“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

En leader à Disneyland... Dans le contrôle

Mis à jour le 12/02/2020 à 11:20 Publié le 12/02/2020 à 11:20
Norris Cole (ici face à Nic Moore) et la Roca Team ont brusquement accéléré en début de seconde mi-temps. Trop vite pour le CCRB... L’ASM va aborder en confiance la Leaders Cup à Disney.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

En leader à Disneyland... Dans le contrôle

Accochée à la mi-temps, la Roca Team a accéléré après la pause et facilement pris le dessus sur Châlons-Reims. Monaco va se présenter à la Leaders Cup en premier de la classe

Difficile, pas vraiment... Mais Monaco, pour son 12e match en 35 jours, a quand même dû aller chercher cette victoire de plus, celle d’un leader bien implanté sur les hauteurs et qui se donne les moyens d’y rester.

Les jambes étaient un peu lourdes, et la tête un peu ailleurs, sans doute déjà à Disney, au cours d’une première période où le CCRB a inscrit 44 points, ce qui ne rentre pas vraiment dans les standards locaux. C’est J.J. O’Brien (13 pts avant la pause) qui a alors tenu la baraque pour l’ASM sur le plan offensif, avec ses petits moves près du cercle propres à écœurer la plupart des défenseurs...

Côté Reims, Dominique Archie se montrait à son avantage, et le CCRB provoquait des fautes dans la peinture (3 pour Buckner, 2 pour O’Brien, Sané et Yeguete), obligeant Sasa Obradovic à jongler dans ses rotations.

Sans Paul Lacombe, et avec le départ de Kim Tillie, la Roca Team doit s’attendre à être attaquée dans ce secteur.

En attendant - c’était prévisible - l’ASM a brusquement accéléré après la pause. L’intensité est montée de plusieurs étages, les ballons volés se sont succédés, Norris Cole a régalé en contre-attaque, Anthony Clemmons s’y est mis aussi... Eric Buckner et Will Yeguete, revenus en jeu, se sont libérés pour prendre le contrôle de la peinture, bien aidés par un Yakuba Ouattara très en jambes (encore un gros dunk pour le Yak). Dee Bost a géré avec lucidité (5 passes). Si le CCRB a fait de la résistance avec Fakuade à 3-pts (64-60), le 14-0 qui a suivi a définitivement plié l’affaire (78-60). Limité à 3 points à la pause, Norris Cole en étant à 17 une dizaine de minutes plus tard. Autant dire que l’ancien des Heat a mis le turbo pour que l’ASM s’assure une fin de match des plus tranquilles.

Sasa Obradovic, comme il l’avait annoncé, a fait tourner et partagé le temps de jeu autant que possible. Lancé dans le 5 de départ, le jeune Espoir suédois Melwin Pantzar a ainsi passé plus de 21 minutes sur le parquet, sobre mais utile (1 point, 5 rebonds, 2 passes décisives, 0 balle perdue).

Leaders Cup : le quart dès vendredi

Place désormais à la Leaders Cup, donc. Monaco et l’ASVEL vont s’y présenter, forcément, avec l’étiquette de favori. Mais l’ASVEL comme l’ASM, qui ont bataillé dur sur le front de l’Europe, n’auront pas l’avantage de la fraîcheur.

Et Monaco va se présenter sans sa recrue à l’intérieur, qui devrait arriver sur le Rocher durant la trêve internationale. A 8 pros, plus Pantzar, il faudra gagner trois matches en trois jours pour soulever le trophée. Dur, de toute évidence. Mais cette Roca Team respire la confiance et la solidarité dans les rangs. « Comme je l’ai dit à mes joueurs dans le vestiaire, le plus dur à aborder est toujours le premier match, le quart de finale... Attention à cette équipe de Nanterre capable de mettre le feu avec son équipe de shooteurs », a confié Sasa Obradovic.

Sous le chapiteau de Disney, début des hostilités vendredi à 20h30 pour l’ASM face à Nanterre ; ça promet.

Sasa Obradovic (entraîneur de l’AS Monaco ) :

«L’essentiel était de gagner, sans connaitre de blessure avant Paris, et de se présenter à la Leaders Cup avec un bon moral. Nous avons contrôlé dans l’ensemble, la première mi-temps était un peu prévisible. Nous avons fait de bonnes rotations. Pantzar amène une bonne contribution à l’équipe, il joue intelligemment, il mérite son temps de jeu».

Will Yeguete (intérieur de l’ASM) :

« On continue sur notre lancée. Avant la Leaders Cup, c’était important de gagner. Ce n’était pas notre meilleur match, mais on a fait le boulot. La Leaders Cup, c’est typiquement la compétition où tout peut arriver. Le format est très excitant à jouer. On va essayer de bien récupérer avant Nanterre ».

J.B. Maille (meneur du CCRB) :

«Ils font un petit run en début de deuxième mi-temps, derrière, on joue face à une équipe talentueuse et on n’a pas su limiter les petites erreurs. Ils sont intenses dès le départ du match. Dès que l’on perd des ballons, ils l’exploitent au maximum. Monaco shoote 33 lancers-francs, c’est compliqué».

Cédric Heitz (coach du CCRB):

« Je pense qu’on a eu la bonne approche sur ce match, une vraie volonté d’avoir une réaction... On a été intéressantsn jusqu’à ce que la densité, l’intensité de Monaco, nous fasse plier. Chantal, est-ce que tu m’entends ? (Chantal Julien, la chef des arbitres). Je fais remarquer que le coach adverse n’est plus dans sa zone et je prends une technique. J’aimerais bien que l’on m’explique ».

28

Un supporter de la Roca Team nommé Leonardo Jardim. L’ancien coach de l’ASMFC est un connaisseur...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.