“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Nouveau coach, Dee Bost, recrutement... Le manager général de l'AS Monaco Basket, Oleksiy Yefimov, se confie

Mis à jour le 23/06/2020 à 19:44 Publié le 23/06/2020 à 19:30
Oleksiy Yefimov: "La Roca Team reste ambitieuse".

Oleksiy Yefimov: "La Roca Team reste ambitieuse". Photo Dir Comm

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Nouveau coach, Dee Bost, recrutement... Le manager général de l'AS Monaco Basket, Oleksiy Yefimov, se confie

Oleksiy Yefimov, le manager général de l’ASM Basket, a accepté de faire le tour complet de la situation chez le double finaliste (2018 et 2019) du championnat de France.

Monaco se montre très discret sur le marché des arrivées...
Nous ne sommes pas les seuls dans ce cas. Si vous regardez l’Euroligue, vous constatez que seulement trois des 18 clubs ont commencé à effectuer des transferts. C’est peu, l’époque est plutôt à la prudence.

En Jeep Elite, plusieurs clubs, en revanche, ont déjà effectué une bonne partie de leur marché...
De notre côté, nous avons des contacts avec des joueurs, mais pas de négociations avancées. Nous préférons prendre notre temps. Il faut aussi regarder ce qu’il se passe chez nos voisins. En Italie, les clubs viennent d’annoncer qu’ils vont insérer des clauses spéciales Covid dans les contrats. Des retenues de 20, 50 voire 100% du salaire selon l’évolution de la situation sanitaire et la possibilité de jouer ou non. Il y a aussi des clubs, partout en Europe, qui ne seront pas en mesure de payer les derniers salaires de la saison 2019-20... Au regard de cela, la Ligue française peut gagner de plus en plus en attractivité. En France, le système de sécurité sociale est l’un des meilleurs en Europe, si ce n’est le meilleur, et si les salaires sont moins élevés que dans d’autres ligues, ils sont garantis et ont le mérite d’arriver sur les comptes. Des joueurs a priori inaccessibles aujourd’hui vont venir sur le marché simplement parce qu’ils constateront que leurs clubs ne sont pas en mesure de les payer. De plus, notre priorité actuelle est de signer le coach, afin de bâtir une équipe en fonction de ses aspirations.

Le nouveau coach, justement, aura la lourde tâche de succéder à Sasa Obradovic...
Oui, le coach a toujours été pour nous un facteur clé de la construction. L’entraîneur est celui qui bonifie l’ensemble, qui vous fait gagner de l’argent ou le cas échéant vous en fait perdre.

"Mitrovic et deux autres"

Qu’en est-il d’un éventuel retour sur le Rocher de Zvezdan Mitrovic?
Dix minutes après l’annonce du départ de Sasa Obradovic, je lisais déjà des post annonçant le retour de Zvezdan Mitrovic à Monaco ! C’est vrai que son retour sonne comme une logique, une évidence. Il est vrai aussi que nous sommes en contact avec Mitrovic. Nous sommes aussi en discussion avec deux autres entraîneurs ayant l’expérience de l’Euroligue. Zvezdan, en ce moment, est occupé à régler son litige avec l’ASVEL. Je ne peux pas affirmer que ce soit lui aujourd’hui le favori pour être notre nouveau coach.

Question effectif, outre Cole, Lacombe, Sané, et Kikanovic, deux autres départs sont attendus, Clemmons et O’Brien, vous confirmez?
En effet, ils devraient évoluer dans des clubs aux moyens plus importants.

Eric Buckner?
Le pivot est un poste clé, cela dépendra de la vision du nouveau coach, s’il préfère un intérieur plus ‘‘old style’’ ou non. Il faudra définir avec lui.

Dee Bost?
Nous sommes en pourparlers avec Dee pour qu’il reste avec nous. Bien sûr, nous allons devoir baisser les salaires de manière générale, il faut donc essayer de trouver un terrain d’entente.

De combien sera en baisse le budget?
Disons, environ 30%... (de 7,8 millions à 5,5 environ).La baisse moyenne des clubs en Jeep Elite devrait se situer aux alentours de 35, 40%. Nous revenons à nos niveaux d’il y a quatre ans environ.

Quid de vos partenaires?
J’en profite pour exprimer toute ma gratitude envers eux. Ils ont tenu leurs engagements jusqu’au bout et cela n’avait rien de facile. Mais dans les contrats avec nos sponsors, il y a des primes en fonction des play-offs.. Et avec la saison blanche, forcément, nous ne pouvions y prétendre. Le manque à gagner est général. La saison passée, nous avons touché une avance de 220.000 euros de la Ligue pour notre place en finale des play-offs. Cette année, rien de cela.Au niveau des droits TV, la Ligue cherche un diffuseur, mais il faut être réaliste, les montants devraient s’afficher en baisse (10 millions/saison pour les clubs selon l’ancien contrat avec RMC Sport).

Comment avez-vous prévu le poste des recettes public?
Je suis certain que nos fans brûlent d’impatience de revenir à la salle... Je ne prévois pas une baisse des spectateurs, bien au contraire. Mais dans le même temps, nous avons dû budgéter une baisse de 50 % des recettes aux guichets. Nous devons intégrer le scénario pessimiste d’une jauge limitée dans les salles, ou hélas d’une deuxième vague de l’épidémie, en espérant bien sûr que cela n’arrivera pas.

Ne risque-t-on pas d’assister la saison prochaine à une Jeep Elite à deux vitesses, l’ASVEL et les autres?
Sur le papier, incontestablement, l’ASVEL sera le favori. Mais je vous rappelle qu’en 2017-18, avec un budget plus modeste que les deux dernières saisons, nous avions gagné la Leaders Cup, disputé la finale de la BCL et la finale de Jeep Elite, perdue au 5e match face au Mans. Je ne peux pas prédire si nous serons chanceux ou pas, mais je peux vous dire que Monaco reste ambitieux. 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.