Rubriques




Se connecter à

Monaco irrésistible !

Sasa Obradovic pouvait avoir le sourire à la fin de la rencontre.

Publié le 08/05/2019 à 10:15, mis à jour le 08/05/2019 à 10:15
Kikanovic et l’ASM nettement au-dessus de la SIG, hier soir.
Kikanovic et l’ASM nettement au-dessus de la SIG, hier soir. PQR/L’Alsace

Sasa Obradovic pouvait avoir le sourire à la fin de la rencontre. S’il avait été colère après le match contre Levallois, le coach de la Roca Team avait retrouvé son équipe de guerriers, hier soir, pour affronter une SIG amputée de quatre joueurs (Nicolas Lang, Jérémy Nzeulie, Ali Traoré et Quentin Serron).

Mais même au complet, pas sûr que Strasbourg aurait réussi à résister à cette équipe azuréenne plus que jamais lancée vers les sommets à la faveur de sa quatorzième victoire en quinze rencontres. L’AS Monaco, impériale, a dominé les Strasbourgeois dans tous les compartiments du jeu, même au rebond offensif, secteur où les Alsaciens tiennent habituellement leurs adversaires en respect.

Dès le début de la rencontre, Dee Bost, l’ancien de la maison strasbourgeoise, met son équipe sur les bons rails en scorant par deux fois à longue distance. Le premier quart n’est pas encore achevé qu’Obradovic a déjà largement ouvert son banc.

 

En face la SIG est déjà à la peine, à la traîne même (19-24). Si les ‘‘SIGmen’’ tiennent un temps dans le deuxième quart , Robinson se charge de décrocher (31-46, mi-temps).

Pas refroidie par la pause, la machine monégasque broie la formation alsacienne en lui infligeant un 11-0 en 1’40 conclu par un énorme dunk de Buckner ! Le tandem Green-Collins impulse la révolte, mais la SIG reste encore loin du compte (58-76, 30e).

Le dernier acte n’est qu’une formalité pour Lacombe et ses partenaires. Kikanovic, Buckner, Ouattara et Bost font à nouveau grimper l’écart qui atteindra les +30 sur un primé de Cham à la fin du temps réglementaire (71-101). G.G.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.