“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco, il faut des actes

Mis à jour le 23/10/2019 à 10:16 Publié le 23/10/2019 à 10:16
Dernière séance studieuse autour de coach Obradovic, hier à Gaston-Médecin.

Dernière séance studieuse autour de coach Obradovic, hier à Gaston-Médecin. S. Danna/Dir Comm

Monaco, il faut des actes

Battue lors de ses 2 dernières sorties, la Roca Team doit se rassurer en retrouvant son public

Il était prévu que la série de quatre déplacements d’affilée, longs et compliqués, laisse des traces dans la cuirasse monégasque. Mais sans doute pas dans cette mesure-là, puisque les deux premières défaites de la saison concédées mercredi dernier à Rishon en EuroCup (72-77) et samedi Boulazac (70-74) ont dévoilé une Roca Team en panne, privée d’adresse et dénuée d’inspiration offensive.

Il n’y a pas le feu, certes, mais ce visage-là ne colle pas avec les ambitions du cru. C’est pourquoi la venue des Allemands d’Ulm, aujourd’hui pour les retrouvailles avec le public de Gaston-Médecin, sonne comme un rendez-vous assez spécial.

« C’est un moment charnière, note Paul Lacombe. On peut ressortir plus forts de cette période ou bien s’enfoncer dans la difficulté. C’est à nous de mettre tous les bons ingrédients. Ces deux derniers matches, on était lessivés, certes, mais on ne s’est pas bien passé la balle, on n’a pas servi les grands, on a oublié des fondamentaux. On est capables de faire beaucoup mieux. Je ne suis pas inquiet, car on a un groupe qui humainement fonctionne très bien. Mais contre Ulm, il faudra gagner coûte que coûte ».

D’un point de vue arithmétique, il ne faudrait pas non plus laisser trop de points en route pour ne pas rendre glissante la marche du Top 16 (les quatre premiers du groupe qualifiés). Ulm, de son côté, est déjà carrément le dos au mur (zéro victoire).

Assumer son rang

L’équipe allemande, friable sous les cercles, affiche pourtant assez beau sur le papier. L’ancien ailier de Kentucky, Derek Willis (24 ans, 14,7 pts, 5,7 rebonds) a fait partie de la sélection US lors des qualifications pour le Mondial 2018. L’intérieur Grant Jerrett (10,7 pts, 6,3 rebonds) aime bien s’écarter, tandis que l’ancien shooteur des Sharks Tyler Harvey (14 pts) est toujours capable de prendre feu si on lui laisse un peu d’espace. De toute façon, le favori monégasque a cette fois des choses à se faire pardonner. Pas de quoi prendre de haut quiconque se présente.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.