“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les basketteurs monégasques l'emporte face aux Israëliens

Mis à jour le 10/11/2016 à 05:24 Publié le 10/11/2016 à 05:24
Quatre succès en quatre sorties européennes pour Shuler et les siens.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les basketteurs monégasques l'emporte face aux Israëliens

Ballotté par des Israéliens décomplexés, malgré leur dernière place du groupe au coup d'envoi, Monaco s'en est sorti à l'orgueil hier soir (71-64). De quoi prolonger son sans-faute européen

Qu'on les aime ces affiches de coupe d'Europe. Des scénarios à couper le souffle, une tendance qui ne veut jamais se dessiner, des accrochages, de la sueur, une tension perpétuelle.

Et en guise de bouquet final, une nouvelle fois à Gaston-Médecin hier soir, des « Monaco ! Monaco ! » qui descendent des gradins pourtant clairsemés. On fut loin d'un récital face à l'avant-dernier du championnat israélien, la Roca Team a tardé à sortir de sa tanière, mais le bilan est sans conteste. Ce matin, la troupe de Mitrovic reste le leader invaincu de sa poule et c'est tout bénéf'.

L'Ironi Nahariya n'est pas venu prendre la fessée qu'on aurait pu lui prédire mais ses batteries auront lâché au plus mauvais moment. Surtout que les cauchemars monégasques avaient ressurgi. Mélangez une défense en zone israélienne qui ralentit la circulation du cuir, des anciens de Pro A aux dents longues (Kitchen et Nash, 22 points à eux deux) et des lancers-francs quasi effrayants (11/21 au total). Ajoutez-y un poison offensif, Yancy Gates, et la mixture est du genre indigeste. Tant il a pesé, l'ailier originaire de Cincinnati (Ohio) n'avait sûrement pas dû passer sa nuit précédente à observer le séisme Trump qui bousculait son pays. Avec des bras aussi larges que des cuisses et 130 kg qui en paraissent la moitié tellement il sait se glisser dans un mouchoir de poche, Gates a plié en deux les gonds qui maintenaient la défense princière (32-31 puis 34-39, 24'). Et que dire de son dunk claqué en toute simplicité à l'orée du money-time (47-53, 34').

Mais voilà. Tout ça, c'était avant que Zack Wright ne donne un coup de clairon et exalte du même coup la Roca Team.

« On s'est relancé sur la défense, l'agressivité et c'est comme ça qu'on a retrouvé de l'intensité », a analysé l'international bosnien né aux Etats-Unis. Pompier de service du soir (13 points, 7 rebonds), il a embarqué Davies dans son sillage et le déluge s'est abattu sur des Israéliens rendus amorphes. Wright s'est même payé le luxe d'intercepter devant Gates pour filer seul au cercle (57-53, 35'). Il a alors suffi à Gladyr de sortir sa spéciale. Après un 14-2 en seulement 2'54 (61-55) infligé par Monaco, l'Ukrainien a dégainé son T3 dans le corner (69-62, 39'). Ouf !

De son côté, Yakuba Ouatarra, vissé contre sa volonté sur le banc (cheville), a manqué. Zvezdan Mitrovic, le tacticien monégasque, confiait après-match que la présence de son ailier samedi face à Antibes demeurait en suspens. Le retour du « Yak » serait des plus intéressants avant le derby. L'affiche d'hier soir ne devait être qu'un simple amuse-bouche avant le plat de résistance antibois, il fut étonnamment plus consistant que prévu. Dans ces conditions, un élément de plus à disposition ne sera pas dérangeant samedi soir.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.