“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco, pas si simple

Mis à jour le 28/09/2019 à 10:20 Publié le 28/09/2019 à 10:20
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Monaco, pas si simple

A Chalon, la Roca Team devra faire mieux que contre Gravelines pour éteindre le Colisée

Philippe Hervé (56 ans) a pris quelques cheveux blancs, mais pour son retour aux commandes de l’Elan, l’ancien joueur et entraîneur emblématique des années-90 n’a pas manqué son come-back au Colisée. Vainqueur de Nanterre (75-73) samedi dernier en ouverture, l’Elan s’apprête à accueillir sans pression le favori Monaco dans une arène (4950 sièges) qui sera proche de faire le plein.

« Monaco ? C’est un effectif bâti pour le dernier carré de l’EuroCup. On peut résister 25 minutes, mais 40 minutes, ce sera très difficile », annonce Hervé, qui sait pourtant avoir les moyens de taquiner cette Roca Team en rodage. Apparemment, l’Elan ne s’est pas trompé sur le choix de ses étrangers. L’arrière Billy Garret, 24 ans, arrivé de G-League, le shooteur Jaron Johnson (ex-Levallois) et le dynamiteur rasta Marcus Thornton (17 pts, 5 rebonds, 4 passes face à Nanterre) sont capables de faire des différences. Justin Robinson et O. Camara, eux, sont restés au club, et l’Elan à la sauce Hervé (la défense d’abord), malgré son budget plutôt modeste, se verrait bien jouer les troubles-fêtes dans ce championnat. « On va rencontrer une équipe qui n’a rien à perdre, capable de jouer vite et de scorer à 3-pts. Il faudra se battre sur chaque rebond et défendre au large sur les shooteurs à distance », prévient Sasa Obradovic.

Lacombe pas qualifié

Côté Monégasque, Bost, Buckner, Ennis, O’Brien et Buckner ont montré face à Gravelines (67-62) qu’ils étaient prêts. Il est à parier que la ‘’french touch’’ du Rocher (Tillie, Yeguete, Ouattara) voudra faire beaucoup mieux qu’en ouverture (0 point cumulé). Une nécessité pour ne pas donner confiance à l’Elan et éviter que ne s’enflamme de trop le Colisée. Paul Lacombe, de retour à l’ASM avec toute sa panoplie créative, ne sera qualifié que la semaine prochaine à la maison, dès le 1er octobre face à Andorre et le 5 octobre face à Roanne. En attendant, la Roca Team a sans doute besoin de se convaincre elle-même qu’elle est en progrès dans la maîtrise des opérations. L’Elan est un vrai test.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.