“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Héroïque Roca Team, Monaco en demi-finales de l'Eurocoupe de basket

Mis à jour le 01/04/2021 à 15:28 Publié le 01/04/2021 à 15:20
24 points, 7 rebonds : le pivot de l’équipe de France, Mathias Lessort, a été le grand bonhomme de ce quart de finale remporté par la Roca Team. Demahis-Ballou (numéro 3, de dos) et Will Yeguete (numéro 15) ont aussi sorti le grand jeu.

24 points, 7 rebonds : le pivot de l’équipe de France, Mathias Lessort, a été le grand bonhomme de ce quart de finale remporté par la Roca Team. Demahis-Ballou (numéro 3, de dos) et Will Yeguete (numéro 15) ont aussi sorti le grand jeu. Jean-François Ottonello

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Héroïque Roca Team, Monaco en demi-finales de l'Eurocoupe de basket

Pour venir à bout de la redoutable équipe de Buducnost Podgorica et se qualifier pour le dernier carré, la Roca Team a dû puiser loin dans ses ressources. Un combat monumental.

Dans le vestiaire monégasque, une fois l’euphorie légèrement retombée, Zvezdan Mitrovic a envoyé un message à ses joueurs: "C’est seulement un pas, il reste une marche vers l’Euroligue".

En éliminant Buducnost Podgorica, mercredi soir, la Roca Team a en effet préservé son rêve totalement fou: disputer la prochaine Euroligue, la grande C1... Les deux finalistes de l’EuroCup se verront en effet très probablement décerner un ticket pour l’Euroligue du Barça, Real, Moscou et compagnie.

Monaco n’en est pas encore là. Il jouera la demi-finale contre Gran Canaria (Las Palmas aux Canaries) et a signé, hier soir, l’un des moments de bravoure les plus fameux du club depuis la remontée de la Roca Team dans l’élite en 2015. Cette belle contre Podgorica promettait beaucoup. Elle s’est avérée exceptionnelle, en effet. En termes d’intensité, de qualité de jeu, de charge émotionnelle et de suspense, on pouvait difficilement faire mieux. Les deux équipes se sont livrées un bras de fer sidérant de la première à la dernière minute, l’écart ne dépassant jamais les cinq points. 90-87, un gros score à l’arrivée.

J.J. O’brien si serein

Les défenses ont pourtant montré les crocs. Mais les talents avaient envie de sublimer, ce qu’ils ont fait. Mathias Lessort, qui répétait qu’il s’en voulait du dernier shoot raté lors du match 1, s’est montré phénoménal dans la peinture (24 points, 7 rebonds). Il a dominé Reed, dans le duel des géants, même si ce dernier a écrasé quelques dunks de folie. JJ O’Brien, décisif dans le money-time, a montré un sang-froid qui frôle l’insolence.

Marcos Knight s’est battu sur tous les ballons (12 rebonds !), le capitaine Dee Bost (11 points), décevant lors des matches 1 et 2, a cette fois relevé le gant. En face, Cobbs et Nikolic ont encore joué les maestros. Monaco a outrageusement dominé le rebond, mais ça n’a jamais suffi à distancer Podgorica, au jeu parfaitement élaboré. A 11 secondes de la fin, le catch and shoot de Danilo Nikolic, dans le corner, a encore rapproché Buducnost (88-87). Mais O’Brien, imperturbable, a rentré les deux derniers lancés. Et Danilo Nikolic, cette fois, n’a pas rentré son dernier T3 pour la prolongation.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.