Rubriques




Se connecter à

On a retrouvé Monaco !

Vainqueur d'une forte équipe de Gravelines, la Roca Team, portée par un Sergii Gladyr en feu à trois points, s'est rassurée avant de retrouver Nanterre ce soir en demi-finale

Francois Paturle Publié le 18/02/2017 à 05:06, mis à jour le 18/02/2017 à 05:07
Ouattara et la Roca Team se sont fait peur dans le dernier quart mais verront bien les demi-finales.
Ouattara et la Roca Team se sont fait peur dans le dernier quart mais verront bien les demi-finales. Manuel Vitali/Monaco Info

Monaco n'aime pas perdre. Cela s'est vu avant ce 1/4 de finale de Leaders Cup contre Gravelines-Dunkerque, hier soir à la Disney Arena. Visages fermés, mines graves… Le monde merveilleux de Mickey, à un jet de ballon de la salle, n'avait pas déteint sur l'humeur des Roca Boys battus 3 jours plus tôt par Antibes en Coupe de France.

Il faut dire que l'ASM, tenante du titre à Disney, jouait gros contre un BCM Gravelines en pleine forme. La pression était inévitable : un retour à la maison précipité pour le leader de ProA aurait fait quelque peu désordre. Résultat : contre une très belle équipe nordiste, Monaco a encore encaissé 85 points, comme contre Antibes, mardi. Mais Monaco, cette fois, n'a pas craqué. Quand le BCM est revenu à - 3 (79-76), à 3 minutes du buzzer, les mains auraient pu trembler. Henry, pour les Nordistes, a raté le shoot de l'égalisation. Mais la Roca Team a retrouvé son jeu, ses vertus et son shooteur patenté, l'international ukrainien Sergii Gladyr. Effacé contre les Sharks, le « Gladyator » a commencé par un 4/4 assassin à 3 pts dans le troisième quart-temps. Histoire de créer un break (74-58) que Gravelines saura grignoter.

 

Comme prévu, rien n'a été simple : le bastion nordiste s'est accroché, à l'image de son meneur américain, Justin Cobbs et de l'intérieur Richard Solomon. Gravelines, sans cesse, est allé chercher les occasions, sous le cercle, poussant l'ASM à la faute… Puis, quand le BCM de Monschau est revenu tout proche dans le rétroviseur donc, que le danger s'est fait de plus en plus pressant, Gladyr, visage pâle et gâchette impassible, a remis le couvert à trois points (82-76). Gladyr a pris son temps, a visé et a puni. De quoi glacer une Disney Arena proche de l'incandescence. Cette fois, Gravelines ne devait plus s'en relever… C'est bien Monaco qui défiera l'équipe des shooteurs fous, la JSF Nanterre en demi-finale, ce soir à 20h30. Gladyr (6/8 dans les flèches primées hier soir) face à Schaffartzick (4/6 contre Strasbourg). Faites vos jeux.

« Sergii nous a fait du Gladyr tout craché », a lâché Yakuba Ouattara, l'homme de la première mi-temps (11 points). « Une fois, à l'entraînement, je l'ai vu faire un 50 sur 50 à trois points. C'est inouï ! Quand il est chaud, Sergii, c'est comme si plus rien ne pouvait l'arrêter. Il nous a fait le plus grand bien ».

L'autre grand acteur de ce quart à Disney ? Sans doute Zack Wright. Malgré ses 4 fautes dès le début de la seconde période, « ZW » a trouvé le moyen de se faufiler un peu partout. Le chemin de la demi-finale, le petit meneur la désirait très fort. Et cette première marche était peut-être la plus difficile à franchir. « On avait la pression, c'est sûr », a-t-il reconnu à chaud. « C'est le genre de match où tu ressens des papillons dans le ventre, où la gorge est serrée. Contre Nanterre, j'espère que l'on arrivera à se lâcher complètement. On a l'effectif adéquat pour enchaîner».

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.