Betclic Elite: la Roca Team s'impose au bout du suspens à Boulogne

La Roca Team a battu les Métropolitains 92 après prolongation et malgré 13 points de retard au cours du QT3. Après Madrid, c’est une nouvelle victoire de prestige pour les Monégasques.

Article réservé aux abonnés
Clément Bigois Publié le 12/12/2022 à 05:04, mis à jour le 12/12/2022 à 10:26
Elie Okobo, ici face à la pépite Victor Wembanyama, a enchaîné les tirs clutchs en fin de match. Photo PQR/Le Parisien

La fatigue et les exploits de la pépite française Wembanyama n’ont pas eu raison de Monaco, qui a montré tout son talent et son caractère pour s’imposer après prolongation, sa septième victoire consécutive toute compétition confondue.

Le show "Wemby" commence dès la première action et se poursuit de longues minutes avec deux dunks à la clé (13-5, 5e). Le temps-mort de Sasa Obradovic ne change pas grand-chose. James et Okobo limitent la casse quand Wembanyama conclut le QT1 avec déjà 12 points (26-13).

L’écart monte à 15 points en début de QT2 mais la Roca Team met enfin en marche la défense. Sans "Wemby", le jeu des Mets92 est moins fluide et Monaco en profite pour passer un 8-0 (32-18… 32-26, 16e). Hall répond à Ho You Fat mais l’équipe d’Euroligue reste en souffrance de loin (1/12) et à la création (seulement 3 passes en 20’). Boulogne-Levallois contrôle la fin du QT et garde une marge à la pause (45-35).

La révolte s’appelle Motiejunas, auteur de 8 points dans le QT3. Il est le seul à résoudre l’équation Wembanyama sur le plan offensif (58-48, 26e). L’écart reste au-dessus de la barre des 10 points avec Waters très adroit. Mais le 7-0 monégasque (Strazel et Makoundou) permet aux Roca Boys d’y croire (63-57).

Makoundou inscrit 7 points d’affilée au début du QT4 et laisse son équipe en vie. Et comme souvent, Okobo est "clutch" au meilleur des moments avec trois tirs primés de suite (37e, 38e et 39e), le dernier permettant de passer devant (75-76). Waters manque un lancer et la balle de match.

La prolongation, une de plus après Madrid, tourne vite à l’avantage des hommes de la Principauté. Okobo (encore!), Motiejunas et Blossomgame alignent de loin et mettent fin au suspense. Sans Loyd, la Roca Team a encore montré, au-delà de son talent, une rage de vaincre impressionnante.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.