Rubriques




Se connecter à

Elles intègrent la Ligue 2: retour sur le fabuleux parcours de l'équipe féminine du Monaco Basket Association

Samedi soir, le MBA a vaincu Sceaux dans son gymnase de l’Annonciade plein comme un œuf (83-68). Un moment d’histoire avec une montée en Ligue 2 à la clé. Les superlatifs manquent.

ADRIEN SANTUCCI Publié le 24/05/2022 à 09:00, mis à jour le 24/05/2022 à 11:31
Une saison rendue unique notamment grâce aux performances d’un collectif soudé. Photo Philippe Fitte

Le MBA continue de marquer l’histoire de son club, et du sport féminin en Principauté. Un mois après avoir remporté sa deuxième coupe de France à Bercy, le voilà dorénavant en Ligue 2 Féminine. Que de chemin parcouru en l’espace de 12 ans pour le président Eric Elena, à l’origine de cette institution, et qui débutait avec des entraînements sur un parking.

Plus d’une décennie plus tard, à force de volonté, d’abnégation et de sacrifices, la feuille blanche n’a cessé de se remplir, et l’histoire qui va avec est à marquer au fer rouge. Avec un accomplissement dont il rêvait secrètement depuis des années. Porter son MBA dans le monde professionnel du basket, un fait exceptionnel pour le sport féminin monégasque.

Tchangoué a tout changé

Pour cela, ses joueuses ont dû puiser dans leurs ressources pour aller au bout d’elles-mêmes. Après le gain du titre en coupe de France, il a fallu se remobiliser tout de suite pour ne pas laisser de place à une éventuelle décompression. Du boulot qui est en grande partie l’œuvre d’Alexandra Tchangoué sur son banc de touche.

Malgré les cinq victoires inaugurales du début d’exercice, quelque chose ne tournait pas rond avec Corentin Mahé. Décision a été prise alors de la remettre aux commandes, pour le plus grand bien de toutes. Le groupe s’est soudé, l’identité de jeu était claire, et chacune des filles savait ce qu’elle avait à faire sur le terrain pour en tirer le meilleur profit.

 

Crucial au moment d’aborder ces playoffs avec un déficit de deux défaites, pire bilan des quatre formations. D’autant plus qu’il avait déjà fallu donner énormément, avec une qualification acquise au terme d’une lutte intense de bout en bout lors de l’ultime journée. Mais la coach monégasque le disait haut et fort en amont : elle veut gagner tous les matchs. C’est de cette manière que l’ADN de cette équipe s’est construite. Avec une détermination à toute épreuve.

Intraitables en playoffs

Ce qui est encore plus fort, c’est que le MBA n’a jamais tremblé durant ces playoffs. De la première à la dernière journée, les quatre victoires des coéquipières d’Ashunae Durant ne souffrent d’aucune contestation possible.

Elles se sont imposées avec une moyenne de 13,25 points d’écart sur leurs concurrentes, signe qu’elles se sont montrées intraitables et sans pitié. Une fois de plus, la défense aura été un fer de lance royal, avec seulement 57,5 points encaissés en moyenne.

Samedi soir, à l’Annonciade, dans un gymnase chaud bouillant qui a fait le plein, il n’y a pas eu le moindre accroc pour la réception de Sceaux. Une victoire pleine de maîtrise (83-68) a définitivement validé la montée en Ligue 2 des joueuses du Rocher. La communion avec les supporters pouvait enfin commencer, et la folle soirée qui s’en est suivie également.

 

Au terme d’une saison éreintante, le MBA a réalisé un doublé dingue (coupe de France - montée en Ligue 2), et pouvait se permettre de célébrer cela comme il se doit. Avant de tranquillement basculer vers le prochain exercice qui sera une grande découverte. Entre la NF1 et la Ligue 2, le fossé est conséquent. Le cahier des charges à remplir qui va avec aussi. À n’en pas douter qu’Eric Elena est déjà au front pour répondre à toutes ces exigences.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.