“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'ASM Basket joue sa place dans le dernier carré européen ce soir à Monaco

Mis à jour le 03/04/2018 à 18:21 Publié le 03/04/2018 à 05:09
Hier soir, le coach Mitrovic distillait ses dernières consignes à ses hommes.

Hier soir, le coach Mitrovic distillait ses dernières consignes à ses hommes. Photo Jean-François Ottonello

L'ASM Basket joue sa place dans le dernier carré européen ce soir à Monaco

Depuis la remontée en Pro A, le club ne cache pas ses ambitions pour rafler un titre européen. Ce soir à 20 h 30 à Gaston-Médecin face à Banvit, l'ASM Basket espère réitérer l'exploit du match aller

"Une bataille pour l'histoire." La messe n'est pas encore dite mais la taille de l'enjeu, elle, est clairement affichée sur les réseaux sociaux. Avec ce slogan aiguisé, l'ASM Basket espère rameuter tous les aficionados du beau jeu pour l'un des matchs de l'année en Champions League.

Monaco versus Bandirma Banvit, acte II. Après avoir raflé la victoire de huit longueurs (77-85) chez les Turcs lors du quart de finale aller, les hommes de Zvezdan Mitrovic espèrent réitérer l'exploit à la maison, ce soir à 20 h 30 pétantes. Dans une arène, la salle Gaston-Médecin, où les Roca Boys sont toujours invaincus dans ce parcours européen. Et qui, loin d'être aphone, affichera facilement comble.

"On sera là pour
vous pousser"

"Ils le veulent ce titre de Champions League. On sera là pour vous pousser", écrit Martine. Un trophée qui n'attend que d'être posé dans la vitrine rouge et blanche.

Cette ambition d'un sacre européen est en revanche toute fraîche. À l'instar du retour dans l'élite du basket français en mai 2015, vingt-quatre années après sa dernière apparition en Pro A.

L'homme providentiel s'appelle Sergei Dyadechko. D'abord mécène à partir de 2012, avant de devenir président du club deux années plus tard, l'Ukrainien injecte des fonds pour retrouver l'élite. Le recrutement, forcément, va dans ce sens et l'effectif s'étoffe en qualité.

Il semble bien loin
le temps de la N2M

Trois Leaders Cup dans la besace mais toujours pas de sacre en Pro A, l'ASVEL s'érigeant en bête noire des Asémistes.

À l'échelle européenne, l'ASM Basket tutoie les plus grands clubs. Il semble bien loin le temps où les Rouge et Blanc évoluaient en N2M… L'an passé en Champions League, la Roca Team termine même en tête de la saison régulière. Douze victoires contre deux défaites.

Après avoir terrassé l'AEK Athènes et le Dinamo Sassari, le club se fait une place dans le Final Four. Avant que le fameux club de Banvit ne joue les trouble-fête en demi-finale à Tenerife. Seule (maigre) consolation pour le groupe de Mitrovic: une médaille de bronze lors de la "petite finale".

"PRIER POUR QUE L'HISTOIRE NE SE RÉPÈTE PAS"

 

Cette année, même parcours d'anthologie en phase de poules: treize victoires pour une seule défaite. Une fois le Stelmet Zielona Góra écarté du chemin en huitièmes, c'est au tour de Banvit de se frotter (de nouveau) à l'ASM Basket.

"Il faut prier pour que l'histoire ne se répète pas ", souffle Jean-Marc, fan de la première heure. Hier soir, au terme d'un entraînement brièvement ouvert à la presse, on lisait toute la concentration et la rage de vaincre dans les regards des joueurs monégasques.

Une bataille pour l'histoire, nous disait-on. Assurément vrai.


La suite du direct