Euroligue: la Roca Team arrache la victoire à l'Olympiakos à Monaco

L'AS Monaco Basket, à l’arrachée, a fait tomber Le Pirée. Un moment de bravoure intense dans la salle Gaston-Médecin.

Article réservé aux abonnés
François Paturle Publié le 11/01/2023 à 07:00, mis à jour le 11/01/2023 à 10:20
Mike James dans ses œuvres, face à la montagne Mous Fall (2,18m) Photo Jean-François Ottonello

Monaco a-t-il finalement déjà trouvé son renfort?

Il s’appelle Yoan Makoundou (22 ans) et se morfondait sur le banc en Euroligue depuis le début de saison (zéro seconde de temps de jeu!)...

Au point que des rumeurs faisaient état d’un possible changement d’écurie pour le natif de Melun. Mais comme les choses peuvent aller vite dans le basket.

Ce mardi, l’ancien Choletais, lancé dans le grand bain par Sasa Obradovic, lorsque D-Mo a commis une 3e faute rapide (13-24, 14e), a croqué dans le choc comme jamais.

Et comme un grand, auteur de gestes décisifs, le premier à être en mesure de stopper la domination de Mous Fall, présent au rebond aussi et en attaque, s’offrant même le luxe d’un T3 en seconde mi-temps.

C’était la réponse du grand Yoan, plein d’énergie, d’envie et de sang, et Dieu que l’apport du jeune international a fait du bien à l’AS Monaco e mardi soir.

Makoundou, top!

C’est peu ou prou au moment où Makoundou a posé ses 2,07m dans la balance, que Mike James, à côté de ses pompes dans le premier quart-temps (- 10 d’évaluation) a commencé à se chauffer le poignet...

Le Pirée menait 24-10, quand MJ a rentré son premier T3, à la face de Larentzakis. Dans la foulée, le 55 est passé de l’état de léthargie au moment de grâce, avec deux autres T3 dans la foulée, histoire de faire passer Gaston-Médecin dans la folie aussi. Monaco était relancé, et grignotait son retard, pour n’être plus qu’à - 3 à la pause (31-34).

Or, grâce à Yak Ouattara et Makoundou, la Roca Team signait un 6-0 au retour des vestiaires pour basculer en tête. L’Olympiakos perdait de sa superbe, de son assurance, à l’image des lancers ratés et du dunk raté de son pivot Tarick Black, qui semblait tout fait.. Monaco sentait de plus en plus l’affaire réalisable, mettant tout son cœur en défense et ses tripes au rebond. La Roca Team pouvait notamment compter sur les passes d’Okobo et un grand Alpha Diallo, hyper complet et adroit de loin, et un MJ en mode patron, faisant oublier sa copie ratée de Belgrade.

Dans une fin de match étouffante, après une égalisation à 59-59 de McKissic (T3), c’est bien lui, Mike James, qui trouvait le chemin du cercle par un petit shoot tout en maîtrise en plein dans la fournaise.

Derrière, Diallo (ASM) et Sloukas ne faisaient qu’1 sur 2 aux lancers et c’est Mike James, comme un symbole, qui claquait un dernier dunk en contre pour faire exploser définitivement Gaston-Médecin. Avant de retourner à Belgrade demain (pour l’Etoile Rouge) Monaco est toujours 1er ex-aequo de l’Euroligue, et c’est tout de même un drôle d’exploit.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.