“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco a dû forcer

Mis à jour le 17/03/2018 à 05:26 Publié le 17/03/2018 à 05:26
Jerel Blassingame s'infiltre devant Craft et Kikanovic : Antibes a vendu chèrement sa peau, mais la maîtrise du leader monégasque a fait la différence sur la fin.

Jerel Blassingame s'infiltre devant Craft et Kikanovic : Antibes a vendu chèrement sa peau, mais la maîtrise du leader monégasque a fait la différence sur la fin. Patrice Lapoirie

Monaco a dû forcer

Pour les Sharks, vaillants mais diminués, le courage n'a pas suffi. Longtemps bousculée, la Roca Team a dû serrer les lignes et compter sur un super Lacombe pour confirmer sa place de leader

Pour Antibes, il faudra bien que la poisse s'arrête un jour. La blessure (mollet) de son Américain Steven Smith, après 5 minutes de jeu, est tombée comme une tuile de plus dans une saison où les pépins s'accumulent dans un enchaînement pénible pour le vestiaire antibois. Et pourtant, le moins que l'on puisse écrire est que les Sharks ont bien mené la vie dure au leader monégasque, faisant de ce derby un vrai match, même si l'ambiance n'a jamais vraiment décollé dans une Azur Arena peut-être plus résignée que les joueurs eux-mêmes... Face à des Monégasques encore dans leurs pantoufles en début de match, les Sharks, portés par un grand Nianta Diarra, notamment à 3 pts, se sont permis le luxe de marquer 25 points en 10 minutes à Monaco et de repousser la Roca Team à neuf longueurs (25-16). Le leader ne pouvait faire alors autrement que de serrer les rangs. En s'appuyant sur un excellent Paul Lacombe, un Kikanovic égal à lui-même et sur la vista du maestro D.J. Cooper, la Roca Team a renversé la vapeur. Bien que privée de Chris Evans (genou), Monaco, peu à peu, a aussi pris l'ascendant au rebond. Mais Antibes, malgré les rotations limitées et le poids des fautes (4 pour Blassingame, Sanford et Gattefors à l'entame du dernier quart) était toujours en vie à l'entame des 7 dernières minutes (67-67, 33e). Sanford et Blassingame sortaient le grand jeu, Gaddefors, pour sa première, était souvent dans les bons coups. Harvey se permettait de contrer Lacombe, mais c'est bien le leader qui imposait sa loi dans le money-time. Cooper servait Traoré, Robinson et Lacombe volaient des ballons chauds, Kikanovic terminait dessous... La Roca Team avait retrouvé son niveau à temps pour s'éviter une mauvaise surprise. Mais cet Antibes-là mérite assurément de s'en sortir. F.P.


La suite du direct