“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco fait chuter l'Aris

Mis à jour le 30/11/2016 à 05:14 Publié le 30/11/2016 à 05:14
Zack Wright, l'un des grands acteurs de l'exploit monégasque.

Zack Wright, l'un des grands acteurs de l'exploit monégasque. PQR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco fait chuter l'Aris

La Roca Team a signé une victoire qui fera date sur le parquet de l'un des clubs phares de Grèce

C'est à la fois un exploit et une confirmation : cette Roca Team possède un cœur énorme... L'Aris Salonique n'est plus invaincue dans sa salle en Champions League : l'AS Monaco, au bout du suspense, a signé en terre grecque sa 6e victoire en BCL, se rapprochant encore un peu plus d'une qualification pour les play-offs de la compétition majeure de la FIBA.

La mythique enceinte Nickos Galis était bien remplie, hier soir, pour accueillir le leader de ProA, face au 3e du dernier championnat grec. Et le volcan «jaune et noir» s'est enflammé, à 1'55 de la fin, lorsque Cummings, tranchant comme une lame, a égalisé pour l'Aris au cœur de la raquette (60-60). Admirable en défense, mais plombé par une adresse en berne, l'ASM n'a pas voulu lâcher son bien précieux. C'est Jordan Aboudou, d'un tir à trois points à 25 secondes du terme (64-60), qui a scellé le sort d'une rencontre acharnée. Peu avant, Zack Wright a signé deux «blocks» époustouflants sur Cummings dans la peinture, avant de claquer un dunk en contre-attaque. Le petit meneur US de l'ASM continue son chantier (énorme) en Champions League. C'est au cours de la première mi-temps, hier, que Monaco a disputé son meilleur basket. Faisant vivre la balle en attaque, trouvant les positions, à l'image de Ouattara et coupant les lignes de passe, l'ASM a compté jusqu'à 11 points d'avance (29-18), s'appuyant notamment sur la patte experte de son nouveau pivot, John Bryant. Dès l'entame du QT3, la 5e faute de Fofana a précédé une grosse période de disette : 6'40'' sans le moindre panier, sans compter tous les lancers gâchés... L'Aris, pas dans un grand soir d'adresse non plus, n'a alors pas su en profiter. Une fin de match harassante. L'ASM, en terrain hostile, a été la plus forte mentalement, déployant une énergie considérable dans le money-time. Le président Sergei Dyadechko, qui avait effectué le déplacement en Grèce, a pu laisser éclater sa joie dans le rond central au milieu de ses joueurs. Monaco a marqué les esprits.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.