Rubriques




Se connecter à

Les basketteurs monégasques sans filet à Sassari

À Sassari, diminuée par les absences de Jamal Shuler et Ouattara, la Roca Team va tenter de préserver ses 11 points de l'aller pour s'ouvrir les portes du Final Four. Pas une mince affaire...

François Paturle Publié le 29/03/2017 à 05:20, mis à jour le 29/03/2017 à 08:21
Freiné par les fautes à l'aller, Zack Wright devra faire parler toute sa classe ce soir pour permettre à l'ASM d'accéder à un Final Four historique. (Ph. Michael Alesi)

On ne sait pas encore de quel côté vont tomber les rebonds, ce soir au «Palasport Roberta Serradimigni» de Sassari rempli jusqu'à la gueule (5000 places), mais la réussite n'a pas semblé trop sourire à l'AS Monaco avant ce retour qui vaut de l'or, dans le nord de la Sardaigne. Jamal Shuler forfait, c'était déjà le cas à l'aller, mercredi dernier (73-62) lorque la Roca Team fut soulagée de trouver en Yakuba Ouattara (17 pts) le pointeur capable de prendre le relais de loin.

Or, ce soir, il n'y aura pas de Ouattara non plus. Touché samedi à Hyères (pépin au mollet), le 3e scoreur de la Roca Team (après Bost et Shuler) n'a pas effectué le déplacement en Sardaigne. La tuile. Dès lors, la Roca Team devra encore trouver d'autres solutions, d'autres finisseurs, d'autres ressources... Objectif : répondre et ne pas subir face au Dinamo, qui, porté par ses golgoths Lydeka et Savanovic, et ses pistoleros, Stipcevic (17 pts à l'aller) et Lacey va tenter de mettre le feu à la maison rouge et blanche. « Il ne faudra pas se précipiter, le match peut basculer à chaque instant. On peut faire le break à tout moment », explique le coach italien, Federico Pasquini, qui estime son équipe suffisamment pourvue « d'orgueil et d'expérience» pour passer ce quart. Arrivée en Sardaigne hier après-midi (via Rome), la Roca Team a découvert en soirée le Palasport Sarrademigni, cette salle un peu vétuste, bouillante, où les gradins donnent l'impression de tomber directement sur le parquet. Sergii Gladyr, toujours en délicatesse avec son genou, a préféré écourter la séance. Pas de quoi rendre le sourire à coach Mitrovic, qui avait dû ménager Aboudou (genou aussi) face au HTV samedi.

« On n'a pas le choix, on va lutter avec nos armes », glisse le coach monténégrin. Problème : ainsi diminuée, l'ASM ne pourra se permettre d'être limitée par les fautes. Or, le pressing défensif fait partie de l'ADN de cette Roca Team. C'est peu dire que les 11 points d'avance de l'aller ne seront pas de trop dans cette bataille de Sassari.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.