Charles Livio, auteur de 4 paniers d’affilée.
Devant les micros, Yakuba Ouattara, lui, s’est présenté avec une grosse poche de glace sur sa main droite, celle du shooteur. En début de match, à la lutte pour un rebond, le numéro 24 de l’ASM s’est retourné un doigt. Ce n’était pas le soir de Monaco.


Match 2
Demain soir à 20h30, salle Gaston-Médecin. Réservations sur www.asmbasket.org
Match 3 vendredi à Villeurbanne (21 heures).


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.