"Challenger? Un costume qui nous va bien": entretien avec Christelle Jouandon, entraîneuse de l'AS Monaco Basket

Une phase aller exemplaire et l’AS Monaco se met à rêver d’une deuxième montée consécutive. Christelle Jouandon s’est exprimée sur la recette du succès, et les attentes à venir pour 2023.

Article réservé aux abonnés
Adrien Santucci Publié le 20/12/2022 à 09:00, mis à jour le 20/12/2022 à 08:16
Les joueuses de Christelle Jouandon ne se refusent rien et feront tout pour aller au bout une deuxième année consécutive. Photo DR

Les filles de l’AS Monaco ont réalisé une première partie de saison tonitruante, avec une phase aller conclue avec 9 victoires et 2 défaites en 11 journées. Avec, à la clé, une première place.

Une sacrée performance pour une formation pourtant promue. Mais les joueuses de Christelle Jouandon ne se refusent rien et feront tout pour aller au bout une deuxième année consécutive.

Avec un état d’esprit irréprochable et une cohésion à toute épreuve, toutes les conditions semblent réunies. L’entraîneuse de l’ASM est ambitieuse pour son groupe, mais sait aussi que tout peut aller très vite dans un championnat homogène et difficile.

Initialement en pré-saison, quel était l’objectif fixé?

Honnêtement, même en étant promu, on voulait se donner encore l’objectif d’essayer de jouer la montée. Au tout début, on ne savait pas trop, et puis on s’est dit pourquoi pas essayer? C’est toujours très difficile d’une année sur l’autre d’envisager de le faire deux fois d’affilée. On ne savait pas comment se situer par rapport aux autres équipes. Mais nous n’avons aucune pression comme ça pouvait être le cas l’an dernier où c’était presque une obligation. Si on y arrive, c’est génial. Les filles en ont envie mais le championnat est très relevé.

Qu’en est-il de l’effectif par rapport à l’an dernier?

Pour tout vous dire, nous n’avons pas beaucoup changé. Oui, il y a eu des départs et des arrivées, mais nous n’avons réellement que deux nouvelles joueuses. L’avantage c’est que le groupe se connaît, s’apprécie, aime jouer ensemble, et tire dans la même direction. J’ai aussi pu intégrer des éléments de la PNF, c’est important pour le club.

Comment expliquer un tel début de saison?

Je pense qu’il y a plusieurs paramètres qui expliquent ce bon début de saison. Sur le papier, nous avons une belle équipe. Même si les filles pouvaient en douter, moi j’en étais convaincue. Le fait aussi d’avoir des joueuses qui ont l’habitude de jouer ensemble, qui se connaissent, et à qui il n’y a pas eu besoin d’expliquer pendant des semaines le projet de jeu. Dès la première journée, nous étions prêtes. J’ai à ma disposition un groupe homogène de 10 joueuses. J’ai des leaders, bien évidemment, mais aussi un banc très performant. C’est notre force par rapport aux autres formations de cette poule.

Si vous deviez citer un match référence sur cette phase aller?

J’ai beaucoup aimé la rencontre contre les espoirs de Montpellier. C’est une très belle équipe avec qui nous sommes en tête du classement. Malgré un groupe très amoindri avec des blessures, nous avons livré une sacrée performance, tant offensivement que défensivement. L’état d’esprit fut irréprochable, et c’est ce qui nous a permis d’en arriver là aussi. Les filles méritent le respect par rapport à ça.

Jouer libérées de toute pression est-il un plus?

C’est vrai que ces trois dernières années, il y avait une énorme pression, puisqu’on voulait tellement monter, qu’on se disait que nous n’avions aucun droit à l’erreur. Être challenger cette année, c’est agréable et c’est un costume qui nous va bien. Il n’y a pas de mauvaise équipe, donc on doit faire preuve de vigilance et toujours rester sur nos gardes pour la suite du championnat.

Qu’est-ce que vous pouvez espérer pour 2023 et cette deuxième partie de saison qui arrive?

Même si aujourd’hui nous sommes en tête, ça se joue franchement sur des détails. On doit rester dans la continuité, avec cette volonté de garder la première place. Toujours avoir en tête cet esprit de challenger, sans jamais nous reposer sur nos lauriers. Pour moi la base c’est la défense. C’est ce qui fera qu’on y arrivera ou pas. Bien défendre est une garantie. L’attaque peut parfois être aléatoire, mais l’aspect défense peut te faire avancer.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.