“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco est tombé

Mis à jour le 06/11/2016 à 05:12 Publié le 06/11/2016 à 05:12

PQR/L'Est Républicain

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco est tombé

À Nancy, la Roca Team a craqué dans les 5 dernières minutes. Sa première défaite de la saison

Même les plus chauds « partisans » du SLUC n'auraient osé rêver d'un tel dénouement, d'un tel exploit de la part de Nancy. Surtout après avoir vu l'ex-Cougar Sergii Gladyr donner onze points d'avance sur un tir bonifié à l'entame du quatrième quart-temps (46-57). « J'y croyais parce que c'est mon métier », plaisantait même après-match Alain Weisz, le coach nancéien. Et pourtant…

Face à une « lanterne rouge » nancéienne, qui restait sur 15 défaites sur ses 21 derniers matches, les joueurs du Rocher sont tombés de haut. Au terme d'une rencontre sous tension, au scénario improbable.

Pourtant ultra-dominatrice dans la raquette, la meilleure attaque du championnat est restée très loin de ses standards habituels, tentant - avec peu de réussite (9/31 à 3pts) - de compenser au tir un certain manque d'agressivité. Dans un festival de fautes et de maladresse, ils ont surtout réussi à dilapider, dans les cinq dernières minutes, un capital qui aurait dû leur permettre, avec un peu plus de maîtrise, de sauver le résultat au-delà des apparences.

Après un premier quart-temps plutôt poussif (21-17), conclu par un « stop » d'école du Canadien Marc Trasolini sur Billy Ouattara, les Monégasques avaient pourtant remis de l'ordre au tableau de marque face à une équipe du SLUC terrassée au rebond (10-1, en faveur de l'ASM, dans le match des rebonds offensifs à la pause).

Et ce, en dépit des difficultés d'un Jamal Schuller (1/5), transparent ce samedi, ou de Caner-Medley (1/4) à trouver la mire à trois points dans les deux premiers quart-temps.

Si bien qu'au moment de retrouver les vestiaires, la machine semblait lancée. Sans génie, mais à première vue suffisamment armés pour contourner l'obstacle nancéien, « l'Amiral » Sy et ses troupes géraient même plutôt bien le troisième acte (13-11). Et lorsqu'à 9 minutes du terme des débats, Gladyr donnait 11pts d'avance à l'ASM (57-46), le ''décollage'' de la fusée monégasque semblait inéluctable… Mais en moins de cinq minutes, celle-ci allait se perdre dans un trou d'air. Plombés par les fautes (malgré la relative maladresse des Lorrains aux lancers francs ; 23/33), les Monégasques étaient repris à deux minutes de la fin sur un tir à trois points du Nigérian Ebi Ere (62-61).

Préféré par Alain Weisz au meneur de jeu Vénézuélien Gregory Vargas, au rendement jugé « insuffisant », Thaddeus McFadden (14pts ; 10 d'éval.) entamait alors son show. À 72-68, Dee Bost commettait « l'anti-sportive » de trop sur l'Américain.

Invité à regagner prématurément le vestiaire, le coach de l'ASM Zvezdan Mitrovic voyait rouge, et une dernière ''production'' à trois points de Ouattara n'y changeait rien (76-71).

Ce matin, l'ASM n'est plus un leader invincible.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.