Rubriques




Se connecter à

Les basketteuses monégasques du MBA décrochent leur deuxième Coupe de France

Elles l’ont fait ! Cinq ans après avoir remporté leur première Coupe de France, les filles du MBA sont allées au bout de leur rêve une nouvelle fois, en l’emportant sur le Poinçonnet en finale (69-50).

Adrien Santucci Publié le 23/04/2022 à 11:04, mis à jour le 23/04/2022 à 12:00
Les filles du MBA ont dominé de la tête et des épaules cette finale avant de partager leur bonheur avec les supporters qui ont fait le déplacement à Bercy. Jérémie Bernigole - Code Sport Monaco

Le buzzer a retenti et toutes se sont jetées les unes sur les autres pour se féliciter d’être allées chercher ce deuxième titre de l’histoire du club. Au terme d’une partie maîtrisée de bout en bout, le MBA a écrit un nouveau chapitre de son épopée, et débute idéalement une fin de saison qui s’annonce passionnante à tous les niveaux.

Les filles du MBA ne veulent pas douter dans cette finale et démarrent pied au plancher en imposant une intensité extrême des deux côtés du terrain. Marque de cette équipe, la défense est au centre des débats avec seulement neuf petits points encaissés lors du premier quart-temps.

En attaque, les joueuses d’Alexandra Tchangoué répètent leur partition à la perfection dans le sillage de leur leader naturel Ashunae Durant. C’est un gros combat, une finale de coupe avec un titre au bout à aller chercher.

Le premier break est créé par les pensionnaires du Rocher (13-5). Elles ne baissent pas le pied, bien au contraire, et ces dix premières minutes sont un modèle du genre pour les Monégasques (20-9).

Une défense étouffante

Le MBA continue d’appuyer là où ça fait mal pour ne pas laisser le Poinçonnet y croire. La défense rouge et blanche est étouffante, et les filles du Centre-Val de Loire ne trouvent pas de solution pour faire face à une telle pression.

 

Monaco en profite pour se gaver en transition avec de nombreux ballons récupérés. La meneuse Najat Ouardad est un véritable poison pour ses adversaires. À la pause, la barque est rondement menée, le trou est fait, et le club du président Eric Elena n’est plus qu’à vingt minutes d’un deuxième sacre dans cette compétition (40-23).

Le second acte reprend sur les mêmes bases, avec une Ashunae Durant imposante et impossible à défendre. Le plus gros écart de cette finale est créé sur un missile derrière l’arc de Wisline Souffrant (49-27, +22). On ne voit pas comment le titre suprême peut échapper à la troupe de Tchangoué.

Mais attention au Poinçonnet, qui n’abdique pas pour revenir à 16 points, sur leur premier run de la rencontre profitant des balles perdues du MBA (53-37). La force tranquille monégasque ne s’affole pas pour autant, et n’est plus qu’à un petit pas du Graal à l’aube du dernier quart-temps (59-41).

Communion avec les supporters

Penda Ly pour sa première saison sous le maillot du MBA réalise une finale de grande envergure, en formant un sacré duo avec Ashunae Durant dans la peinture. De par ses qualités athlétiques et sa grande envergure, elle met en énorme souffrance ses homologues.

 

À cinq minutes du terme, l’entraîneur du Poinçonnet tente de prendre le temps mort de la dernière chance, mais le fossé est bel et bien creusé (65-43). Cette finale est pliée, le MBA a livré une partition majuscule.

La belle image, c’est aussi l’entrée sur le mythique terrain de Bercy de Julia Chandler, qui s’était tordu la cheville face à Feytiat et qui faisait tout juste son retour de blessure. Les supporters venus en nombre dans les tribunes de l’Accor Arena peuvent chanter à tue-tête "On est les champions" et fêter leurs héroïnes. La nuit d’ivresse ne faisait que commencer.

Jérémie Bernigole - Code Sport Monaco.
Jérémie Bernigole - Code Sport Monaco.
Jérémie Bernigole - Code Sport Monaco.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.