“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco relève la tête

Mis à jour le 03/10/2017 à 05:16 Publié le 03/10/2017 à 05:16
Si Dru Joyce s'est montré assez discret, hier soir à Gravelines, la Roca Team a  retrouvé le chemin de la victoire.

Si Dru Joyce s'est montré assez discret, hier soir à Gravelines, la Roca Team a retrouvé le chemin de la victoire. La Voix du Nord

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco relève la tête

Vexée après la courte défaite à domicile contre Le Mans, la Roca Team a montré son caractère, hier soir dans le Nord. De quoi rester sur les talons des leaders

On a d'abord pensé que la soirée monégasque serait compliquée, très compliquée même. Parce que le BCM a démarré en trombe (10-2, 4'). Et qu'au contraire de Monaco, Gravelines déployait de l'entraide, de la solidarité et osait la prise de responsabilité.

L'armoire à glace Kikanovic (2,10 m) a même été mise sous l'éteignoir, le temps d'un quart-temps. Et DJ Cooper, l'ancien de la maison princière, lâcha une flèche primée à 9 m (20-13, 9').

Une semaine après le pétard mouillé manceau, ça commençait à faire beaucoup pour Zvezdan Mitrovic. D'autant que ses ouailles, démoralisantes à souhait sur leurs shoots, dont la plupart étaient ouverts (9/32 à la pause), étaient en quête de remède. Mais le collectif azuréen, en reconstruction, a fini par se rendre le labeur plus accessible (10 rebonds offensifs à la pause, 15 au total). Si Evans était le seul à avoir décrassé son fusil en première période, l'ailier américain a été rejoint par Craft puis Gladyr. L'Ukrainien, jusqu'alors discret, a tapé du poing sur la table, déclenché derrière l'arc et placé les siens en pole (41-44, 29'). La mécanique princière n'est pas encore huilée, mais face à un BCM tout autant en chantier, et dont l'intensité défensive s'est émiettée au fil du temps, le peu de marge a suffi pour se faire la malle.

Sy a tué le suspense

Le rapport de force s'est inversé, les gamelles sur le cercle sont devenues gravelinoises, et Amara Sy, en vieux briscard qu'il est, a tué le suspense (49-57, 37'). « Je regrette qu'on ait laissé Monaco revenir, a estimé après coup Julien Mahé, le technicien nordiste. Je n'ai pas grand-chose à reprocher à mes joueurs. Contre eux, il est très compliqué d'avoir de la marge. »

Joyce a déçu et Robinson a crânement abattu ses cartes, empilant 13 unités, 5 rebonds et 3 passes. On est encore loin d'avoir retrouvé la Roca Team flamboyante de la saison dernière, celle qui se déployait en mode rouleau compresseur. Mais ce matin, elle va regagner le Rocher depuis l'aéroport de Lille avec un deuxième succès hors de ses bases en autant de sorties (après Levallois lors de la première journée).

Ça, on ne pourra pas lui retirer. Tout comme la rage de Gladyr à l'issue d'une soirée qui, à coup sûr, consolide une équipe. Et donne envie de la revoir, dès dimanche, contre l'Asvel.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.