“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco terrasse la Grèce

Mis à jour le 09/03/2017 à 08:49 Publié le 09/03/2017 à 05:10
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco terrasse la Grèce

La Roca Team a sorti le grand jeu pour déborder Athènes et prendre son ticket pour les quarts

Comme prévu, on n'avait jamais vu une telle ambiance à Gaston-Médecin. Les 350 fans de l'AEK ont fait un boucan phénoménal, dans la grande tradition du basket hellène.

Insuffisant pour barrer la route des quarts de finale à une impressionnante Roca Team, dont les individualités ont su placer le curseur très haut.

Voilà, Monaco n'est plus qu'à une marche du Final Four de cette coupe d'Europe, la principale compétition de clubs de la FIBA. Il suffit de se retourner un peu pour contempler le chemin ahurissant accompli par ce club du Rocher en si peu de temps, cette équipe de Monaco qui évoluait encore en Pro B il y a deux saisons…

De quoi rêver, mais le niveau atteint par ce Monaco-Athènes nous a rappelés les plus grandes soirées de l'Olympique d'Antibes, il y a bien longtemps, lorsque l'OAJLP avait atteint les demi-finales de l'Eurocoupe en 1995.

S'il le fallait, on a encore mieux compris pourquoi Jamal Shuler (20 pts à 62 %) a déjà remporté une coupe d'Europe (avec Nanterre), pourquoi Nik Caner-Medley fut le meilleur joueur d'une finale d'Eurocoupe avec Valence, pourquoi le Barça a tout fait pour attirer Dee Bost dans ses filets en début de saison…

On l'a encore vérifié, Sergii Gladyr est un joueur d'exception et si Amara Sy a accompli la carrière qui est la sienne, ce n'est pas le fruit du hasard. C'est bien toute la Roca Team qui s'est mise au niveau requis hier soir. Car, pour escalader cette équipe de l'AEK Athènes, il valait mieux être bien équipé.

Comme prévu, aussi, l'AEK n'a rien gâché, plaçant ses munitions, mettant sur orbite ses deux géants (Mavrokefalidis et Mavroedis) dans la peinture, décalant comme il se doit ses tireurs d'élite (Vasileiadis, Sakota, Dixon).

Très appliqué, dur, teigneux, l'AEK a utilisé tous les arguments qui en font un représentant historique du basket grec, juste derrière les deux mastodontes du Pana et de l'Olympiakos. Face à cela, Monaco a défendu, de toutes ses forces.

Quitte à prendre des fautes, à l'image de Fofana (5) ou Davies (4), qui ont fait craindre une pénurie face aux tours de l'Acropole. Mais si la Roca Team a donc su freiner le talent des joueurs de Zdovc, adeptes du pick-and-roll, du 1 contre 1, du shoot déclenché à la vitesse de la foudre, la débauche d'énergie monégasque n'aurait donc pas suffi si l'ASM, à son tour, n'avait pas fait parler le talent. Dee Bost (7/13) a signé des slaloms ahurissants, finissant parfois main gauche sous la menace immense d'un Elonu prêt à sortir la bâche.

Jamal Shuler (3/4 à trois points) a tout rentré, ou presque. Zdovc, lui, a pété un plomb, expulsé dans le 3e quart après avoir dit ses vérités aux arbitres de façon très électrique…

Vainqueur d'un petit point à l'aller (69-68), l'AEK a toujours couru après l'ASM, hier soir. Mais les Grecs ne courent pas pour rien. A 4 minutes de la fin, Athènes était 11 points derrière (83-72), et 11 points, en basket, ce n'est pas grand-chose, surtout à ce niveau-là.

C'est alors que Nik Caner-Medley a pris la balle, et a tout fait en attaque (3 sur 3), jusqu'à un panier « jordanesque » en passant sous le cercle.

Là, il n'était plus question de système, de stratégie, de planification. C'était plutôt du genre « just do it ». Même ceux qui ont peu joué, hier soir, ont signé des actions de bravoure, à l'image de Jordan Aboudou. Messieurs les Monégasques, chapeau.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.